nouveau ppt en ligne : Produire expérimentalement des corpus spécialisés pour l’analyse sémantique : méthodes et enjeux

La présentation de ma communication avec Mariele Mancebo-Humbert sur « Produire expérimentalement des corpus spécialisés pour l’analyse sémantique : méthodes et enjeux » aux journées d’études « Corpus sur Objectifs Spécifiques » à l’Université Lyon 3 est en ligne ici.

Mots clefs : discours spécialisés, corpus expérimentaux, enquêtes, descripteurs sensoriels, terminologie

[Contexte] La présente proposition vise, à la suite de De Mönnink (1999) et Gilquin / Gries (2009), à interroger et discuter le rôle de corpus produits expérimentalement et de façon ad hoc pour l’analyse du lexique spécialisé – que les unités considérées soient officiellement reconnues comme termes ou non. Elle s’inscrit dans le paradigme d’une recherche située (Condamines / Narcy-Combes 2015) et intrinsèquement interdisciplinaire (Gautier 2014). Si les corpus spécialisés écrits, et dans une moindre mesure oraux, sont devenus monnaie courante, qu’ils soient intégrés aux corpus de référence ou produits pour des besoins spécifiques (Loock 2016), les corpus expérimentaux, qui se rapprochent des enquêtes de la linguistique de terrain (Blanchet 2012), sont moins souvent convoqués – à l’exception notable de projets de recherche, comme ceux dont il est question ici, ayant pour objet les lexiques et les discours expérientiels (Dubois 2009).

[Problématique] Dans ce cadre, la communication discutera les enjeux, pour le linguiste, liés à la production de telles ressources, ainsi que les problèmes afférents en termes de méthodologie. A partir du cas particulier du lexique de dégustation de vins effervescents (Mancebo-Humbert et al. 2018), à la suite de Normand (2002) sur le champagne, on s’interrogera ainsi sur les critères présidant au corpus design : présence ou non d’un stimulus, mode de formulation des questions au vu des résultats escomptés (Delepaut 2009), prise en compte des profils de répondants, etc.

[Données et discussion] Cette problématique générale sera illustrée à partir de deux jeux de données en français (production de paroles par des panels professionnels et consommateurs lors de dégustation de Crémant de Bourgogne et réponse à un questionnaire en ligne sans stimulus sur ce produit) et un jeu de données en portugais brésilien (questionnaire en ligne sans stimulus sur les vins espumantes). On discutera ainsi, tout spécialement, la façon dont les critères généralement admis en linguistique de corpus doivent être ici repensés, voire re-calibrés : approche quantitative vs qualitative, fréquence minimale, représentativité des résultats, place des hapax, etc. Une attention particulière sera accordée à l’apport de ces corpus pour le traitement sémantico-cognitif du lexique de spécialité correspondant (ten Hacken 2015).

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

BLANCHET, Philippe (2012). La linguistique de terrain, méthode et théorie : une approche ethnosociolinguistique de la complexité. 2e ed. Collection Didact linguistique. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

CONDAMINES, Anne / NARCY-COMBES, Jean-Paul (2015). La linguistique appliquée comme science située. Francis Carton et al. (dir.). In : Cultures de recherche en linguistique appliquée. Paris : Riveneuve éditions, pp. 209-229.

DE MÖNNINK, Inge (1999). Combining Corpus and Experimental Data. In : International Journal of Corpus Linguistics, n°4/1, pp. 77-111.

DELEPAUT, Gaëlle (2009). Questionner : comment et pourquoi ? Le choc des questions, le poids des mots ! In : Le sentir et le dire : concepts et méthodologies en linguistique et psychologie cognitive. DUBOIS, Danièle (dir.). Paris : L’Harmattan.

DUBOIS, Danièle (2009). Le Sentir et le dire : définir l’objet et construire la démarche. In : Le sentir et le dire : concepts et méthodologies en linguistique et psychologie cognitive. DUBOIS, Danièle (dir.). Paris : L’Harmattan.

GAUTIER, Laurent (2014). Des langues de spécialité à la communication spécialisée : un nouveau paradigme de recherche à l’intersection entre sciences du langage, info-com et sciences cognitives ? In : Etudes Interdisciplinaires en Sciences humaines, vol. 1, pp. 225-245.

