CfP theme session @GCLA: Frame(s) (Semantics) in Specialized Communication Studies

Frame Semantics in Specialized Communication Studies

 

Proposal for a theme session at DGKL/GCLA 8

University of Koblenz-Landau, Campus Koblenz, Germany, Sept. 26th – 28th, 2018.

In recent years, Frame Semantics – one of the major theories in Cognitive Semantics – has become a subject of intensive research in an ever-increasing number of domains other than lexicography, which had long been its main field of application (first of all in the well-known FrameNet project). This broadening of scope has led to increased attention being paid to the potential of Frame Semantics in potentially “applied” fields as diverse as discourse linguistics (Ziem 2008), constructional approaches to grammar (Lasch & Ziem 2011), conceptual approaches to metaphor (Sullivan 2013), translation studies (Čulo 2013), and beyond linguistics in computer sciences or AI, giving rise to a range of new research methodologies and paradigms. Other domains that have seen increased interest in frame-semantic approaches over the last years are terminology as well as Language for Specific Purposes (LSP) in general (Faber 2012). Furthermore, the application of the frame concept to both the micro- and the macrostructural level of texts offers interesting possibilities regarding its integration into comprehensive models of specialized communication, such as proposed by Schubert (2007).

 

On the basis of this recent development, we invite scholars from different disciplines and working on various languages and specialized domains to discuss the possibilities offered by Frame Semantics and other frame-based approaches to language and knowledge (e. g. Barsalou 1992) in their respective fields of research. The contributions can deal, among others, with

 

  • the potential of Frame Semantics for LSP teachers and learners;
  • the application of frame-based approaches to the terminology and terminography of various specialized domains;
  • the benefits of Frame Semantics for an integrative description of LSP linguistic features (lexico-grammar for instance);
  • corpus-linguistic approaches to Frame Semantics in the context of LSP;
  • the frame-based construction of domain-specific ontologies/taxonomies;
  • the advantages of frame-based lexica, such as FrameNet, in modelling domain-specific knowledge structures;
  • the benefits of implementing domain-specific frame-based resources in machine translation (MT) and computer-assisted translation (CAT) systems.

 

Proposals should be written in English or German and not exceed 200 words (excluding references). They are due by January 25th at the latest, and should be sent to laurent.gautier@u-bourgogne.fr and varga@uni-mainz.de.

 

 

Bibliography

Barsalou, Lawrence W. 1992. Frames, Concepts, and Conceptual Fields. In Adrienne Lehrer & Eva Feder Kittay (eds.), Frames, Fields and Contrasts. New Essays in Semantic and Lexical Organization, 21–74. Hillsdale: Lawrence  Erlbaum Associates.

Čulo, Oliver. 2013. Constructions-and-frames analysis of translations: The interplay of syntax and semantics in translations between English and German. Constructions and Frames 5(2). 143–167.

Faber, Pamela (ed.). 2012. A Cognitive Linguistics View of Terminology and Specialized Language. Berlin ; New York: Mouton de Gruyter.

Lasch, Alexander & Alexander Ziem (eds.). 2011. Konstruktionsgrammatik III: Aktuelle Fragen und Lösungsansätze. Tübingen: Stauffenberg.

Schubert, Klaus. 2007. Wissen, Sprache, Medium, Arbeit: ein integratives Modell der ein- und mehrsprachigen Fachkommunikation. (Forum für Fachsprachen-Forschung Band 76). Tübingen: Gunter Narr.

Sullivan, Karen. 2013. Frames and Constructions in Metaphoric Language. (Constructional Approaches to Language 14). Amsterdam ; Philadelphia: John Benjamins Publishing Company.

Ziem, Alexander. 2008. Frames und sprachliches Wissen: kognitive Aspekte der semantischen Kompetenz. (Sprache Und Wissen 2). Berlin: De Gruyter.

 

Publicités

Le continuum lexique-grammaire en genre spécialisé à partir de corpus maison

Nouvelle présentation online :

https://www.academia.edu/33280191/Le_continuum_lexique-grammaire_en_genre_sp%C3%A9cialis%C3%A9_%C3%A0_partir_de_corpus_maison

Colloque CILC2017 – Université Paris-Diderot (P7) – 31 mai – 2 juin 2017

[Problématique et objectifs] La proposition, qui s’inscrit dans l’axe 5 de l’appel « Corpus, études contrastives et traduction » vise à interroger l’apport des corpus spécialisés maison (Loock 2016a, b) pour la mise au jour, pour la traduction professionnelle et la formation de traducteurs, des patrons lexico-grammaticaux inhérents à des moules textuels (Gautier 2009) hautement contraints, en langue(s) traduite(s). On discutera en particulier, à la suite de Kübler/Gledhill (2016 : 75), l’idée selon laquelle l’interrogation systématique de corpus homogènes permet d’aboutir à une représentation holistique vérifiée des interactions entre lexique et grammaire, surtout quand chacune des deux composantes est mise en œuvre à travers des répertoires (très) réduits par rapport aux possibilités offertes par le système linguistique considéré. Ces patrons peuvent en effet représenter pour le traducteur  un « sous-texte » à partir duquel les choix de traduction se feront de manière « naturelle » à l’interface entre contenus conceptuels du texte à traduire et mise en mots et en textes.

