ppt online Les descripteurs sensoriels à l’épreuve de l’altérité : dimensions linguistiques et culturelles à partir de l’exemple minéral/mineralisch

le ppt de ma communication au colloque #vin et #altérité est en ligne ici :
 
Les #descripteurs #sensoriels à l’épreuve de l’ #altérité : dimensions #linguistiques et #culturelles à partir de l’exemple #minéral #mineralisch
 
#terminologie #vin #français #allemand #corpus #discours #sémantique
 
Résumé :

[Problématique]

Poser la question de l’altérité, et donc du rapport à l’autre (autre vin, autre culture viti-vinicole, autre consommateur), dans le domaine du vin, qui plus est avec un focus sur la région Grand-Est et ses frontières, invite à s’interroger – pour l’axe linguistique de l’appel à communication – sur l’épineux problème de la portée des descripteurs sensoriels qui sont non seulement la porte d’entrée la plus commune dans le monde du vin, mais aussi ce à quoi on réduit souvent toute d’approche du discours sur le vin. Que ce soit à travers l’utilisation de l’anglais lingua franca du vin ou par l’abstraction globalisée que représente la fameuse roue des arômes, ces descripteurs – essentiellement parce qu’ils sont envisagés à tort sur un mode objectiviste – sont réputés passer sans dommage d’une langue à l’autre, comme dans un grand jeu d’étiquettes et en faisant fi de leur triple ancrage dans un « produit bio-culturel » (Bach 2017), dans la subjectivité d’un consommateur et dans une langue-culture donnée. A la suite de Gautier/Bach (2017) et Gautier/Bach (sous presse), la communication proposée prendra le contre-pied de cette position en montrant la relativité culturelle, linguistique et subjective de ces descripteurs, observable de la meilleure des façons dans la confrontation plurilingue contextualisée et, partant, interculturelle.

[Corpus]

La démonstration reposera sur une analyse encore inédite d’un corpus comparable – c’est-à-dire constitué de textes originaux non traduits – français-allemand autour de la paire de descripteurs minéral/minéralité – mineralisch/Mineralität, choisie d’une part au vu du trompeur parallélisme de forme qu’elle affiche et aussi compte tenu du rôle de descripteur-signal qui lui est aujourd’hui assigné allant de [+recommandable] à [+féminin] en passant par

[+terroir] (Gautier et al. 2015). Les textes retenus dans le corpus sont des notes de dégustation, rédigées pour partie par des experts, pour partie par des consommateurs, permettant d’aborder l’articulation entre un vin, une expérience de dégustation et un individu.

[Méthodologie]

Les analyses mettent en œuvre, à partir d’une exploration outillée du corpus, les catégories de la sémantique discursive cognitive et s’intéresse au(x) mode(s) de construction du sens du descripteur dans et par les contextes discursifs de référence. On s’intéressera ainsi tout particulièrement à la combinatoire des termes cibles (et ce qu’elle dit des modes de conceptualisation) et à l’escorte métalinguistique de ceux-ci en tant que révélateurs du positionnement du locuteur vis-à-vis de son discours.

 

Références citées :

Bach, Matthieu (2017). Prototypicité discursive dans les discours de vente de vins. Étude contrastive français-allemand en Bourgogne et Rhénanie-Palatinat. Mémoire de M2. Dijon : Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Gautier, Laurent et al. (2015). « La « minéralité » du vin : mots d’experts et de consommateurs », in : Gautier, Laurent / Lavric, Eva (Eds). Unité et diversité dans les discours sur le vin en Europe. Frankfurt/Main : Peter Lang, 149-168.

Gautier, Laurent / Bach, Matthieu (2017). « La terminologie du vin au prisme des corpus oraux de dégustation/présentation (français-allemand) : entre émotions, culture et sensorialité», in : Etudes de Linguistique Appliquée, 188, 477-501.

Gautier, Laurent / Bach, Matthieu (sous presse). « Les descripteurs sensoriels d’une langue a l’autre : enjeux cognitifs pour la traduction », in : Actes du 1er Congrès Mondial de Traductologie. Paris : Classiques Garnier, pagination en cours.