GILQUIN, Gaëtanelle / GRIES, Stefan Th. (2009). Corpora and experimental methods: a state of the art review. In : Corpus Linguistics and Linguistic Theory, vol. 5, n° 1. pp. 1-26.

LOOCK, Rudi (2016). La traductologie de corpus. Villeneuve d’Ascq : Presses du Septentrion.

MANCEBO-HUMBERT, Mariele / LE FUR, Yves / GAUTIER, Laurent (2018). La construction du discours de dégustation de Crémant de Bourgogne de 1995 à aujourd’hui. In : Bourgogne(s) viticole(s) : Enjeux et perspectives historiques d’un terroir. WOLIKOW, Serge et JAQUECT, Olivier (dir.). Dijon : Éditions Universitaires de Dijon, p. 237-252.

NORMAND, Sylvie (2002). Les mots de la dégustation du champagne : analyse sémantique d’un discours professionnel. Paris : CNRS.

TEN HACKEN, Pius (2015). Terms and specialized vocabulary : taming the prototypes. In : Handbook of terminology. KOCKAERT, Hendrik J. et STEURS, Frieda (dir.), vol. 1, pp. 3-14. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins Publishing Company.

Publicités

nouveau ppt en ligne : Les corpus oraux professionnels : conditions de production et d’exploitation pour une recherche située en langues-cultures de spécialité

Ma communication avec Matthieu Bach aux journées d’études « Corpus sur Objectifs Spécifiques » (Lyon 3) est en ligne ici.

Les corpus oraux professionnels : conditions de production et d’exploitation pour une recherche située en langues-cultures de spécialité

Mots clefs : discours spécialisés, discours professionnels, corpus oraux, interactions, approche ethnographique

[Contexte] La présente proposition, qui se situe à l’intersection de deux questions posées dans l’AAP (Comment représenter une variété spécialisée ? Comment constituer un corpus de langue orale ?) s’inscrit dans le paradigme actuel d’une recherche linguistique située (Condamines / Narcy-Combes 2015) intégrant les conséquences méthodologiques d’une approche qui envisage les langues-cultures spécialisées à partir de la spécialité, comprise au sens de Petit (2010), et mettant donc au premier plan les acteurs, contenus et interactions propres au domaine considéré. Ce faisant, elle intègre une dimension parfois qualifiée d’ethnographique (Dressen-Hammouda 2013, Isani 2014) nécessaire à une saisie réellement contextualisée des discours constitutifs de ladite spécialité.

[Problématique] La démonstration discutera ainsi à partir d’un domaine précis, la filière viti-vinicole, les enjeux de cette conceptualisation des langues-cultures de spécialité pour la compilation de données authentiques et représentatives pour aboutir à une description linguistique holistique. La recherche s’étant longtemps focalisée sur les seuls discours écrits et le plus souvent académiques et, s’agissant de langue orale, sur l’application des méthodologies conversationnelles à des objets spécialisés (Bowles / Seedhouse 20092), ce questionnement général sera instancié ici, à la suite de Gautier / Hohota (2014) et Gautier / Bach (2017), à partir du cas de discours professionnels (Gunnarsson 2009) et oraux. On insistera par ailleurs sur le fait que l’approche proposée se focalise sur des discours du sensoriel qui imposent de facto une certaine prudence dans leur processus de production, par-delà les standards généralement admis.

[Données et discussion] L’analyse partira de la triangulation de trois jeux de données originales produits in situ dont il s’agira de mettre en avant les interactions croisées pour la saisie des moules discursifs et cognitifs constitutifs d’au moins une partie, sans doute la plus importante stratégiquement, de la filière viti-vinicole : (i) des séances de présentation de vin par des professionnels (producteurs et cavistes), (ii) des séances de dégustation entre professionnels et amateurs dans différents contextes marketing et (iii) des entretiens semi-guidés avec des producteurs. Sur cette base, on discutera à la fois les problématiques matérielles (calibrage de la collecte, transcription, granularité d’annotation, etc.) et méthodologiques pour l’analyse (saisie des différents niveaux de description linguistique, séquences d’interactions, dépassement de la terminologie).

 

Références citées :

BOWLES, H., SEEDHOUSE, P. (Dir.). 22009. Conversation Analysis and Language for Specific Purposes. Berne : Peter Lang.

CONDAMINES, A., NARCY-COMBES, J.-P. 2015. « La linguistique appliquée comme science située », dans Francis Carton et al., Cultures de recherche en linguistique appliquée. Paris : Riveneuve éditions, p. 209-229.