[Données] Cette problématique sera instanciée ici par un corpus clos, compilé manuellement, et composé des conférences de presse de la Banque Centrale Européenne 2015 et 2016 dans leur version originale en anglais (19.883 mots) et dans leurs traductions en français (23.931 mots), allemand (19.810 mots) et néerlandais (21.324 mots). Par-delà son caractère de prime abord parallèle (Teubert 1996), chacun des sous-corpus sera envisagé pour lui-même, comme corpus de langue traduite, la comparaison avec l’original ne jouant, méthodologiquement, qu’un rôle périphérique.

[Méthodologie] On partira tout d’abord de la fréquence des termes N pour en interroger systématiquement les combinatoires, en particulier verbales, afin de dresser un inventaire systématique par langue des structures argumentales dans lesquelles ils s’inscrivent. Ce faisant, la dimension formulatoire, indispensable au traducteur pour la fluidité de son texte, sera mise en avant en particulier pour les langues, allemand et néerlandais en tête, qui jouent sur l’emploi de N prédicatifs associés à des V supports préférentiels non prédictibles :

(01)     Insbesondere müssen die entschlossene UmsetzungNPRED von [Güter- und Arbeitsmarktreformen]ARG sowie die BemühungenNPRED [zur Verbesserung des Geschäftsumfelds für Unternehmen]ARG in einigen Ländern intensiviertVSUP werden.

(02)     Ten tweede was, hoewel de tussen juni en september vorig jaar genomen monetairbeleidsmaatregelen tot een aanzienlijke verbeteringNPRED [in termen van de koersen op de financiële markten]ARG hebben geleidVSUP, dit niet het geval voor de kwantitatieve uitkomsten.

On s’arrêtera ensuite, à partir d’une analyse des n-grams, sur les structures récurrentes, analysées ici en termes de routines discursives, dont l’emploi, par-delà la terminologie et les collocations conceptuelles, garantit l’appartenance du texte au genre, comme en (03) :

(03)     D : nach wie vor, mit Blick auf ; F : au cours des prochains mois, (x) des prix à moyen terme, NL : (van) de additionele aankopen van, op de middellange termijn

[Discussion] Les résultats seront discutés d’une part par rapport à l’implémentation des corpus, en particulier maison, dans la formation des traducteurs – et ce par-delà leur présence « dissimulée » dans nombre d’outils de TAO, à commencer par les MT – et d’autre part par rapport au cloisonnement souvent systématique entre un module grammatical, un module terminologique et un module « stylistique » qui, pour des types de textes spécialisés (très) contraints, vole en éclat dès que l’on part de la langue en usage attestée en corpus.

 

Références citées :

Gautier L., 2009. Nochmals zum (Fach-)Textmuster: von der Kognition zur Beschreibung einzelner Textexemplare. Lyon Linguistique allemande, Université Lyon 2, Laboratoire LCE (Langues et Cultures Européennes), Histoire de Textes – Mélanges pour Marie-Hélène Pérennec, 8 p. <hal-00425363>

 

Gledhill C., Kübler N., « What can linguistic approaches bring to English for Specific Purposes? », ASp, 69 | 2016, 65-95.

Loock R., 2016a. «  L’utilisation des corpus électroniques chez le traducteur professionnel : quand ? comment ? pour quoi faire ? » ILCEA, ELLUG, 2016, ILCEA, 27, https://ilcea.revues.org/3835. <hal-01394854>

Loock R., 2016, La Traductologie de Corpus. Presses Universitaires du Septentrion, 2016, 2757413910. <hal-01391523>

Teubert, Wolfgang, 1996. Comparable or Parallel Corpora. Int J Lexicography ; 9/3, 238-264. DOI 10.1093/ijl/9.3.238.

 

Rôles sémantiques, frames et mise en perspective de l’information

Nouvelle présentation en ligne : mon intervention du 8.01.2016 au séminaire de #linguistique #allemande du Pr Martine Dalmas (Paris-Sorbonne) sur

 » #Rôles #sémantiques, #frames et mise en perspective de l’information »

#semantics #discourse #analysis #linguistics

01 2016 séminaire MD Paris IV