Quand le numérique a besoin de linguistique et de sémantique !

Quand le #numérique a besoin de #linguistique et de #sémantique !

Pour s’en convaincre, lisez le compte rendu et visionnez le ppt du VitagoraCafé du 20 juin avec #CVTAthena #CNRS autour de #adwine #smartad#words4Wine

Un projet de #MSHDijon Université de Bourgogne développé par Laurent Gautier Cyril Nguyen Van et Christophe Cruz

Lien ici.

Publicités

La terminologie du vin au prisme des corpus oraux de dégustation / présentation (français-allemand) : entre émotions, culture et sensorialité

Publication de l’article rédigé avec Matthieu Bach pour Etudes de #Linguistique Appliquée 188, coordonné par Julien Longhi :
 
La #terminologie du #vin au prisme des #corpus #oraux de #dégustation / #présentation (français-allemand) : entre #émotions, #culture et #sensorialité
 
Version pre-print intégrale disponible ici.
Nouvelle brique au projet #Words4Wine développé à la MSH de Dijon par plusieurs de mes doctorants !
 
Résumé : Cet article vise à interroger et illustrer les apports de larges corpus oraux authentiques pour l’étude de la terminologie d’un domaine « flou », celui de l’œnologie, dans une approche contrastive français-allemand. D’un point de vue théorique, il s’agit tout d’abord de s’arrêter sur la nécessaire redéfinition de plusieurs principes de la terminologie traditionnelle en interrogeant le rôle de l’usage des termes, leur construction prototypique et leurs dimensions extra-techniques. D’un point de vue pratique, on discute ensuite, à partir du cas spécifique des données mobilisées, les contraintes pesant sur la collecte d’un corpus approprié. La dernière partie propose trois études de cas illustrant le fonctionnement de cette terminologie dans le corpus en question.

ppt Terminologie et corpus pour les (apprentis) traducteurs : un double-aller retour ?

ppt online : #Terminologie et #corpus pour les (apprentis) #traducteurs : un double-aller retour ?
 
Prononcée pour le colloque fêtant les 20 ans de la formation en #traduction #spécialisée de l’Université de Craiova, cette présentation aborde le rôle des #corpus, au sens de la linguistique corpus, dans l’évolution de la #terminologie et de son rôle dans la #formation des traducteurs. Elle plaide pour un usage systématique de ces derniers, à tous les stades du processus de traduction, pour sortir les termes de leur isolement systémique et les aborder, en termes de #lexique-grammaire, au sein de segments stabilisés, voire fossilisés.
 
#corpus #terminologie #traduction #formation #phraséologie #patterns
 

Conf – Semantic motivation as a cognitive phenomenon – Dijon 17.05.2018

Semantic motivation as a cognitive phenomenon

Dmitrij Dobrovol‘skij, Russian Academy of Sciences

Maison des Sciences de l’Homme de Dijon

Jeudi 17 mai de 9 h 30 à 11 h 30, salle des séminaires

One of the central tenets of the cognitive approach to language analysis says that “the goal of linguistics is to explain how speakers use linguistic expressions to convey meaning”. Most lexical units are motivated to a certain extent, i.e. they point to their actual meaning via the meanings of their parts, either parts of their structure or of their conceptual basis. The consequence is that motivation became one of the key issues of cognitive linguistics.

To explain how speakers use linguistic expressions to convey meaning means to reveal relevant motivating links. Motivated means neither wholly arbitrary nor fully predictable (Langacker 1987: 48). There are levels of predictability and motivation both from the perspective of a speaker and from the perspective of the semantic structure of a given unit.

Several types of motivation can be distinguished. This will be the central point of discussion.

Conférence ouverte à tous. Pour des questions de logistique et de sécurité, inscription préalable par mail : laurent.gautier@u-bourgogne.fr

Using semantic resources for “communicative wine profiling”

ppt online: Winespeak revisited  (2) – Using semantic resources for “communicative wine profiling”
 
This 2nd part of a lecture given at the School of Wine and Spirits Business in Dijon (BSB) focusses on three case studies around the notion of « communication wine profiling ». It is based on four assumptions presented and discussed in details in the 1st part: (i) the are major zones of semantic and cognitive uncertainty in winespeak leading to (ii) a communicative gap(s) between experts and non-experts, especially consumers, (iii) wine terminology is characterized – besides the technical (organoleptic) dimension – by additional levels of meaning (emotional, expressive and evaluative components) and (iv) representing/conceptualizing wine descriptors is prototype-based. Taking these aspects into account, adapting winespeak to consumers’ profiles and expectations is defined here as communicative wine profiling. The 1st case study presents results from an on-going research project on the categorization and description of the French sparkling wine Crémant de Bourgogne. The second one gives insights into an hybrid wine recommandation tool combining expert ontologies with consumers’ vocabulary profile. The last one discusses the communication strategies of the Brasilian espumante sectors to promote these sparking wines with or without references to prototypical Champagne-centered terminology.
 
