CfP – Vin et altérité – Mulhouse, UHA, 18-19 octobre 2018

Vin et altérité: Colloque ILLE / CIRLEP / CRESAT 18-19 octobre 2018,

organisé à l’Université de Haute-Alsace de Mulhouse

 

Les plaisirs de la chère occupent une place de choix dans les réflexions de notre époque. Des scandales alimentaires aux débats sur la consommation de produits d’origine animale, en passant par l’omniprésence de la cuisine dans la presse et les médias, la question du comment manger et du comment boire est devenue dans les quinze dernières années une préoccupation de société. Les sciences humaines et sociales ont donc logiquement commencé à s’approprier ces sujets qu’elles avaient jusqu’alors somme toute assez peu investis. C’est dans cette dynamique que s’inscrit notre projet, qui se propose sous le titre « Le vin de l’autre » d’analyser le vin, jusque dans ses déplacements et ses errances, comme vecteur d’une identité régionale, élément d’identification à un patrimoine et à un terroir. Tel est notre postulat de départ, qui se fonde sur l’idée qu’une culture à la fois partagée et diversifiée du vin, et bien évidemment modulée selon les perceptions sociales, morales, politiques ou religieuses de chacun, constitue un des marqueurs de la nouvelle région Grand Est. L’angle d’approche choisi, celui du « vin de l’autre », vient ajouter à cet aspect général (le vin comme marqueur culturel complexe d’un espace géographique) la dimension des rencontres, reconnaissances et perceptions croisées, rencontre de l’autre autour ou à propos d’un verre, mais aussi rencontre de « soi-même comme un autre », de l’autre en soi, dans l’ivresse par exemple, sans oublier les horizons mythiques attribués aux origines lointaines des cépages, ou la dimension de la communion avec un idéal religieux, ou encore les jeux de synesthésie avec l’univers de la littérature, de la poésie des beaux-arts et de la musique. Ces deux aspects permettent d’ouvrir le discours du vin sur des champs de recherche très divers. En effet si, comme on vient de le suggérer, le vin est aussi étroitement associé à l’image de notre grande région, c’est sans doute aussi parce qu’il est médium de séduction et de transfert, ce qui lui confère, en tant qu’objet scientifique, un intérêt très large, à la fois transdisciplinaire et transrégional.

Dans cet esprit, le projet doit permettre de réunir des chercheurs afin qu’ils réfléchissent ensemble à la pertinence et à l’actualité de la thématique du vin dans le domaine des sciences humaines. Il s’agira de travailler autour de quatre axes :

• Le premier visera à s’interroger sur les nouveaux enjeux de recherche, pour les études littéraires, d’une réflexion sur les rapports entre vin et altérité.

• Le deuxième définira les contours d’une linguistique du vin, qui prenne en compte son lexique et les discours et les représentations qu’il engendre.

• Un troisième axe sera consacré aux pratiques et usages auxquels donne lieu le vin, et notamment la communication autour du vin, en lien avec la question du numérique.

• Un quatrième aspect sera centré sur la question du vin et des territoires dans la région Grand-est, aussi bien du point de vue synchronique que diachronique.

L’objectif de ce colloque est de mettre en réseau des connaissances sur le vin issues de différentes cultures disciplinaires pour livrer une cartographie de ce que les sciences humaines ont à apporter à la thématique du vin dans le contexte qui vient d’être évoqué, avec une attention particulière à la dimension transfrontalière de la culture du vin au sein de la région Grand-Est, fruit de ses relations passées et contemporaines avec l’espace d’outre-Rhin.

Les propositions de communications sont à envoyer à sonia.goldblum-krause@uha.fr avant le 15 juin 2018.

Comité d’organisation : Michel Faure, Sonia Goldblum, Frédérique Toudoire-Surlapierre, Carsten Wilhelm.

Comité scientifique : Clémence Andréys (Université de Franche-Comté) Christophe Bertsch (Université de Haute-Alsace, LVBE) Laure Castin, directrice de l’Institut Georges Chappaz (Vins de Champagne), Jean-Claude Domenget (Université de Franche-Comté) Michel Faure (Université de Haute-Alsace, ILLE) Laurent Gautier (Université de Bourgogne , Dijon) Sonia Goldblum (Université de Haute-Alsace, ILLE) Ralph Häfner (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg) Robert Kopp (professeur émérite à l’Université de Bâle) Patrick Leroyer (Arhus University, School of Communication and Culture – Centre for Lexicography) Eleni Mitropoulou (Université de Haute-Alsace, CRESAT) Thomas Nicklas (Directeur du CIRLEP Université de Reims-Champagne-Ardenne) Hervé This (INRA, Membre de l’Académie des sciences, lettres et arts d’Alsace) Frédérique Toudoire-Surlapierre (directrice d’ILLE, Université de Haute-Alsace) Jean-Louis Vezien (Ancien Délégué national de l’Institut National des Appellations d’origine, Ancien Directeur du Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace) Carsten Wilhelm (directeur du CRESAT, Université de Haute-Alsace)

