Lancement d’une nouvelle collection en linguistique contrastive français-allemand

Le premier volume de la collection « Kontraste/Contrastes » vient de paraître aux Editions Peter Lang :

http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=90431&cid=5&concordeid=266772

Etudes contrastives français-allemand en linguistique et analyse du discours

Collection dirigée par Laurent Gautier (Dijon)

Cette collection est conçue comme un forum à destination des germanistes francophones et des francoromanistes germanophones travaillant en linguistique contrastive et désireux de publier des résultats de recherche innovants. Les objets de recherche peuvent concerner tous les niveaux d’analyse traditionnels en linguistique, du mot à la phrase et du texte au discours. Dépourvue d’apriori méthodologiques, cette collection attache une grande importance au fondement empirique des travaux présentés, par exemple à travers une définition rigoureuse du tertium comparationis et le recours à des corpus pertinents – qu’il s’agisse de textes parallèles (traduits) ou de textes comparables. Des travaux d’inspiration traductologique autour du couple de langues français-allemand sont également les bienvenus. Peuvent être acceptés, en français et en allemand, aussi bien les monographies (y compris les thèses de doctorats et les habilitations) que les ouvrages collectifs (y compris les actes de colloques à la condition sine qua non d’avoir fait l’objet d’un travail éditorial approfondi garantissant une cohérence à l’ensemble). Tous les manuscrits feront l’objet d’une expertise en aveugle par le comité scientifique.

 

Comité scientifique :

 

Colette Cortès (Paris-Diderot)

Martine Dalmas (Paris-Sorbonne)

Eva Martha Eckkrammer (Mannheim)

Jacques François (Caen)

Daniel Jacob (Freiburg im Breisgau)

Eva Lavric (Innsbruck)

Michael Schreiber (Germersheim)

Publicités

cfp allemand de spécialité à l’ère numérique, nouvelle date

APPEL À COMMUNICATIONS

Journée d’études du GERALS à lUniversité de Franche-Comté

Changement de date : Jeudi 3 décembre 2015

Lallemand de spécialité à l’ère numérique

 

Coorganisateurs : GERALS, Groupe d’Etude et de Recherche en Allemand de Spécialité, C.R.I.T. (Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles), ELLIADD-OUN (Edition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours – Objets et Usages Numériques), UFR-STGI Montbéliard (Unité de Formation et de Recherche en Sciences, Techniques et Gestion de l’Industrie).

Comité dorganisation : Jean-Marc DELAGNEAU (Université du Havre), Priscilla WIND (Université de Franche-Comté), Clémence ANDRÉYS (Université de Franche-Comté), Laurent GAUTIER (Université de Bourgogne), Thierry GRASS (Université de Strasbourg).

Comité scientifique : Jean-Marc DELAGNEAU (Université du Havre), Priscilla WIND (Université de Franche-Comté), Clémence ANDRÉYS (Université de Franche-Comté), Laurent GAUTIER (Université de Bourgogne), Thierry GRASS (Université de Strasbourg), Christophe REFFAY (Université de Franche-Comté), Françoise GREFFIER (Université de Franche- Comté), Günter SCHMALE (Université de Lorraine).

La quatrième journée d’études du GERALS est organisée par l’équipe LEA de l’UFR-STGI- Montbéliard, qui approfondit, à travers son master Langues et Commerce électronique, les liens entre numérique et langue de spécialité. Elle s’adresse aux enseignants, enseignants- chercheurs et doctorants germanistes de lenseignement supérieur (BTS, IUT, CPGE, LANSAD, LEA, LCE). Son objectif est de réfléchir aux usages et aux enjeux du numérique pour l’allemand de spécialité.

L’ère numérique fait émerger de nouvelles manières d’être et d’agir, dans la vie publique et dans la vie privée, une nouvelle perception du temps et de l’espace, de nouveaux modes de sociabilité. Favorisant l’émergence de la notion de communauté, elle exacerbe les tensions entre les idées de « réseau » et « personnalisation ». Cette réflexion traverse les champs disciplinaires suivants de l’allemand de spécialité.