#semantics #cognition #wine #terminology #pragmatics #communication
 

CfP: ENFOQUES DIACRÓNICOS SOBRE DISCURSOS Y CULTURAS DE ESPECIALIDAD

 

Dossier temático para Textes & Contextes 2018

Revista digital de la EA4182 – Univ. Bourgogne Franche-Comté

https://revuesshs.u-bourgogne.fr/textes&contextes/

 

ENFOQUES DIACRÓNICOS SOBRE DISCURSOS Y CULTURAS DE ESPECIALIDAD

 

 

Equipo editorial:

Didier Carnet, Jean-Pierre Charpy, Laurent Gautier (U. Bourgogne Franche-Comté)

Stéphane Patin (U. Paris Diderot – Paris VII)

 

 

Calendario

 

Peticiones de contribuciones : julio de 2016

Fecha límite de las propuestas: diciembre de 2016

Notificación de las propuestas a los autores (sin compromiso para publicación) : febrero de 2017

Mesa redonda para la coherencia del dossier: octubre de 2017

Fecha límite para la entrega de los artículos: diciembre de 2017

Notificación de los artículos a los autores : abril de 2018

Envío de la versión enmendada de los artículos : septiembre de 2018

Publicación en línea : otoño de 2018

 

Temática: enfoques históricos sobre los discursos y culturas de especialidad, teorización, posicionamiento epistemológico, metodologías, la diacronía como vía de acceso a las culturas especializadas, análisis de casos.

 

Posibles reflexiones (lista no exhaustiva):

 

– Tradiciones discursivas: ¿Cómo el paradigma de las tradiciones discursivas, desarrollado, entre otros, por los romanistas alemanes después de Coseriu (escuela de Tübingen), puede ser aplicado en el caso de los discursos especializados?

– Enfoque diacrónico sobre la terminología: ¿Cómo incorporar la dimensión histórica en las perspectivas descriptivas y/o normativas de la terminología? Qué revela la evolución de los términos sobre el desarrollo de una cultura especializada?

– Enfoque diacrónico sobre los diccionarios especializados: ¿Cómo han evolucionado las macro y micro estructuras de los diccionarios especializados? ¿Qué importancia se le puede dar a la representación de los saberes especializados en cuanto a su aspecto histórico?

– Construcción histórica de los campos de especialidad: ¿Con qué discursos/textos se estructura un campo determinado? ¿Cómo la evolución de las ciencias y tecnologías llevan al nacimiento de los nuevos campos, y su puesta en discurso?

– Estudio sobre las revistas profesionales y revistas doctas (entre las cuales los discursos académicos): ¿Cómo abordar los corpus que quedan por estudiar? ¿Qué problemas metodológicos de constitución de corpus históricos se pueden plantear en lenguas de especialidad?

– Aporte innovador de la lingüística de corpus en la metodología del enfoque histórico, sobre todo, para teorizar las “culturas especializadas”

– Dimensión etnográfica de las lenguas de especialidad: ¿Cómo reconstruir el estudio de un ámbito especializado en su profundidad histórica?

– Incorporación de los conocimientos y de los discursos especializados en la literatura: en el cruce entre la diacronía y el texto literario, ¿existe una FASP (Ficción con Sustrato Profesional) histórica?

– …
Cada artículo aceptado en la primera fase de selección se someterá al comité editorial y a revisión por expertos con método de doble ciego.