Publicités

ppt en ligne La recherche SHS sur le vin : le point de vue de la sémantique pour la communication

Le ppt de ma communication au colloque :

TRADIŢIE ŞI CONTINUITATE. SUB SEMNUL LUI LIBER PATER (Perspective culturale, istorice şi literare) à Craiova

sur

La recherche SHS sur le vin :  le point de vue de la sémantique pour  la communication

est en ligne ici.

Résumé :

Cette communication propose un survol et des pistes de recherches pour une approche sémantique et communicationnelle des discours de la dégustation de vin. Elle part pour cela de plusieurs projets dans ce domaine réalisés à la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon. Elle comme par présenter l’écosystème de recherche et de la valorisation autour de la thématique « Vigne et Vin » sur le grand campus dijonnais avec un focus sur les SHS. Elle offre ensuite un tour d’horizon des ressources numériques constituées et de leurs enjeux pour la recherche sémantique en termes méthodologiques dans la mesure où toute recherche sur ces aspects ne peut que partir des données linguistiques authentiques compilées en corpus. Elle discute enfin quelques problématiques de recherche possibles à l’intersection entre sciences du langage et info-com avec un focus particulier sur la dimension sémantique.

Quand le numérique a besoin de linguistique et de sémantique !

Quand le #numérique a besoin de #linguistique et de #sémantique !

Pour s’en convaincre, lisez le compte rendu et visionnez le ppt du VitagoraCafé du 20 juin avec #CVTAthena #CNRS autour de #adwine #smartad#words4Wine

Un projet de #MSHDijon Université de Bourgogne développé par Laurent Gautier Cyril Nguyen Van et Christophe Cruz

Lien ici.

La terminologie du vin au prisme des corpus oraux de dégustation / présentation (français-allemand) : entre émotions, culture et sensorialité

Publication de l’article rédigé avec Matthieu Bach pour Etudes de #Linguistique Appliquée 188, coordonné par Julien Longhi :
 
La #terminologie du #vin au prisme des #corpus #oraux de #dégustation / #présentation (français-allemand) : entre #émotions, #culture et #sensorialité
 
Version pre-print intégrale disponible ici.
Nouvelle brique au projet #Words4Wine développé à la MSH de Dijon par plusieurs de mes doctorants !
 
Résumé : Cet article vise à interroger et illustrer les apports de larges corpus oraux authentiques pour l’étude de la terminologie d’un domaine « flou », celui de l’œnologie, dans une approche contrastive français-allemand. D’un point de vue théorique, il s’agit tout d’abord de s’arrêter sur la nécessaire redéfinition de plusieurs principes de la terminologie traditionnelle en interrogeant le rôle de l’usage des termes, leur construction prototypique et leurs dimensions extra-techniques. D’un point de vue pratique, on discute ensuite, à partir du cas spécifique des données mobilisées, les contraintes pesant sur la collecte d’un corpus approprié. La dernière partie propose trois études de cas illustrant le fonctionnement de cette terminologie dans le corpus en question.

Using semantic resources for “communicative wine profiling”

ppt online: Winespeak revisited  (2) – Using semantic resources for “communicative wine profiling”
 
This 2nd part of a lecture given at the School of Wine and Spirits Business in Dijon (BSB) focusses on three case studies around the notion of « communication wine profiling ». It is based on four assumptions presented and discussed in details in the 1st part: (i) the are major zones of semantic and cognitive uncertainty in winespeak leading to (ii) a communicative gap(s) between experts and non-experts, especially consumers, (iii) wine terminology is characterized – besides the technical (organoleptic) dimension – by additional levels of meaning (emotional, expressive and evaluative components) and (iv) representing/conceptualizing wine descriptors is prototype-based. Taking these aspects into account, adapting winespeak to consumers’ profiles and expectations is defined here as communicative wine profiling. The 1st case study presents results from an on-going research project on the categorization and description of the French sparkling wine Crémant de Bourgogne. The second one gives insights into an hybrid wine recommandation tool combining expert ontologies with consumers’ vocabulary profile. The last one discusses the communication strategies of the Brasilian espumante sectors to promote these sparking wines with or without references to prototypical Champagne-centered terminology.
 