– didactique : l’intégration du numérique a conduit à l’enrichissement des supports et pratiques pédagogiques, modifiant la place de l’apprenant et de l’enseignant (collaborativité, autonomie, individualisation de l’apprentissage, interactions en ligne, rôle de l’enseignant). On pourra notamment questionner l’impact du numérique sur l’enseignement et l’apprentissage de l’allemand de spécialité (contraintes et opportunités).

– interculturel : l’environnement de travail, les modes de communication et d’accès à l’information sont modifiés dans une société numérique. Les communications pourront porter sur des analyses interculturelles des contenus web (webmarketing dans l’aire germano- phone et allemand de spécialité, réseaux sociaux et allemand de spécialité, pratiques socio-culturelles sur le web).

– linguistique et traductologie: les programmes informatiques de traitement automatique du langage, d’analyse textuelle, d’assistance à la lexicographie et à la traduction ont per- mis des avancées importantes dans l’approche des langues de spécialité et mis à la dis- position des chercheurs, des enseignants, comme des traducteurs, des outils performants. Les communications pourront porter sur les analyses diachroniques et synchroniques de corpus, l’analyse des discours spécialisés, la terminologie et le lexique spécialisé, la phraséologie et la syntaxe spécialisées, l’état des lieux des dictionnaires numériques en ligne, la traduction spécialisée et la rédaction multimédia.

Les propositions de communications (titre + résumé d’environ 500 mots), en français ou en allemand, pourront aborder notamment les points évoqués ci-dessus. Elles devront être envoyées avant le 20 octobre 2015 à :
priscilla.wind@univ-fcomte.fr et clemence.andreys@univ-fcomte.fr

CfP : L’allemand de spécialité à l’ère numérique

APPEL À COMMUNICATIONS

Journée d’études du GERALS à l’Université de Franche-Comté

Jeudi 26 novembre 2015

L’allemand de spécialité à l’ère numérique

 

Coorganisateurs: GERALS, Groupe de Recherche et d’Etude en Allemand de Spécialité, C.R.I.T. (Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles), ELLIADD-OUN (Edition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours – Objets et Usages Numériques), UFR-STGI Montbéliard (Unité de Formation et de Recherche en Sciences, Techniques et Gestion de l’Industrie).

Comité d’organisation: Jean-Marc DELAGNEAU (Université du Havre), Priscilla WIND (Université de Franche-Comté), Clémence ANDRÉYS (Université de Franche-Comté), Laurent GAUTIER (Université de Bourgogne), Thierry GRASS (Université de Strasbourg).

La quatrième journée d’études du GERALS est organisée par l’équipe LEA de l’UFR-STGI-Montbéliard, qui approfondit, à travers son master Langues et Commerce électronique, les liens entre numérique et langue de spécialité. Elle s’adresse aux enseignants, enseignants-chercheurs et doctorants germanistes de l’enseignement supérieur (BTS, IUT, CPGE, LANSAD, LEA, LCE). Son objectif est de réfléchir aux usages et aux enjeux du numérique pour l’allemand de spécialité.

L’ère numérique fait émerger de nouvelles manières d’être et d’agir, dans la vie publique et dans la vie privée, une nouvelle perception du temps et de l’espace, de nouveaux modes de sociabilité. Favorisant l’émergence de la notion de communauté, elle exacerbe les tensions entre les idées de « réseau » et « personnalisation ». Cette réflexion traverse les champs disciplinaires suivants de l’allemand de spécialité :

  • didactique : l’intégration du numérique a conduit à l’enrichissement des supports et pratiques pédagogiques, modifiant la place de l’apprenant et de l’enseignant (collaborativité, autonomie, individualisation de l’apprentissage, rôle de l’enseignant). On pourra notamment questionner l’impact du numérique sur l’enseignement et l’apprentissage de l’allemand de spécialité (contraintes et opportunités).
  • interculturel : l’environnement de travail, les modes de communication et d’accès à l’information sont modifiés dans une société numé Les communications pourront porter sur des analyses interculturelles des contenus web (webmarketing dans l’aire germanophone et allemand de spécialité, réseaux sociaux et allemand de spécialité, pratiques socio-culturelles sur le web).
  • linguistique et traductologie: les programmes informatiques de traitement automatique du langage, d’analyse textuelle, d’assistance à la lexicographie et à la traduction ont permis des avancées importantes dans l’approche des langues de spécialité et mis à la disposition des chercheurs, des enseignants, comme des traducteurs, des outils performants. Les communications pourront porter sur les analyses diachroniques et synchroniques de corpus, l’analyse des discours spécialisés, la terminologie et le lexique spécialisé, la phraséologie et la syntaxe spécialisées, l’état des lieux des dictionnaires numériques en ligne, la traduction spécialisée et la rédaction multimé