 

Lengua de publicación: alemán, español, francés, inglés

 

Las propuestas tendrán que constar de un título, un resumen de alrededor de 500 palabras, 6 palabras clave y referencias bibliográficas citadas. Se enviarán simultáneamente a didier.carnet@u-bourgogne.fr , jean-pierre.charpy@u-bourgogne.fr , laurent.gautier@u-bourgogne.fr , spatin@eila.univ-paris-diderot.fr

 

Se puede bajar la hoja de estilo para los artículos definitivos en

https://revuesshs.u-bourgogne.fr/textes&contextes/document.php?id=1307

 

CfP: DIACHRONIC APPROACH TO SPECIALISED DISCOURSE AND CULTURES

 

Special issue for Textes & Contextes 2018

Online journal for the EA4182 – Université de Bourgogne Franche-Comté

https://revuesshs.u-bourgogne.fr/textes&contextes/

DIACHRONIC APPROACH TO SPECIALISED DISCOURSE AND CULTURES

 

 

Editorial team:

Didier Carnet, Jean-Pierre Charpy, Laurent Gautier (U. Bourgogne Franche Comté) Stéphane Patin (U. Paris Diderot – Paris VII)

 

 

Schedule

 

Call for papers: July 2016

Abstract submission deadline: December 2016

Official notification of acceptance (meaning encouragement, but not commitment for publication): February 2017

Day-long seminar (discussion around the link between the papers and strengthening the coherence of the special issue): October 2017 (date to be specified)

Paper submission deadline for peer review: December 2017

Paper review feedback to authors: April 2018

Paper submission deadline: September 2018

Online publication of papers: Autumn 2018

 

General background: historical approach to specialised discourse and culture – theorisation, epistemological positioning, methodology, diachrony as a means to access specialised cultures, case studies

 

Possible paths to be developed (non-exhaustive list):

  • discursive traditions: how can the paradigm of discursive traditions, developed inter alia by the German Romanists following Coseriu (Tübingen School), be implemented for specialised discourse?;
  • diachronic approach to terminology: how can the historical dimension be integrated in the descriptive and/or normative approaches to terminology? What do we learn from the evolution of the terms of the development of a specialised culture?;
  • diachronic approach to specialised dictionaries: how did the macro- and micro-structures of specialised dictionaries evolve? What room is there for the representation of specialised knowledge in their historical dimension?;
  • the historical construction of specialised fields: how are texts and discourse structured in a given field? How does the evolution of sciences and techniques lead to the formation of new domains and their techniques?;
  • research work on professional journals and reviews (including academic discourse): How do we deal with such largely-unexplored corpora? What methodological issues should be addressed regarding the construction of historical corpora in LSP contexts?;
  • innovative contribution of corpus linguistics to the methodology of the historical approach, more particularly in the theorisation of “specialised cultures”;
  • the evolution in the way lay persons relate to specialised discourse in the wake of new technologies: how is specialised knowledge propagated and how does it circulate in blogs, forums, etc.?;
  • the ethnographic dimension of LSP: how do we reconstruct the study of a specialised environment in its historical depth?;
  • the embedding of specialised knowledge and discourse: is there a historical FASP at the intersection of diachrony and literary texts?;

 

Each pre-selected paper will be submitted to the editorial committee and go through a double-blind peer-reviewing process.

 

Proposals, comprising a title, an abstract of about 500 characters, six key-words and references cited in the paper, will be sent simultaneously to didier.carnet@u-bourgogne.fr jean-pierre.charpy@u-bourgogne.fr, laurent.gautier@u-bourgogne.fr, aspatin@eila.univ-paris-diderot.frnd

 

The style sheet (for accepted papers) can be downloaded from:

https://revuesshs.u-bourgogne.fr/textes&contextes/document.php?id=1307

 

Rôles sémantiques, frames et mise en perspective de l’information

Nouvelle présentation en ligne : mon intervention du 8.01.2016 au séminaire de #linguistique #allemande du Pr Martine Dalmas (Paris-Sorbonne) sur

 » #Rôles #sémantiques, #frames et mise en perspective de l’information »

#semantics #discourse #analysis #linguistics

01 2016 séminaire MD Paris IV

New book : Gautier/Lavric (éds) : Unité et diversité dans les discours sur le vin en Europe

Vient de paraître :

Laurent Gautier / Eva Lavric (Eds). Unité et diversité dans les discours sur le vin en Europe (= InnTrans ; 8), Frankfurt/Main : Peter Lang, 2015.