DRESSEN-HAMMOUDA, D. 2013. « Ethnographic approaches to ESP research », dans Brian Paltridge et Sue Starfield, The Handbook of English for Specific Purposes. Chichester : Wiley-Blackwell, p. 501-517.

GAUTIER, L., HOHOTA, V. 2014. « Construire et exploiter un corpus oral de situa- tions de dégustation : l’exemple d’Oenolex Bourgogne », Studia Universitatis Babes Bolyai – Studia Philologia, Universitatea Babeş-Bolyai, 59(4), p. 157- 173.

GAUTIER, L., BACH, M. 2017. « La terminologie du vin au prisme des corpus oraux de dégustation/ présentation (français-allemand) : entre émotions, culture et sensorialité », Etudes de linguistique appliquée, 188, 485-509.

GUNNARSSON, B.-L., 2009. Professional Discourse. London, Blumsberry.

ISANI, S. 2014. « Ethnography as a research-support discipline in ESP teaching, learning and research in the French academic context », Asp, 66, p. 27-39.

PETIT, M. 2010. « Le discours spécialisé et le spécialisé du discours : repères pour l’analyse du discours en anglais de spécialité », E-rea. [Online]. https://erea.revues.org/1400 le 18 juillet 2018.

 

 

Recension de Gautier, éd. (2018).

A découvrir dans le numéro 58 de LIDIL, une très belle recension de mon collectif sur #figement et #discours #spécialisés paru 2018 chez Frank und Timme
 
#syntaxe #sémantique #linguistique #textuelle #phraséologie #idiomaticité #terimonologie #patterns
 
A lire ici.
Cover_Figement et discours specialise

ppt online Zum Druck von Fachwissen und Fachstrukturen auf das Lexikon-Grammatik-Kontinuum: zum Ausdruck von Aspektualität in Wetterberichten (dt.-frz.)

Meine ppt-Präsentation auf dem diesjährigen verbal-Workshop « #Sprache und #Wetter » (#ÖLT2018 in Innsbruck) kann hier heruntergeladen werden

Zum Druck von Fachwissen und Fachstrukturen auf das Lexikon-Grammatik-Kontinuum: zum Ausdruck von Aspektualität in Wetterberichten (dt.-frz.)

 

Der Beitrag reiht sich in drei aktuelle Forschungsstränge ein: (i) korpuslinguistische Zugänge zu Fachdiskursen, wobei quantitative und qualitative Erhebungen parallel durchgeführt werden, (ii) holistische Beschreibungen derselben, wo Lexikon und Grammatik ein Kontinuum bilden und zur Anerkennung globaler Patterns führen (Geldhill/Kübler 2016), und (iii) konstruktionsgrammatische Modelle, die sich in einem solchen methodologischen und theoretischen Rahmen als besonders relevant ergeben und – da sie kognitiv verankert sind – eine Brücke zwischen der kognitiven Architektur eines Faches und deren Versprachlichungsmodi in den fachspezifischen Textsorten schlagen.

Unterschiedliche Teilaspekte des Wetter-„diskurses“ sind schon Gegenstände linguistischer Forschungen gewesen, etwa Areallinguistik (Antieau 2012), Lexik (Krycki 2006), Modalität (Krycki 2001) oder auch Crossmedialität (Mac 2015). In diesem Kontext widmet sich der Beitrag dem Textmuster ‚Wetterbericht im Internet’ und knüpft an existierende textsorten-orientierte Arbeiten (z.B. Spillner 1997, Krycki 2009) an. Durch den Fokus auf die Kategorie ‚Aspektualität’ (Gautier/Haberkorn 2004/22011) und im Anschluss an Davidse/Noppen (2003) oder Eriksen et al. (2010) soll aber – neben Temporalität (Blondeau/Labeau 2016) – ein weiteres mehrdimensionales Definitionsmerkmal des Textmusters untersucht werden, das durch die kognitive Struktur des Faches selbst motiviert wird: Wetterberichte vergleichen ja prinzipiell aufeinander folgende ‚Zustände’, was einen sehr detaillierten Ausdruck von Aspekt und Aktionsarten begünstigt.

