ppt online Parallèles/comparables, langue originale/traduite… : s’y retrouver dans le maquis des corpus potentiels pour la traduction économique et financière

La présentation ppt de mon intervention au colloque « La #traduction : théories, pratiques, formations » à l’Univ. de Craiova est en ligne ici.

Mots clefs : #terminologie, #phraséologie, #corpus, #linguistique de corpus, #traductologie, #économie, #finances

Résumé :

Cette proposition, qui s’inscrit dans l’axe 4 « Terminologies et corpus numériques » de l’appel à communications vise à revenir sur l’opposition désormais devenue classique entre corpus parallèles et corpus comparables (au sens de Teubert 1996) en discutant leur complémentarité, mais aussi la complexité des relations qui les unissent, dans le domaine de la traduction économique et financière.

Si le secteur de la traduction professionnelle prend petit à petit conscience du rôle « caché » des corpus dans les outils de TAO (Loock 2016), leur rôle reste, dans la pratique, souvent cantonné à des problématiques terminologiques alors que comment le montrent Gledhill/Kubler (2016), c’est un continuum lexique-grammaire qu’ils permettent de saisir de façon intégrative. Et, par-delà leurs apports en matière d’informations linguistiques stricto censu, les corpus représentent une ressource inépuisable pour le traducteur spécialisé en quête de l’architecture conceptuelle sous-jacente aux domaines et des savoirs spécialisés associés (Durr 2017).

En croisant des corpus de bi-textes traduits issus soit d’institutions internationales type BCE avec les 24 langues de l’Union, soit de banques nationales plurilingues (comme la Banque Nationale Suisse), avec des corpus « originaux », dans les langues concernées, produits tant par les banques centrales « monolingues » (qui ne le sont jamais vraiment dans la mesure où elles produisent toujours a minima une version en anglais pour leur communication internationale) que par des instituts de conjoncture économique, on cherchera à mettre en évidence la gamme de potentialités qu’ils renferment aux niveaux cognitifs, macro- et microlinguistiques – potentiels qui ne peuvent être utiles aux traducteurs professionnels que si la linguistique appliquée, et plus encore « située », s’en saisit pour en extraire une représentation holistique.

 

Bibliographie citée :

Durr, Margarete (2017). La notion de pertinence en traduction juridique bidirectionnelle français-allemand. Thèse de doctorat en sciences du langage préparée sous la direction de Th. Grass. Strasbourg : Université de Strasbourg

Gledhill, Christoph / Kübler, Nathalie (2016): « What can linguistic approaches bring to English for Specific Purposes? », ASp – La revue du GERAS, 69, pp. 65-95.

Loock, Rudy (2016). La traductologie de corpus. Villeneuve d’Ascq : Presses du Septentrion.

Teubert, Wolfgang (1996). « Comparable or Parallel Corpora? », International Journal of Lexicography, 9(3), pp. 238-264.

 

Publicités

ppt Traduire le flou, même en droit ? Les composantes sémantiques et pragmatiques du texte juridique en vue de sa traduction

Traduire le flou, même en droit ?

Les composantes sémantiques et pragmatiques du texte juridique en vue de sa traduction

La conférence trouve classiquement son point de départ dans les liens intrinsèques entre le droit et la langue. Instanciés au niveau terminologique, ils conduisent à présenter la terminologie juridique comme n’étant soluble que dans un système et un contexte juridiques donnés, et définissent la traduction juridique comme reposant sur une comparaison et une traduction des systèmes conceptuels sous-jacents. Dans ce contexte, la reconnaissance de « standards juridiques », entendus comme concepts indéterminés a priori (Bernard, 2010) est venue troubler cette mécanique bien huilée : le principe de subsidiarité (Joyeux, 2016) en est un exemple de premier plan.

Il s’agira donc, à partir de la discussion d’un cas pouvant être présenté comme un cas d’école – le principe de non-discrimination / Nicht-Diskriminierung / Gleichberechtigung – de discuter les enjeux théoriques, en particulier sémantiques et pragmatiques, de ces « termes flous » pouvant être rapprochés de ce que l’analyse du discours française qualifie aussi de « formules » (Krieg-Planque, 2009). On s’interrogera ainsi sur (i) la question des définitions, censées garantir au traducteur la validité de l’équivalence conceptuelle, (ii) la part de savoirs encyclopédiques / spécialisés, mais aussi discursifs à injecter dans l’opération de compréhension et de traduction et (iii) la façon dont la théorie des cadres (frame semantics) peut se révéler pertinente en jurilinguistique.

Les réflexions soumises à discussion reposeront sur l’analyse d’un double corpus autour du standard principe de non-discrimination dans le couple de langues, et dans les traditions juridiques, français-allemand. Le premier corpus interrogé est constitué de bitextes parallèles permettant de mettre au jour les stratégies de traduction retenues par les organisations internationales mais aussi de voir les réseaux lexico-sémantiques construits dans ces textes au travers de reformulations / variations des formulations premières. Ces premiers résultats seront complétés par l’étude de textes comparables, précisément des commentaires doctrinaux originaux issus des deux systèmes, permettant d’examiner la « vie sémantique » de ce standard dans les deux langues-cultures.

Lien vers le ppt ici.

Journée Mondiale de la Traduction 2017

Journée Mondiale de la Traduction 2017 :
« Traduction et diversité »

Maison des Sciences de l’Homme de Dijon
vendredi 6 octobre, 8h45-18h

L’équipe du Master Traduction multimédia (T2M) de l’Université de Bourgogne et la délégation régionale Champagne-Ardennes Bourgogne Franche-Comté de la Société Française des Traducteurs sont heureuses de vous convier, vendredi 6 octobre à la MSH-Dijon, à une journée de conférences, d’ateliers et d’échanges à la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon.

Il s’agit de la deuxième collaboration entre la délégation régionale CAFBC et l’équipe du Master T2M dans le cadre de la Journée Mondiale de la Traduction. En octobre 2016, la journée de tables rondes « Formation – Recherche – Vie professionnelle » organisée à la salle Multiplex a attiré plus de 80 personnes intéressées par le monde de la traduction. Dans le cadre de sa politique de décentralisation, et à l’occasion de ses 70 ans, la SFT a choisi de mettre en lumière l’événement dijonnais de 2017 au niveau national.

La journée est ouverte – sur inscription gratuite, mais obligatoire – aux étudiants et aux personnels de l’UB, aux membres de la SFT, aux traducteurs en formation et en activité, et à tout public intéressé. La matinée sera dédiée aux conférences, avec notamment Björn Bratteby (Président de la SFT), François Yvon (CNRS/Université de Paris Sud), et Jorge Diaz-Cintas (University College London) ; l’après-midi aux ateliers pratiques et interactifs sur des thèmes liés aux métiers de la traduction. Plusieurs partenaires institutionnels seront représentés, et les participants profiteront aussi de moments et d’espaces conviviaux pour discuter et renforcer leur réseau.

Le programme complet sera disponible courant septembre.

Contact organisateurs : journeetraductiondijon@gmail.com

Pour connaître les activités de la SFT, voir www.sft.fr

Pour connaître le Master T2M, voir http://blog.u-bourgogne.fr/mastert2m/

Les inscriptions sont ouvertes en ligne : https://www.eventbrite.co.uk/e/journee-mondiale-de-la-traduction-2017-dijon-tickets-37685046990.