ISBN 978-3-631-64306-8 / DOI 10.3726/978-3-653-03202-4

Table des matières : Unité_Diversité_toc

Bon de commande : Unité_Diversité_Werbeblatt

CfP Dialogisme et polyphonie dans les langages de spécialité – vers une socioterminologie dynamique

Dialogisme et polyphonie dans les langages de spécialité – vers une socioterminologie dynamique

COLLOQUE ORGANISÉ PAR Le département de Traduction, interprÉtation et Linguistique AppliquÉe

facultÉ des Langues et LittÉratures étrangÈres

UniversitÉ d’État de Moldova

DU 1er au 2 octobre 2015, ChiȘinAu, RÉpublique de Moldova

Contexte :

Ce colloque international et interdisciplinaire s’intéresse en particulier à la dynamicité complexe des terminologies multilingues dans les conditions d’un monde en plein essor. On arguera que la terminologie est d’emblée une science qui repose sur des principes inter- et transdisciplinaires, l’intérêt des recherches couvrant plusieurs dimensions – linguistique, ontologique, traductionnelle, culturelle, sociale, historique, phénoménologique, psychologique, etc. De nos jours, la terminologie n’est plus conçue comme un domaine rigide avec des tendances claires vers la normalisation. Selon J. Sager (1990: 13), il y a trois possibles approches pour se lancer dans l’étude de la terminologie: du point de vue du référent, du point de vue du rapport terme-concept et du point de vue de l’équivalence référent-terme. Ces approches sont d’ailleurs essentielles en terminologie. L’approche cognitive met en lumière la relation entre la forme linguistique et le concept (le référent dans le monde réel). Dans le cadre de l’approche linguistique la démarche est orientée vers l’examen des formes linguistiques réelles et possibles des représentations terminologiques. Enfin, l’approche communicative vise l’analyse des terminologies et l’activité humaine de compilation et de traitement des données terminologiques. Chaque approche a ainsi conduit à la création de nouvelles directions en terminologie: la socioterminologie, la terminologie sociocognitive, la terminologie culturelle, etc. L’ensemble des recherches dans la terminologie est toujours ciblé sur ses utilisateurs et cette condition met en valeur la dimension anthropologique de plus en plus évidente de la science terminologique.

Axe 1

La terminologie dans le dialogue des cultures

 

La société dans laquelle nous vivons nous impose de nouveaux pouvoirs, de nouveaux enjeux et de nouveaux défis, tout ceci grâce au développement croissant des technologies de l’information et de la communication. Notons que la terminologie n’a jamais cessé d’évoluer elle non plus. Elle aussi s’est trouvée sous la pression de nouveaux besoins, de nouvelles situations qui émergent et deviennent dominants au sein de la société. Ainsi, depuis sa constitution en tant que discipline, vers la fin du XIXe siècle, la terminologie a connu un renouvellement profond.

La différence des langues mises en contact fait apparaître des modes de conceptualisation spécifiques et des divergences interculturelles. Il existe une production terminologique propre à chaque langue-culture sur la base de catégorisations lexicales, de procédés morphosyntaxiques, de représentations (cognitives et/ou culturelles) véhiculés par chaque langue, etc. Il en résulte des variations linguistiques, terminologiques et culturelles qui sont souvent perçues comme des obstacles à la communication.

Cette direction est explorée plutôt par les trois approches théoriques: la terminologie sociocognitive (Rita Temmerman), la théorie des portes (Teresa Cabré), et la terminologie culturelle (Marcel Diki-Kidiri, Edema Atibakwa).

La terminologie sociocognitive place la compréhension d’un texte de spécialité au cœur de sa démarche et redéfinit le terme comme «unité de compréhension». Celle-ci, contrairement au «terme» de la théorie classique, a une valeur communicative contextuelle et entre dans plusieurs réseaux conceptuels, sémantiques, lexicaux, syntaxiques, diachroniques et pragmatiques.

La théorie des portes abandonne l’idée d’une théorie générale de la terminologie, qui n’a pu être proposée par Wüster qu’au prix d’une restriction drastique sur l’objet de la terminologie, le terme. En revanche, elle expose une théorie du terme qui rend compte de son caractère polyédrique, et permet son étude par différentes disciplines, chacune avec ses méthodes propres. Ainsi, le terme peut être étudié comme un signe linguistique à part entière, comme une unité de cognition (un modèle conceptuel idéalisé), comme un élément de communication (avec des degrés de compréhension) etc. La terminologie elle-même n’est donc plus qu’un espace de rencontre et d’interaction entre plusieurs disciplines concernées par le savoir, la technologie, et toutes les formes de spécialité.