Publicités

cfp allemand de spécialité à l’ère numérique, nouvelle date

APPEL À COMMUNICATIONS

Journée d’études du GERALS à lUniversité de Franche-Comté

Changement de date : Jeudi 3 décembre 2015

Lallemand de spécialité à l’ère numérique

 

Coorganisateurs : GERALS, Groupe d’Etude et de Recherche en Allemand de Spécialité, C.R.I.T. (Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles), ELLIADD-OUN (Edition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours – Objets et Usages Numériques), UFR-STGI Montbéliard (Unité de Formation et de Recherche en Sciences, Techniques et Gestion de l’Industrie).

Comité dorganisation : Jean-Marc DELAGNEAU (Université du Havre), Priscilla WIND (Université de Franche-Comté), Clémence ANDRÉYS (Université de Franche-Comté), Laurent GAUTIER (Université de Bourgogne), Thierry GRASS (Université de Strasbourg).

Comité scientifique : Jean-Marc DELAGNEAU (Université du Havre), Priscilla WIND (Université de Franche-Comté), Clémence ANDRÉYS (Université de Franche-Comté), Laurent GAUTIER (Université de Bourgogne), Thierry GRASS (Université de Strasbourg), Christophe REFFAY (Université de Franche-Comté), Françoise GREFFIER (Université de Franche- Comté), Günter SCHMALE (Université de Lorraine).

La quatrième journée d’études du GERALS est organisée par l’équipe LEA de l’UFR-STGI- Montbéliard, qui approfondit, à travers son master Langues et Commerce électronique, les liens entre numérique et langue de spécialité. Elle s’adresse aux enseignants, enseignants- chercheurs et doctorants germanistes de lenseignement supérieur (BTS, IUT, CPGE, LANSAD, LEA, LCE). Son objectif est de réfléchir aux usages et aux enjeux du numérique pour l’allemand de spécialité.

L’ère numérique fait émerger de nouvelles manières d’être et d’agir, dans la vie publique et dans la vie privée, une nouvelle perception du temps et de l’espace, de nouveaux modes de sociabilité. Favorisant l’émergence de la notion de communauté, elle exacerbe les tensions entre les idées de « réseau » et « personnalisation ». Cette réflexion traverse les champs disciplinaires suivants de l’allemand de spécialité.

– didactique : l’intégration du numérique a conduit à l’enrichissement des supports et pratiques pédagogiques, modifiant la place de l’apprenant et de l’enseignant (collaborativité, autonomie, individualisation de l’apprentissage, interactions en ligne, rôle de l’enseignant). On pourra notamment questionner l’impact du numérique sur l’enseignement et l’apprentissage de l’allemand de spécialité (contraintes et opportunités).

– interculturel : l’environnement de travail, les modes de communication et d’accès à l’information sont modifiés dans une société numérique. Les communications pourront porter sur des analyses interculturelles des contenus web (webmarketing dans l’aire germano- phone et allemand de spécialité, réseaux sociaux et allemand de spécialité, pratiques socio-culturelles sur le web).

– linguistique et traductologie: les programmes informatiques de traitement automatique du langage, d’analyse textuelle, d’assistance à la lexicographie et à la traduction ont per- mis des avancées importantes dans l’approche des langues de spécialité et mis à la dis- position des chercheurs, des enseignants, comme des traducteurs, des outils performants. Les communications pourront porter sur les analyses diachroniques et synchroniques de corpus, l’analyse des discours spécialisés, la terminologie et le lexique spécialisé, la phraséologie et la syntaxe spécialisées, l’état des lieux des dictionnaires numériques en ligne, la traduction spécialisée et la rédaction multimédia.

Les propositions de communications (titre + résumé d’environ 500 mots), en français ou en allemand, pourront aborder notamment les points évoqués ci-dessus. Elles devront être envoyées avant le 20 octobre 2015 à :
priscilla.wind@univ-fcomte.fr et clemence.andreys@univ-fcomte.fr