#semantics #cognition #wine #terminology #pragmatics #communication
 

#Winespeak revisited – Naming #sensory #impressions in #wine #communication from a semantic perspective

new presentation online

https://www.academia.edu/36268570/Winespeak_revisited_Naming_sensory_impressions_in_wine_communication_from_a_semantic_perspective

This is the first part of a 6 hours lecture given at the School of Wine and Spirits Business in Dijon (BSB). It aims at discussing the challenges of wine communication, among experts and between experts and consumers, from a the perspective of cognitive semantics. It this focusses on the semantics of wine descriptors.

It first contextualizes the research questions by showing that questions of meaning in winespeak are at stake in many academic subfields and is discussed even by wine writers. It then outlines the practical and theoretical aims of the presentation. The third section gives a structured overview of the four discourse level involved in wine communication and distinguishes between (i) legal and institutional discourse, (ii) prescriptive discourse, (iii) prescriptive and (iv) commercial and marketing discourse. On this basis, the next two sections discuss the holistic methodology used to achieve the mentioned goals in several projects, with a special focus on data mix and give insights in first results linked to the notion of minerality in wine.

https://www.academia.edu/36268570/Winespeak_revisited_Naming_sensory_impressions_in_wine_communication_from_a_semantic_perspective

ppt : #linguistique #appliquée et demande #socioéconomique

https://www.academia.edu/35261372/Utilisation_de_donn%C3%A9es_num%C3%A9riques_exp%C3%A9rientielles_en_discours_sp%C3%A9cialis%C3%A9s_deux_exemples_dans_le_domaine_du_tourisme_et_de_l_oenologie

Utilisation de données numériques expérientielles en discours spécialisés : deux exemples dans le domaine du tourisme et de l’oenologie

La constellation de projets Words4Wine développée et pilotée par Laurent Gautier, Professeur de linguistique appliquée à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, fait suite à la définition des six grandes politiques d’enseignement et de recherche de l’Université de Bourgogne. L’une d’entre elle étant la Vigne et le Vin, les activités de recherche portant sur ce domaine n’ont pu que connaître une expansion sans précédent. Dans ce cadre politique et régional favorable, un certain nombre de projets interdisciplinaires mêlant sciences du langage, informatique et disciplines d’application se sont concrétisés à travers des financements nationaux et européens. La présente communication met tout d’abord en avant l’apport des discours numériques en détaillant les spécificités de ces derniers et les nouvelles méthodologies à mettre en œuvre pour les analyser ainsi que l’intérêt qu’ils offrent si ce n’est pour la linguistique en général, a minima pour les linguistes de spécialité. De l’avènement du Web 2.0 à l’analyse de sémantique sensorielle de discours numériques expérientiels du vin, deux projets de la Maison des Sciences de l’Homme concrétisent la démonstration : TouristYou et AdWine. Le premier est la concrétisation de projets de recherche de grande envergure et de collaborations avec le monde socio-économique pour la thématique du tourisme. Fort de cette ossature, le projet TouristYou by E-Greeters vise à révolutionner le monde du tourisme en injectant une dose d’authenticité dans ses discours hautement institutionnalisés et en remettant l’utilisateur au centre du dispositif. Ce faisant une application mobile a été développée par les équipes de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon (USR CNRS-uB 3516) qui lie analyse sémantique à haut degré de granularité, cartographie et intelligence artificielle. Le second projet présenté est AdWine, un système de recommandation intelligent pour le vin et la gastronomie des laboratoires TIL (4182) et Le2i (UMR CNRS 6306), lauréat d’un appel à projet du CVT Athéna. Fondé sur un outil de recommandation intelligent, l’application vise à faire coïncider le langage et la terminologie experts et des professionnels à ceux des consommateurs pour aboutir à une recommandation d’un vin à partir du profil spécifique de l’utilisateur consommateur. En conclusion de cette communication, un retour sur l’apport des recherches interdisciplinaires à sortie socio-économique démontre tout l’intérêt de tels programmes de recherche pour les mondes académiques et socio-économiques d’un territoire donné.

 

 

 

Présentation : La sémantique sensorielle peut-elle être autre chose qu’une sémantique expérimentale ?