Enfin, avec la terminologie culturelle, la culture d’une communauté humaine donnée est au centre de la démarche. Cette culture se nourrit de toute l’expérience humaine en termes de productions, de savoirs et de savoir-faire de tous genres. Chaque nouvelle réalité est perçue et reconceptualisée de manière à intégrer la culture, et devient à son tour un archétype, une grille d’interprétation pour la compréhension et l’appropriation de nouvelles réalités.

Ce qu’il y a de commun entre ces approches théoriques c’est le fait qu’on place au centre l’individu qui est membre d’une communauté ce qui nous permet de regarder au-delà des limites de la terminologie dite traditionnelle, et de mettre en lumière la dimension sociale, historique, culturelle dans le cadre de l’appropriation des savoirs dans telle ou telle communauté linguistique et, par conséquent, de voir comment dans une autre langue on cherche à intégrer les expériences d’autres langues.

Dans le cadre de cet axe on vous invite à une réflexion collective sur la terminologie culturelle, la veille socio-terminologique, la diffusion et l’implantation des terminologies dans diverses langues.

Axe 2

Corrélation polyphonique terme-concept

Dans le cadre de la terminologie traditionnelle, le terme désignant un concept est en relation de monosémie avec le concept. Ce point de vue est toujours soutenu par de nombreux chercheurs, étant confirmé par la présence des nomenclatures et des systèmes de dénomination à un degré de standardisation élevé.

Avec les travaux de Teresa Cabré, Valérie Delavigne, Yves Gambier, François Gaudin, Monique Slodzian ou Ritta Temmerman, le contexte discursif passe au premier plan. Ainsi on admet la polysémie du terme et la nécessité d’un contexte pour le désambigüiser. Ce retour aux formes discursives des termes, à la communication spécialisée, à la communication de vulgarisation a déterminé un changement significatif d’attitude parmi les chercheurs qui s’intéressent aux aspects liés à la terminologie. Le contexte se retrouve au cœur des préoccupations dans le domaine de la terminologie, de la lexicologie, de la traduction, car c’est dans le contexte que naît le sens. L’étude de la terminologie dans des contextes linguistiques (des langues de spécialité) a mis en évidence d’autres aspects importants, tels la variation linguistique et socioterminologique du terme, la polysémie, la synonymie et l’homonymie en terminologie, la phraséologie, etc.

On peut ainsi constater qu’en dépit des efforts de normalisation, une double terminologie (une qui est officielle et l’autre qui est informelle) peut s’installer dans une même entreprise, un même organisme, etc. Voire la polysémie qui était tant pourchassée comme source d’ambiguïté est sournoisement omniprésente, car des domaines entiers exploitent à fond la métaphore comme mode de dénomination et source culturelle de conceptualisation.

Chaque terme revêt autant de valeurs que le contexte le demande ou le commande. C’est donc le contexte social et le cotexte linguistique qui donnent sa valeur au terme. La valeur est donc « le sens que peut revêtir un concept et la dénomination que peut prendre un terme en fonction de son contexte social et de son cotexte linguistique en vue de répondre à des besoins communicationnels précis » (J. Pelletier, 2012).

Il y a de nombreuses typologies de la variation (Jacquemin, 1999 ; Daille, 2002) qui sont conçues en fonction des objectifs des auteurs qui les ont lancées. Ce qu’il faut retenir c’est que la variation terminologique est un modèle à trois composantes : la variation dénominative (VD), la variation conceptuelle (VC) et la variation polysémique (VP). À l’intérieur de la VP il y a intégrées les métaphores terminologiques. La VD ou la synonymie, pour ceux qui préfèrent ce terme, correspond à l’existence de deux ou plusieurs dénominations différentes liées à un même signifié et à un même référent. La VC représente le phénomène selon lequel un concept peut revêtir plusieurs valeurs selon la conception, selon la perception ou l’usage qu’en font les locuteurs (destination, point de vue, objectif, etc.) et correspondant à un même référent. C’est exactement là que réside la différence principale entre la VC et la VP. Dans le cas de la VP, une dénomination a plusieurs signifiés différents et correspond aussi à des référents différents.

Toutes ces orientations et approches mettent en valeur l’existence d’une pluralité de discours de spécialité et nous permettent de mieux cerner la corrélation polyphonique qui existe entre le terme et le concept se manifestant par toutes sortes de reformulations, altérations et variations dans les textes et discours de spécialité.