Les propositions de communications (titre + résumé d’environ 500 mots), en français ou en allemand, pourront aborder notamment les points évoqués ci-dessus. elles devront être envoyées avant le 1er juin 2015 à :

priscilla.wind@univ-fcomte.fr et clemence.andreys@univ-fcomte.fr.

Les auteurs recevront une notification d’acceptation début juillet 2015.

Les auteurs retenus devront remettre la version définitive de leur communication début janvier 2016.

La journée d’études fera lobjet dune publication sous forme de numéro spécial dans

la revue JLLT (Journal of Linguistics and Language Teaching)

10 jan. 2013 – Les romanistes allemands dans l’émergence de la linguistique

Laurent Gautier, MCF-HDR Université de Bourgogne, TIL
Katja Ploog, MCF-HDR Université de Franche-Comté, LLC-Elliadd

Dans le cadre de la traduction scientifique de deux auteurs germaniques, Hugo Schuchardt et Jost Trier, qui ont contribué à la formalisation de la linguistique avant et après Saussure, nous proposons un cycle de deux ateliers de réflexion autour des travaux de ces linguistes à l’importance certaine pour une linguistique générale en devenir. Ces ateliers sont proposés aux collègues et aux étudiants en études germaniques et en sciences du langage. Les connaissances en langue allemande ne constituent pas une condition d’accès ces ateliers, dont le but consiste précisément à « baliser » ces terrains assez peu connus en France.

1. De concept en concept (Dijon, le 10 janvier 2013, 13 h 30 – 17 heures, Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, salle des Conseils)
Le premier atelier sera axé sur des questions épistémologiques, en cherchant à problématiser l’émergence de la discipline elle-même, au travers de ses concepts fondateurs, comme p.ex. le système, l’évolution, les champs sémantiques…
L’un des focus des travaux de Schuchardt, est la problématique du contact de langues, facteur majeur du changement linguistique. En cela, Schuchardt s’inscrit résolument en faux par rapport aux courants majeurs de son temps, les Néogrammairiens d’abord, préoccupés par l’identification des lois linguistiques, le structuralisme naissant ensuite, qui relaya en linguistique le dogme social de l’état national et des frontières. La réflexion proposée par K.Ploog prendra dans le viseur le texte « Slawo-deutsches und slawo-italienisches » (1884), celle de A.Joyeux cherchera à situer les réflexions linguistiques dans leur contexte historique, social et scientifique.
Du côté dijonnais, on s’intéressera davantage à l’oeuvre de Jost Trier et à son apport au développement de la sémantique. Il s’agira essentiellement de mettre en lumière la place des préoccupations sémantiques chez l’auteur en question et la spécificité de son apport. Sur cette base, on s’interrogera sur la réception dont il a fait l’objet en linguistique française.

2. D’une langue à l’autre (Besançon, le 11 avril 2013, 14-18h)
Le second atelier sera consacré aux problèmes de la traduction scientifique. Avec les éditions Lambert Lucas, nos collègues Gautier (UB) et Ploog (UFC) sont investis dans la publication d’éditions bilingues de ces auteurs. En dehors de la difficulté des choix de textes, le travail de transposition de la pensée linguistique soulève les questions propres à toute traduction, dont la difficulté se trouve accentuée par le caractère fluctuant du métalangage en devenir : faut-il moderniser le vocabulaire ? lisser le style ? traduire les exemples ? intégrer un appareil critique développé ? adapter le métalangage à la tradition française ?
Les enjeux des réponses apportées à ces questions sont autant l’accessibilité des textes aux étudiants et néophytes que le respect de la pensée de l’auteur sans pour autant virer à l’édition critique. Dans l’optique d’un souhait de diffusion, à un public francophone, de la pensée de ces auteurs, on s’interrogera également sur la place à accorder, par exemple dans les textes introductifs et de présentation, à leur réception en dehors de l’espace germanophone.