Présentation disponible en ligne :

 

https://www.academia.edu/34648475/La_s%C3%A9mantique_sensorielle_peut-elle_%C3%AAtre_autre_chose_qu_une_s%C3%A9mantique_exp%C3%A9rimentale_

[Objectifs et problématique] La question au centre de la proposition est celle de savoir quel(s) cadre(s) sémantique(s) théorique(s) est / sont le(s) mieux à même de rendre justice aux contraintes génériques qui pèsent sur les terminologies sensorielles – à commencer, ici, par la terminologie œnologique. Il s’agit en effet de tenir compte de deux aspects particuliers : d’une part la dimension expérientielle de ces termes (Dubois 2009) – où expérience doit être entendu au sens très concret de l’expérience de dégustation – et, d’autre part, la dimension éminemment subjective de ces expériences que la recherche d’une intersubjectivité partagée – comme sous-bassement définitoire – cherche à contourner ou, à tout le moins, à réduire autant que faire se peut (cf. les panels entraînés en analyse sensorielle, Dacremont 2009). La thèse défendue ici est que seule une sémantique que nous qualifions d’expérimentale – c’est-à-dire reposant sur des données non intuitives et non introspectives produites en situation contrôlée – peut permettre de relever ce défi.

[Corpus] La démonstration reposera sur un corpus de données précisément expérimentales produites dans le cadre d’un projet interdisciplinaire autour du descripteur minéral/minéralité (pour les vins blancs) qu’il s’agira de croiser et faire dialoguer (Gautier / Le Fur / Robillard 2015). Ce corpus comprend ainsi :

  • des réponses à des questions ouvertes posées à des consommateurs et des professionnels sans stimulus;
  • des descripteurs produits par un panel entraîné, donc avec stimulus ;
  • des entretiens semi-dirigés réalisés auprès des producteurs des vins testés par le panel mentionné ci-dessus et abordant, à un niveau général, leur « philosophie » de vigneron et à un niveau plus resserré, leur rapport à la minéralité.

[Méthodologie] Méthodologiquement, l’analyse recourt tout à la fois aux méthodes quantitatives de la linguistique de corpus et de la fouille de données pour aborder chacun des corpus individuellement et en interaction et aux méthodes qualitatives de la sémantique cognitive, en particulier les notions de prototypes, d’air de famille ou encore de blending. L’objectif est de montrer comment une démarche se voulant holistique permet de reconsidérer le travail définitoire et le statut et la forme même de la définition terminologique.

 

Références citées :

– Dacremont, Catherine, 2009. « Analyse descriptive : Comment le praticien de l’évaluation sensorielle construit-il une terminologie sensorielle ? » In : Beltran-Vidal, Danièle (Ed.). Les mots de la santé (2). Affaire(s) de goût(s), Lyon : Université Lumière-Lyon II, 163-174.

– Dubois, Danièle (Ed.), 2009. Le sentir et le dire. Concepts et méthodes en psychologie et linguistique cognitives, Paris : L’Harmattan.

– Gautier, Laurent / Le Fur, Yves / Robillard, Bertrand, 2015. « La ‘minéralité’ du vin : mots d’experts et de consommateurs » In : Gautier, Laurent / Lavric, Eva (Eds). Unité et diversité dans le discours sur le vin en Europe, Wien : Peter Lang.

 

 

Mots-clefs : terminologie, sensorialité, descripteur, sémantique, cognition

CfP prolongé au 30 juillet : Terminologie oenologie gastronomie

Appel à communications

COLLOQUE « LES TERMINOLOGIES PROFESSIONNELLES DE LA GASTRONOMIE ET DE L’ŒNOLOGIE : REPRESENTATIONS, FORMATION, TRANSMISSION »

27-28 septembre 2016 |Dijon – Beaune

Date limite de soumission repoussée au 30 juillet 2016

Au vu des premières propositions reçues, les projets de communication portant plus spécifiquement sur le volet « gastronomie » seront particulièrement bienvenues. 

L’inscription en 2010 du « repas gastronomique des Français » au patrimoine immatériel de l’humanité, accompagnée par la création en cours d’un réseau de Cités de la Gastronomie, dont une située à Dijon, a donné une visibilité internationale à la tradition gastronomique française relançant du même coup l’intérêt des scientifiques, en particulier dans les sciences humaines et sociales, pour cet objet d’étude éminemment culturel. Il en va de même pour la vigne et le vin que l’année 2015 a également mis en valeur à travers l’inscription en juillet dernier des « coteaux, maisons et caves de Champagne » et des « climats du vignoble de Bourgogne » au patrimoine mondial tandis que se prépare pour 2016 l’ouverture de la Cité des Civilisations du Vin à Bordeaux, que Beaune et l’interprofession bourguignonne travaillent à la création d’une Cité des Vins de Bourgogne et que s’est mis en place en Bourgogne un Groupement d’Intérêt Public « Pôle Bourgogne Vigne et Vin » associant chercheurs et professionnels sur ces thématiques.