Les antinomies terme-mot, langage de spécialité-langage général, polysémie-monosémie etc. ont ainsi adopté un aspect qualitativement nouveau en terminologie grâce aux approches et l’étude de la terminologie en contexte.

Dans le cadre de cet axe on vous invite à une réflexion collective sur des aspects sociolinguistiques et pragmatiques des langues de spécialité et à une approche des terminologies intégrant la variation dans toutes ses dimensions linguistiques et extralinguistiques.

CONFÉRENCIERS INVITÉS

Carmen-Ștefania STOEAN, professeur, Académie d’Études Économiques de Bucarest, Roumanie : Le rôle de la polyphonie dans l’organisation stratégique du discours spécialisé

 

Laurent Gautier, professeur, Université de Bourgogne, Dijon, France : La circulation des termes d’un monde discursif à l’autre : l’exemple de la terminologie sensorielle

 

LANGUES OFFICIELLES DU COLLOQUE : FRANÇAIS, ANGLAIS et Roumain

 

Coorganisateurs du colloque

  • Université d’État de Moldova
  • Agence Universitaire de la Francophonie
  • Centre Interuniversitaire Multilingue d’Excellence dans le domaine de la Traduction, de la Terminologie et de l’Ingénierie de la Langue (CIMETTIL)
  • AQA – Management des événements et des projets

MODALITÉS DE SOUMISSION des propositions

Les propositions de communication doivent comporter les indications suivantes :

  • Nom, prénom, affiliation du participant ;
  • Titre de la communication ;
  • Exposé de la problématique de l’étude donnant les détails pertinents sur la problématique, le cadre méthodologique, le corpus analysé, les principaux résultats escomptés ;
  • une bibliographie de quatre titres maximum ;
  • 4 à 5 mots-clés.

L’ensemble ne devra pas excéder 1 page, bibliographie incluse (Times 12, interligne 1,5).

Organisation des interventions

  • Communications individuelles (20 minutes+10 minutes de débats/questions)
  • Conférences plénières (45 minutes + 10 minutes de débats/questions)

Les actes du colloque seront publiés aux Éditions de l’Université d’État de Moldova. Les auteurs sont priés d’indiquer de manière explicite l’axe auquel ils voudront s’inscrire.

CALENDRIER

  • Diffusion de l’appel à communications : 26 janvier 2015
  • Date butoir pour la soumission : 1 septembre 2015
  • Notifications aux auteurs : 10 septembre 2015
  • Colloque : du 1er au 2 octobre 2015

COMITÉ SCIENTIFIQUE

  • Laurent Gautier, professeur, Université de Bourgogne, Dijon, France
  • Carmen-Ștefania Stoean, professeur, Académie d’Études Économiques de Bucarest, Roumanie
  • Mohammed Jadir, professeur, Université Hassan II, Mohammedia, Maroc
  • Sanda-Maria Ardeleanu, professeur, Université « Stefan cel Mare » de Suceava, Roumanie
  • Mzaro Doktourichvili, professeur, Université d’État Ilia de Tbilissi, Géorgie
  • Kariné Grigoryan, professeur, Université d’État des Langues et des Sciences Sociales Brusov d’Erevan, Arménie
  • Anna Bondarenco, professeur, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova
  • Ludmila Zbanț, professeur, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova
  • Inga Druță, maître de conférences, Académie des Sciences de la République de Moldova
  • Angela Gradinaru, maître de conférences, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova
  • Eufrosinia Axenti, maître de conférences, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova
  • Gabriela Șaganean, maître de conférences, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova

COMITÉ D’ORGANISATION

Angela Gradinaru, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova

Gabriela Șaganean, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova

Irina Breahnă, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova

Natalia Mucerschi, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova

Rodica Caragia, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova

Larisa Cebuc, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova

Alina Bușilă, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova

Ina Sâtnic, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova

Ina Marchitan, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova

Galina Ciudin, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova

Ina Savciuc, Université d’État de Moldova, Chișinău, République de Moldova

Frais de participation

Les frais de participation de 40 Euros/25 pour les doctorants (les participants étrangers) et de 250 lei (les participants moldaves), couvrent les pauses-café, le dossier du colloque, la publication des Actes du colloque et un repas festif et seront payés sur place, le 1er octobre, au moment de l’enregistrement des participants.

Les frais d’inscription, de transport, d’hébergement et d’envoi du volume sont à la charge des participants.