Auf Grund zweier, mit WebBootCat automatisch erstellter vergleichbarer Korpora (ca. 120.000 Tokens fürs Deutsche, ca. 188.000 Tokens fürs Französische) wird nach Spillner (1983) kontrastiv gezeigt, inwiefern der Ausdruck von Aspektualität mit drei fach- und textmusterspezifischen Größen zusammenhängt: (i) einem zugrundeliegenden Vergleich-Frame, wo Vorgangs- und Zustandsprädikate die Hauptrolle spielen, (ii) dem temporalen Bezug zwischen Gegenwart und Zukunft und (iii) der Ausdruck von Evidenzialität. Abschließend wird für eine fachbezogene konstruktionsgrammatische Darstellung dieser Phänomene plädiert.

 

Zitierte Literatur

 

Antieau, Lamont D. (2012). „Talk about the weather: comparative constructions in the Middle Rockies“, in : American Speech 87(4), 432-446.

Blondeau, Hélène/Labeau, Emmanuelle (2016). „La référence temporelle au futur dans les bulletins météo en France et au Québec : regard variationniste sur l’oral préparé“, in: The Canadian Journal of Linguistics / La revue canadienne de linguistique 61(3), 240-258.

Davidse, Kristin/Noppen, Anneke (2003). „FSP and the grammar of the weather in English“, in: Hladký, Josef (Hg.). Language and Function. To the memory of Jan Firbas. Amsterdam: John Benjamins, 71-88.

Eriksen, Pål/Kittilä, Seppo/ Kolehmainen, Leena (2010). „Linguistics of weather: crosslinguistic patterns of meteorological expressions“, in: Studies in Language 34(3), 565-601.

Gautier, Laurent/Haberkorn, Didier, Hgg. (2004/22011). Aspekt und Aktionsarten im heutigen Deutsch. Tübingen: Stauffenburg.

Gledhill, Christopher/Kübler, Natalie (2016). „What can linguistic approaches bring to English for Specific Purposes?“, in: ASp – La revue du GERAS, 69, 65-95.

Krycki, Piotr (2001). „Zur sprachlichen Gestaltung von Wetterberichten in Zeitungen unter besonderer Berücksichtigung der Mittel zum Ausdruck der Modalität des Geltungsgrades“, in: Sommerfeldt, Karl-Ernst/Schreiber, Herbert (Hgg.). Textsorten des Alltags und ihre typischen sprachlichen Mittel. Frankfurt am Main: Peter Lang, 35-46.

Krycki, Piotr (2006). „Lexikalische Besonderheiten der Wetterberichte“, in: Kotin, Michail L./ Krycki, Piotr/ Laskowski, Marek/ Zuchewicz, Tadeusz (Hgg.). Das Deutsche als Forschungsobjekt und als Studienfach: Synchronie, Diachronie, Sprachkontrast, Glottodidaktik. Frankfurt am Main: Peter Lang, 293-298.

Krycki, Piotr (2009). Die Textsorten Wettervorhersage im Kommunikationsbereich Wissenschaft und Wetterbericht im Kommunikationsbereich Massenmedien Eine textlinguistische, systemtheoretische und funktionalstilistische Textsortenbeschreibung. Diss. Universität Greifswald.

Mac, Agnieszka (2015). „Wie wird das Wetter morgen? Informationsvermittlung in deutschen und polnischen TV-Wetterberichten”, in: tekst i dyskurs – text und diskurs 8, 103-131.

Spillner, Bernd (1983). „Zur kontrastiven Analyse von Fachtexten – am Beispiel der Syntax von Wetterberichten“, in: LiLi. Zeitschrift für Literaturwissenschaft und Linguistik 51/52, 110-123.

Spillner, Bernd (1997). „Der Wetterbericht in Tageszeitungen”, in: Fachsprache 19 (1-2), 2-8.

 

ppt online Les descripteurs sensoriels à l’épreuve de l’altérité : dimensions linguistiques et culturelles à partir de l’exemple minéral/mineralisch

le ppt de ma communication au colloque #vin et #altérité est en ligne ici :
 
Les #descripteurs #sensoriels à l’épreuve de l’ #altérité : dimensions #linguistiques et #culturelles à partir de l’exemple #minéral #mineralisch
 
#terminologie #vin #français #allemand #corpus #discours #sémantique
 
Résumé :

[Problématique]