Objets scientifiques, culturels et mémoriels, la gastronomie et le vin sont par ailleurs l’objet de toutes les attentions en matière de formation et d’éducation par exemple à travers les semaines de la gastronomie et du goût, organisées chaque année en automne, ou dans la proposition de loi sur l’information sur la vigne et le vin (n°617 du 11 juin 2014) qui stipule que « le vin est une boisson qui entre dans l’alimentation traditionnelle du consommateur et qu’il faut savoir apprécier et consommer avec modération : la consommation responsable passe par le savoir, l’éducation et la culture ».

Dans ce contexte international, national et régional favorable, la maison des Sciences de l’Homme de Dijon, en collaboration avec les laboratoires CIMEOS et TIL, organisent les 27 et 28 septembre 2016 deux journées de réflexion sur :

LES TERMINOLOGIES PROFESSIONNELLES DE LA GASTRONOMIE ET DE L’ŒNOLOGIE : REPRESENTATIONS, FORMATION, TRANSMISSION

Les domaines de la gastronomie et de l’œnologie ont, comme tout domaine de spécialité, constitué au fil du temps leurs terminologies propres permettant de désigner tout à la fois le matériel utilisé, les procès mis en œuvre et les produits finis qui en résultent, de la description organoleptique d’un vin aux dénominations de plats sur la carte d’un restaurant. Si ces terminologies partagent avec : leur ancrage dans le domaine du sensible et du sensoriel avec leurs imaginaires respectifs marqués au sceau de la culture.

Cette première manifestation – et l’ouvrage de référence qui en découlera – entend ainsi interroger ces terminologies, et surtout leur usage en contexte, que ce soit entre professionnels, en situation de formation/apprentissage, ou entre professionnels et consommateurs/clients. On privilégiera les approches empiriquement fondées, que ce soit sur corpus, sur enquêtes ou sur procédures expérimentales. Au centre des échanges figureront les dimensions suivantes – sans que cette liste ne prétende couvrir tous les domaines susceptibles d’être abordés :

  • Gestion de la dimension subjective : Qu’il s’agisse de la notion de qualité, de « bien » boire ou manger, ou de « typicité », la dégustation d’un vin ou d’un plat étant une expérience hautement individuelle, comment gérer la part de subjectivité inhérente au lexique employé par les consommateurs ? Comment arriver à une objectivisation des termes retenus ? Comment assurer la « transférabilité » de ces termes objectifs ?
  • Gestion de la subjectivité spatiale : Qu’il s’agisse du rapport à un lieu-dit dit « terroir », « crus », « clos », « domaine », « maison », « terrasse », « restanque », « bancaus », ou « climats », comment distinguer ces terminologies, souligner leur analogie comme de l’influence dont elles ont profité ?
  • Gestion de la dimension hédonique : Toute expérience de dégustation comportant également une dimension de plaisir, comment l’intégrer aux descripteurs utilisés ? Des descripteurs hédoniques peuvent-ils prétendre devenir des descripteurs sensoriels ? Comment approcher les connotations positives ou négatives de ces termes particuliers ?
  • Terminologie maison / d’entreprise : Par-delà les terminologies officielles (races, variétés, cépages, etc.), comme normées (ex : techniques de cuisson ou morceaux de pièces de viande – en cours de remaniement), les secteurs visés se caractérisent par l’existence de terminologies « maison », que ce soit pour des questions de tradition ou de positionnement marketing. Comment ces terminologies sont-elles gérées et transmises ? Les entreprises en ont-elles conscience ? Comme sont-elles articulées avec les terminologies officielles ?
  • Terminologie et interactions en relation clients : Compte tenu de l’importance, dans les domaines visés, des interactions avec les clients, comment le transfert transgénérationnel, transrégional, transsocial des concepts (ex : modèle qualitatif) et des termes se passe-t-il ? Quelles sont les stratégies des professionnels pour contourner les problèmes de compréhension ? Comment adaptent-ils une terminologie au profil de la clientèle ?
  • Terminologie et interactions en situation de formation : Que ce soit en interne, en entreprise ou face au consommateur-client, l’utilisation de la terminologie, officielle ou maison, passe par sa maîtrise et, donc son apprentissage. Comment celui-ci est-il assuré en situations de formation ? Comment cette maîtrise est-elle testée ? Quels supports existent en français et en langue étrangère ? Quel logiciel (ou application) de génération de terminologies culinaires peut-on encore développer ?
  • Terminologie et ancrage / imaginaire culturel : Compte tenu de la profondeur historique de ces terminologies, à l’instar des noms d’apprêts et de sauces (cf. Le Répertoire de la cuisine de Gringoire et Saulnier), comment ces appellations peuvent-elles conserver leur légitimité ? Comment au travers d’une terminologie et des discours renvoie-t-on à des dimensions intangibles de la dégustation ?
  • Terminologies des professions et des métiers de la gastronomie et de l’œnologie : quel rôle jouent-elles dans la construction des domaines d’activité ? comment et pourquoi évoluent-elles ? sont-elles normées ? quelles représentations pour le public / les consommateurs ?

Localisation

Les deux journées de colloque se dérouleront au plus près des acteurs professionnels, à savoir le mardi 27 septembre au Lycée d’application hôtelier du Castel à Dijon et le mercredi 28 septembre au Lycée Viticole à Beaune.

 

 

 

 

Droits d’inscription

TARIF PLEIN 120€ –        Matériel (mallette, programme, actes)

–        Accueils et pauses café

–        Visite guidée Beaune

–        Déplacement à Beaune (AR bus dédié)

–        Pass bus/tram Dijon

–        Déjeuners (2 jours)

–        Cocktail dinatoire (soirée gala

Tarif réduit

Étudiants, doctorants et personnels

établissement membres UBFC

90€
gratuité

Étudiants, doctorants et personnels

établissement membres UBFC

0€ –        Matériel (mallette, programme)

–        Accueils et pauses café

–        Visite guidée Beaune

Modalités de soumission

Les propositions de communication, comprenant un titre provisoire, un résumé d’environ 1500 signes ainsi que 5 mots-clefs et une bibliographie de 5 titres, sont à adresser avant le 30 juillet 2016 à : laurent.gautier@u-bourgogne.fr et anne.parizot@univ-reims.fr

 

Calendrier

  • Lancement de l’appel : 12 mai 2016
  • Date limite de retour des propositions : 30 juillet 2016
  • Notification aux auteurs : 15 août 2016
  • Publication du programme : 5 septembre 2016
  • Remise des textes pour expertise avant publication : 1er novembre 2016

 

Colloque organisé avec le soutien de :

Université de Bourgogne – Laboratoire TIL – Laboratoire CIMEOS – Grand Dijon – Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB)

Coordination scientifique :

Jean-Jacques Boutaud (Dijon), Laurent Gautier (Dijon), Clémentine Hugol-Gential (Dijon), Anne Parizot, (Charleville-Mézières), Kilien Stengel (Tours)

La MSH de Dijon lauréate d’un appel à projets national pour développer un système de recommandation intelligent pour le Vin et la Gastronomie (ADWINE).

Des chercheurs en Sciences Humaines et Sociales de l’Université de Bourgogne proposent à travers ADWINE leurs services et compétences à des entreprises (filière viti-vinicole, grande distribution, restauration) souhaitant innover, notamment en matière de systèmes de recommandation et algorithme de suggestions, afin de leur proposer leurs services et compétences au service d’une communication ciblée non seulement pour les consommateurs, mais partant des consommateurs et utilisant les canaux numériques.

Détails du communiqué :

 

Les résultats viennent de tomber : la MSH de Dijon est lauréate de l’appel à projets lancé conjointement par le CVT Athena (*) et le Réseau national des MSH pour développer un système de recommandation intelligent pour le Vin et la Gastronomie (ADWINE).

 

Cet appel à projets était destiné à soutenir des projets de recherche à fort potentiel en termes de retombées économiques et ouvrant de véritables perspectives pérennes de partenariat avec le monde socio-économique.