Poser la question de l’altérité, et donc du rapport à l’autre (autre vin, autre culture viti-vinicole, autre consommateur), dans le domaine du vin, qui plus est avec un focus sur la région Grand-Est et ses frontières, invite à s’interroger – pour l’axe linguistique de l’appel à communication – sur l’épineux problème de la portée des descripteurs sensoriels qui sont non seulement la porte d’entrée la plus commune dans le monde du vin, mais aussi ce à quoi on réduit souvent toute d’approche du discours sur le vin. Que ce soit à travers l’utilisation de l’anglais lingua franca du vin ou par l’abstraction globalisée que représente la fameuse roue des arômes, ces descripteurs – essentiellement parce qu’ils sont envisagés à tort sur un mode objectiviste – sont réputés passer sans dommage d’une langue à l’autre, comme dans un grand jeu d’étiquettes et en faisant fi de leur triple ancrage dans un « produit bio-culturel » (Bach 2017), dans la subjectivité d’un consommateur et dans une langue-culture donnée. A la suite de Gautier/Bach (2017) et Gautier/Bach (sous presse), la communication proposée prendra le contre-pied de cette position en montrant la relativité culturelle, linguistique et subjective de ces descripteurs, observable de la meilleure des façons dans la confrontation plurilingue contextualisée et, partant, interculturelle.

[Corpus]

La démonstration reposera sur une analyse encore inédite d’un corpus comparable – c’est-à-dire constitué de textes originaux non traduits – français-allemand autour de la paire de descripteurs minéral/minéralité – mineralisch/Mineralität, choisie d’une part au vu du trompeur parallélisme de forme qu’elle affiche et aussi compte tenu du rôle de descripteur-signal qui lui est aujourd’hui assigné allant de [+recommandable] à [+féminin] en passant par

[+terroir] (Gautier et al. 2015). Les textes retenus dans le corpus sont des notes de dégustation, rédigées pour partie par des experts, pour partie par des consommateurs, permettant d’aborder l’articulation entre un vin, une expérience de dégustation et un individu.

[Méthodologie]

Les analyses mettent en œuvre, à partir d’une exploration outillée du corpus, les catégories de la sémantique discursive cognitive et s’intéresse au(x) mode(s) de construction du sens du descripteur dans et par les contextes discursifs de référence. On s’intéressera ainsi tout particulièrement à la combinatoire des termes cibles (et ce qu’elle dit des modes de conceptualisation) et à l’escorte métalinguistique de ceux-ci en tant que révélateurs du positionnement du locuteur vis-à-vis de son discours.

 

Références citées :

Bach, Matthieu (2017). Prototypicité discursive dans les discours de vente de vins. Étude contrastive français-allemand en Bourgogne et Rhénanie-Palatinat. Mémoire de M2. Dijon : Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Gautier, Laurent et al. (2015). « La « minéralité » du vin : mots d’experts et de consommateurs », in : Gautier, Laurent / Lavric, Eva (Eds). Unité et diversité dans les discours sur le vin en Europe. Frankfurt/Main : Peter Lang, 149-168.

Gautier, Laurent / Bach, Matthieu (2017). « La terminologie du vin au prisme des corpus oraux de dégustation/présentation (français-allemand) : entre émotions, culture et sensorialité», in : Etudes de Linguistique Appliquée, 188, 477-501.

Gautier, Laurent / Bach, Matthieu (sous presse). « Les descripteurs sensoriels d’une langue a l’autre : enjeux cognitifs pour la traduction », in : Actes du 1er Congrès Mondial de Traductologie. Paris : Classiques Garnier, pagination en cours.

Approcher les discours spécialisés par la méta-catégorie du figement

Nouvelle présentation en ligne :

https://www.academia.edu/36238956/Approcher_les_discours_sp%C3%A9cialis%C3%A9s_par_la_m%C3%A9ta-cat%C3%A9gorie_du_figement

Cet atelier doctoral, qui capitalise sur la présentation « Quelles approches cognitives pour les discours spécialisés ? » vise à discuter la pertinence pour l’approche des discours spécialisés de la notion de « figement », dans une acception cognitive large, détachée des conceptions traditionnelles de « figement morpho-syntaxique ». En faisant un détour par le cas très particulier de gestion du figement dans les langues contrôlées, on pose comme hypothèse l’existence d’un continuum à rebours invitant à partir précisément du figement – envisagé comme stabilité quantitative et reproductible – pour analyser ces discours. La deuxième partie discute les apports respectifs des traditions francophones, anglo-saxonnes et germano-slave dans le traitement du figement et insiste sur les deux bouleversements qu’ont induits d’une part les corpus et d’autre les grammaires de construction dans le traitement de cette catégorie. Le figement est ensuite replacé dans le paradigme du « moule discursif spécialisé » que nous considérons, avec ses 4 niveaux constitutifs, comme l’étalon de saisie du discours spécialisé. Dans ce cadre, la dernière partie propose, à partir d’études de cas extraites d’un corpus financier (rapports de conjoncture de banques centrales), trois niveaux de figement subsumés sous l’étiquette de « non-conventionnels » pour marquer qu’ils concernent des segments de langue habituellement peu traités en ces termes.

Quelles approches cognitives pour les discours spécialisés ?

Quelles approches cognitives pour les discours spécialisés ?

discours spécialisés, LSP, linguistique cognitive, cognition, linguistique appliquée, terminologie, sémantique, prototype, frame, constructions, métaphores

Cet atelier doctoral part initialement d’une conférence prononcée au département de français de l’Université Craiova (Roumanie) en 2013 et capitalise sur les projets développés depuis à la MSH de Dijon, ainsi que sur les premiers résultats de thèses en cours, en particulier dans le domaine de la linguistique sensorielle.

L’objectif est tout d’abord de situer la recherche sur les discours spécialisés au sein des sciences du langage, mais pas seulement, en partant de la proposition de Condamines / Narcy-Combes (2015) pour qui la linguistique appliquée, dont relève traditionnellement les discours spécialisés, est forcément une science située. On en tire les conséquences méthodologiques pour la recherche et on voit dans la linguistique cognitive le paradigme le plus à même de satisfaire les enjeux actuels de tels travaux.

S’ensuit une discussion de la définition et du positionnement épistémologique de l’objet « discours spécialisé » qui, suivant le mouvement initié en son temps par Lerat (1995), mise sur un décentrage mettant en avant le spécialisé, avec tous ses acteurs et son fonctionnement dont la mise en discours constitue la face matérielle pour le linguiste.

A partir des quatre principes définitoires de la linguistique cognitive posés par Geeraerts (2006), on discute ensuite la manière dont la recherche sur les discours spécialisés peut s’insérer dans et bénéficier de ce paradigme.

La dernière partie de l’atelier est consacrée à la discussion et à l’exemplification de quatre approches cognitives mises en oeuvre dans ce type de recherche : (i) la sémantique du prototype en terminologie, (ii) les métaphores conceptuelles en terminologie et en discours, (iii) la sémantique des cadres (frame semantics) pour la description des collocations et du discours et (iv) les grammaires de construction.

Cet atelier donnera lieu à un article long dans le numéro 2018 de Analele Universităţii din Craiova. Seria Ştiinţe Filologice. Lingvistică.

https://www.academia.edu/36231303/Quelles_approches_cognitives_pour_les_discours_sp%C3%A9cialis%C3%A9s_

 

Ateliers doctoraux sur les discours spécialisés, MSH Dijon, 22-23 mars

Jeudi 22 et vendredi 23 mars, je proposerai deux séminaires pour mesdoctorants et ceux de l’école doctorale ALEXANDRU PIRU de l’Université de Craiova sur les discours spécialisés :

– jeudi 22 : Quelles approches cognitives pour les discours spécialisés ?

– vendredi 23 : Approcher les discours spécialisés par la méta-catégorie du figement

Lieu : MSH Dijon, salle des thèses (visio avec Craiova)
Horaire : 9-12, 13-16

Séances ouvertes à tout doctorant de Lecla en sciences du langage intéressé par ces questions ainsi qu’aux étudiants du master REVI désireux de découvrir des perspectives de recherche en sciences du langage, indépendamment des langues-objets. Merci de s’inscrire par mai à laurent.gautier@ubfc.fr.