 

Le jury, composé de présidents de SATT (**), de représentants du CNRS, du réseau des Maisons des Sciences de l’Homme, des universités et du ministère de la Recherche, a retenu 4 projets de : la MSH de Dijon, de la MRSH de Caen, de la MESHS de Lille et de la MSH du Val de Loire. Ceux-ci recevront un financement du CVT Athéna pour mener à bien leur projet.

 

Le projet porté par la MSH de Dijon reçoit la plus importante dotation pour développer son projet piloté par Laurent Gautier, Professeur de Linguistique Appliquée à l’uB (Centre Interlangues – EA4182) et Christophe CRUZ (Le2i – Checksem) : Système de recommandation intelligent pour le Vin et la Gastronomie (ADWINE).

 

Ces chercheurs en Sciences Humaines et Sociales de l’Université de Bourgogne, spécialisés en sémantique lexicale et cognitive, ainsi qu’en Intelligence sémantique (modélisation et optimisation de la connaissance, conception d’ontologies, etc.), déjà impliqués dans des programmes de recherche interdisciplinaires sur des projets similaires, proposent leurs services et compétences à des entreprises souhaitant innover, notamment en matière de systèmes de recommandation et algorithme de suggestions.

 

Forts de leur expérience et connaissances développées dans ce cadre, les chercheurs, accompagnés par la MSH de Dijon et la SATT GRAND EST, continuent à démarcher des entreprises de la filière viti-vinicole, grande distribution, et interprofessions du vin et de la restauration afin de leur proposer leurs services et compétences au service d’une communication ciblée non seulement pour les consommateurs, mais partant des consommateurs et utilisant les canaux numériques.

 

Le projet présenté au sein du dossier de candidature sélectionné ambitionne de donner les moyens aux chercheurs concernés de développer plus avant leurs collaborations et d’agréger d’autres compétences scientifiques complémentaires (notamment en sciences de la communication), en France et à l’international, afin de lever les verrous scientifiques et technologiques identifiés (conception d’ontologies nouvelles pour enrichir la base de données, développement de modules complémentaires pour pouvoir fouiller des données à l’échelle du Big Data, etc.).

 

Cela permettra la constitution d’un système global de recommandation intelligent et opérationnel qui servira à mener le transfert technologique et économique, avec un réel avantage concurrentiel pour les équipes de chercheurs impliquées. La subvention accordée par le CVT Athena devrait ainsi permettre un décuplement des forces scientifiques ainsi rassemblées et un développement du transfert vers l’économie locale, nationale et européenne.

 

(*)Consortium de Valorisation Thématique, structure nationale dédié à la mise en visibilité des Sciences Humaines et Sociales.

(**) Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies

 

 

 

La Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Dijon, est une structure fédérative sous la double tutelle de l’Université de Bourgogne et du CNRS. Elle fédère 15 laboratoires en Sciences Humaines et Sociales du Grand campus dijonnais.

 

La MSH Dijon, c’est une maison, un bâtiment dédié, en bordure du campus universitaire de Dijon, ouvert sur la cité, dont la qualité architecturale est distinguée par les professionnels et appréciée par les usagers. Le bâtiment, inauguré en 2011, regroupe un ensemble de moyens au service du travail de recherche et de sa valorisation, en prise avec les questions sociales et au service du débat public.

 

La MSH de Dijon, c’est aussi une équipe de professionnels qui accompagnent les projets de recherche tout au long de leur déroulement, de la genèse à la publication scientifique, en visant une diffusion large des résultats. Ils interviennent pour faciliter le montage de dispositifs interdisciplinaires, adaptés à l’appréhension de questions complexes que posent les transformations des mondes contemporains.

 

La MSH de Dijon, c’est un ensemble d’équipements techniques significatifs dédiés à la constitution et à l’exploitation de données numériques attachées au patrimoine et au territoire.

 

La MSH, c’est une dynamique collective qui part des équipes de recherche, organise la confrontation aux acteurs par qui passent les transformations sociales, procède par mise en problèmes eux-mêmes objets de programmes interdisciplinaires, débouchant sur des résultats de recherche amenés à circuler sur les scènes du débat social.

 

 

La Maison des Sciences de l’Homme de Dijon favorise les interactions science-société et aide au montage des partenariats et à la réalisation de projets communs.

 

=> en savoir plus : http://msh-dijon.u-bourgogne.fr/