CfP « Corpus sur objectifs spécifiques », 15-16 novembre, Lyon 3

Journée d’étude « Corpus sur objectifs spécifiques »

Jeudi 15 et vendredi 16 novembre 2018 (Lyon)

Centre d’Études Linguistiques (EA 1663, Université de Lyon, Jean Moulin Lyon 3)

Centre Interlangues Texte Image Langage (EA 4182, Université Bourgogne Franche-Comté)

Depuis le milieu du XXe siècle et la parution des premières grammaires de l’anglais fondées sur les usages telles que l’American English Grammar de Fries (1940), les corpus sont devenus des objets fondamentaux pour la connaissance des langues et de leurs variétés (Biber 1988, Sinclair 2004) ainsi que pour leur enseignement (Kübler 2011, Boulton 2016). Même si pour certains, les corpus « ne changent pas fondamentalement la position du chercheur en linguistique » (Cori & David 2008), il n’en demeure pas moins que les corpus sont aujourd’hui considérés comme une branche légitime de la linguistique au point que la linguistique de corpus fait pleinement partie du paysage scientifique français et international. Cette linguistique possède en effet ses propres méthodologies (approches déductive, approche inductive, lexicométrie, statistique textuelle, etc.), ses propres outils d’analyse (étiqueteurs, concordanciers, outils pour la fouille de textes, etc.) et ses propres finalités, qu’il s’agisse d’objectifs larges (représenter une langue dans son ensemble) ou plus précis (représenter une variété spécialisée, un genre ou un registre). Comme McCarthy et O’Keeffe (2010) le rappellent, les applications de la linguistique de corpus sont très nombreuses en ce qu’elles couvrent des champs aussi divers que la didactique des langues, les langues de spécialités, l’analyse du discours, la pragmatique, la traduction, la lexicologie, la lexicographie ou encore la stylistique littéraire.

Placés dans le contexte des formations en langues sur objectifs spécifiques à l’université telles les Langues Étrangères Appliquées (LEA) ou les Langues pour Spécialistes d’Autres Disciplines (LANSAD), les corpus semblent remplir des fonctions particulières dont la plupart sont liées aux enjeux d’insertion professionnelle et académique des publics concernés. Les corpus sur objectifs spécifiques visent en effet la représentation des usages issus de situations de communication spécialisée, tant écrites qu’orales, en même temps qu’ils reflètent des problématiques d’ordre didactique tels que l’enseignement-apprentissage de la traduction, de la compréhension écrite ou orale, ou encore des normes d’usage dans une ou plusieurs langues.

Dans cette journée d’étude intitulée « Corpus sur objectifs spécifiques », nous envisageons le corpus et sa linguistique comme un domaine de la connaissance à la croisée des langues de spécialité et de la didactique des langues. Concernant la première voie d’accès, les corpus permettent la représentation et l’exploration des variétés spécialisées (allemand des affaires, anglais des spécialités médicales, espagnol juridique, etc.) et de leurs mises en discours ; ils constituent aussi, pour le linguiste non spécialiste du champ concerné, une base d’observation importante pour « approcher » le champ. Concernant la seconde, les corpus apportent des réponses aux questions liées à l’enseignement-apprentissage des langues sur objectifs spécifiques tant du point de leur structure (phonologie, lexico-morpho-syntaxe, sémantique) que de leurs usages (normes, erreurs et néologie).

Les questions abordées pourront concerner (sans se limiter forcément à cette liste qui demeure non exhaustive) :

  • Comment représenter une variété spécialisée ?
  • La méthodologie des corpus de langues de spécialité est-elle particulière ?
  • Comment constituer un corpus de langue orale ?
  • Quelles tailles de corpus envisager pour quelles représentations ?
  • Comment recueillir des données pour le spécialisé professionnel ?
  • Quels outils sont utiles ou nécessaires pour l’exploration de corpus spécialisés ?
  • Quelle place pour l’analyse manuelle face à l’analyse outillée ?
  • Quels objectifs linguistiques assigner aux corpus de spécialité?
  • Quels cadres théoriques pour exploiter ces corpus de spécialité?
  • Comment représenter les résultats obtenus par l’analyse de ces corpus ?

Format des propositions

  • Auteur et affiliation
  • Adresse électronique de contact
  • Titre de la proposition
  • Mots clés
  • Résumé de la proposition en 300 mots
  • Références bibliographiques

Date limite pour soumettre les propositions : vendredi 15 juin 2018

Envoyez vos propositions à

Une publication sous forme d’ouvrage collectif avec chapitres chez un éditeur international sera proposée aux intervenants selon les conditions usuelles (expertise en double-aveugle).

 

Références bibliographiques

Biber, Douglas. 1988. Variations across Speech and Writing. Cambridge : Cambridge University Press

Boulton, Alex. 2016. « Integrating corpus tools & techniques in ESP courses ». ASp 69, 111-135.

Fries, Charles Carpenter. 1940. American English Grammar: The Grammatical Structure of Present-Day American English with Especial Reference to Social Differences or Class Dialects. Londres et New York : D. Appleton-Century Company Incorporated.

Kübler, Natalie. 2011. Corpora, Language, Teaching, and Resources: From Theory to Practice. Berne : Peter Lang.

O’Keeffe, Anne & Michael McCarthy. 2010. « What are corpora and how have they evolved? » in The Routledge Handbook of Corpus Linguistics. Londres et New York : Routledge.

CfP theme session @GCLA: Frame(s) (Semantics) in Specialized Communication Studies

Frame Semantics in Specialized Communication Studies

 

Proposal for a theme session at DGKL/GCLA 8

University of Koblenz-Landau, Campus Koblenz, Germany, Sept. 26th – 28th, 2018.

In recent years, Frame Semantics – one of the major theories in Cognitive Semantics – has become a subject of intensive research in an ever-increasing number of domains other than lexicography, which had long been its main field of application (first of all in the well-known FrameNet project). This broadening of scope has led to increased attention being paid to the potential of Frame Semantics in potentially “applied” fields as diverse as discourse linguistics (Ziem 2008), constructional approaches to grammar (Lasch & Ziem 2011), conceptual approaches to metaphor (Sullivan 2013), translation studies (Čulo 2013), and beyond linguistics in computer sciences or AI, giving rise to a range of new research methodologies and paradigms. Other domains that have seen increased interest in frame-semantic approaches over the last years are terminology as well as Language for Specific Purposes (LSP) in general (Faber 2012). Furthermore, the application of the frame concept to both the micro- and the macrostructural level of texts offers interesting possibilities regarding its integration into comprehensive models of specialized communication, such as proposed by Schubert (2007).

 

On the basis of this recent development, we invite scholars from different disciplines and working on various languages and specialized domains to discuss the possibilities offered by Frame Semantics and other frame-based approaches to language and knowledge (e. g. Barsalou 1992) in their respective fields of research. The contributions can deal, among others, with

 

  • the potential of Frame Semantics for LSP teachers and learners;
  • the application of frame-based approaches to the terminology and terminography of various specialized domains;
  • the benefits of Frame Semantics for an integrative description of LSP linguistic features (lexico-grammar for instance);
  • corpus-linguistic approaches to Frame Semantics in the context of LSP;
  • the frame-based construction of domain-specific ontologies/taxonomies;
  • the advantages of frame-based lexica, such as FrameNet, in modelling domain-specific knowledge structures;
  • the benefits of implementing domain-specific frame-based resources in machine translation (MT) and computer-assisted translation (CAT) systems.

 

Proposals should be written in English or German and not exceed 200 words (excluding references). They are due by January 25th at the latest, and should be sent to laurent.gautier@u-bourgogne.fr and varga@uni-mainz.de.

 

 

Bibliography

Barsalou, Lawrence W. 1992. Frames, Concepts, and Conceptual Fields. In Adrienne Lehrer & Eva Feder Kittay (eds.), Frames, Fields and Contrasts. New Essays in Semantic and Lexical Organization, 21–74. Hillsdale: Lawrence  Erlbaum Associates.

Čulo, Oliver. 2013. Constructions-and-frames analysis of translations: The interplay of syntax and semantics in translations between English and German. Constructions and Frames 5(2). 143–167.

Faber, Pamela (ed.). 2012. A Cognitive Linguistics View of Terminology and Specialized Language. Berlin ; New York: Mouton de Gruyter.

Lasch, Alexander & Alexander Ziem (eds.). 2011. Konstruktionsgrammatik III: Aktuelle Fragen und Lösungsansätze. Tübingen: Stauffenberg.

Schubert, Klaus. 2007. Wissen, Sprache, Medium, Arbeit: ein integratives Modell der ein- und mehrsprachigen Fachkommunikation. (Forum für Fachsprachen-Forschung Band 76). Tübingen: Gunter Narr.

Sullivan, Karen. 2013. Frames and Constructions in Metaphoric Language. (Constructional Approaches to Language 14). Amsterdam ; Philadelphia: John Benjamins Publishing Company.

Ziem, Alexander. 2008. Frames und sprachliches Wissen: kognitive Aspekte der semantischen Kompetenz. (Sprache Und Wissen 2). Berlin: De Gruyter.