CfP Les discours de conjoncture économique en Europe – 4/5 juin 2018

Les discours de conjoncture économique en Europe

Journées d’études, 4 et 5 juin 2018, MSH Dijon

Nouvelle date limite : 15 avril 2018

En écho à la journée de février 2010 consacrée aux Discours de la bourse et de la finance[1], le Laboratoire d’Economie de Dijon (EA 6467) et le Centre Interlangues Texte Image Langage (EA 4182) organisent une nouvelle journée d’étude interdisciplinaire sur une thématique plus resserrée, celle des discours de conjoncture économique.

Depuis 10 ans et l’éclatement de la crise dite des « subprimes », les indices de reprise durable sont guettés par l’ensemble des acteurs économiques. Emis par plusieurs acteurs (banquiers centraux, mais aussi instituts de conjoncture, institutions internationales ou think tanks), ces discours a priori spécialisés et professionnels ont une dimension, éminemment performative en ce qu’ils influencent les décisions d’innombrables décideurs, de l’échelle micro au niveau macro-économique. On sait par exemple que la communication des banquiers centraux est devenue un outil de politique monétaire à part entière où chaque inflexion du discours (mais comment les définir et les repérer ?) est censée influencer les anticipations des agents, mais il en est de même pour les instituts de conjoncture, nationaux ou internationaux. Par ailleurs, les notes, rapports et autre policy briefs publiés par les think tank ont un fonctionnement en bien des points comparables. Il est donc logique que ces discours soient particulièrement attendus, analysés et pris en compte par les médias, les investisseurs, les entrepreneurs, les ménages ou les chercheurs et ce d’autant plus que les média sociaux renforcent aujourd’hui considérablement leurs zones de diffusion.

La journée d’études « Discours de conjoncture économique en Europe » vise à réunir des chercheurs de plusieurs disciplines (économie, sciences du langage, sociologie, communication, informatique…) pour étudier ces corpus spécialisés (à l’exclusion donc des discours médiatiques auxquels ils donnent lieu qui ne sont pas des discours spécialisés au sens strict). Des communications sur les conditions d’émission de ces discours, sur leur structuration, sur leur impact sont attendues. On s’intéressera également aux éventuelles modifications dans le statut et les politiques de communication des institutions. Les études s’inscriront dans un/ des paradigme(s) méthodologiques clairement explicité(s) et reposeront sur des données précisément caractérisées. Ces deux journées sont destinées à encourager les échanges entre disciplines et favoriser le dialogue entre les approches.

Le lieu : MSH Dijon

Les dates : 4 et 5 juin 2018

Langues de communication : français / anglais

Une publication collective sous forme d’ouvrage avec chapitres est envisagée à la suite de ces journées. Il ne sera pas édité d’actes proprement dits.

 

Propositions (titre + résumé de 500 mots maximum + 5 références bibliographiques) à envoyer avant le 15 avril 2018 à :

« Laurent Gautier » <Laurent.Gautier@u-bourgogne.fr>; « Ludovic Desmedt » <Ludovic.Desmedt@u-bourgogne.fr>; « Matthieu Llorca  » <Matthieu.Llorca@u-bourgogne.fr

Publicités

ppt en ligne : La comparaison de corpus parallèles / comparables pour l’approche des macrostructures : les discours de conjoncture économique

Communication en ligne présentée le 24.11.2017 à la journée « Corpus, traduction et TAO »

La présentation vise à discuter, à partir du cas des discours de conjoncture économique (BCE, banques centrales « nationales », instituts de conjoncture) l’apport croisé potentiel des corpus comparables et parallèles pour produire des ressources mobilisables pour le traducteur financier professionnel.

https://www.academia.edu/35244314/La_comparaison_de_corpus_parall%C3%A8les_comparables_pour_l_approche_des_macrostructures_les_discours_de_conjoncture_%C3%A9conomique

 

 

Le continuum lexique-grammaire en genre spécialisé à partir de corpus maison

Nouvelle présentation online :

https://www.academia.edu/33280191/Le_continuum_lexique-grammaire_en_genre_sp%C3%A9cialis%C3%A9_%C3%A0_partir_de_corpus_maison

Colloque CILC2017 – Université Paris-Diderot (P7) – 31 mai – 2 juin 2017

[Problématique et objectifs] La proposition, qui s’inscrit dans l’axe 5 de l’appel « Corpus, études contrastives et traduction » vise à interroger l’apport des corpus spécialisés maison (Loock 2016a, b) pour la mise au jour, pour la traduction professionnelle et la formation de traducteurs, des patrons lexico-grammaticaux inhérents à des moules textuels (Gautier 2009) hautement contraints, en langue(s) traduite(s). On discutera en particulier, à la suite de Kübler/Gledhill (2016 : 75), l’idée selon laquelle l’interrogation systématique de corpus homogènes permet d’aboutir à une représentation holistique vérifiée des interactions entre lexique et grammaire, surtout quand chacune des deux composantes est mise en œuvre à travers des répertoires (très) réduits par rapport aux possibilités offertes par le système linguistique considéré. Ces patrons peuvent en effet représenter pour le traducteur  un « sous-texte » à partir duquel les choix de traduction se feront de manière « naturelle » à l’interface entre contenus conceptuels du texte à traduire et mise en mots et en textes.

[Données] Cette problématique sera instanciée ici par un corpus clos, compilé manuellement, et composé des conférences de presse de la Banque Centrale Européenne 2015 et 2016 dans leur version originale en anglais (19.883 mots) et dans leurs traductions en français (23.931 mots), allemand (19.810 mots) et néerlandais (21.324 mots). Par-delà son caractère de prime abord parallèle (Teubert 1996), chacun des sous-corpus sera envisagé pour lui-même, comme corpus de langue traduite, la comparaison avec l’original ne jouant, méthodologiquement, qu’un rôle périphérique.

[Méthodologie] On partira tout d’abord de la fréquence des termes N pour en interroger systématiquement les combinatoires, en particulier verbales, afin de dresser un inventaire systématique par langue des structures argumentales dans lesquelles ils s’inscrivent. Ce faisant, la dimension formulatoire, indispensable au traducteur pour la fluidité de son texte, sera mise en avant en particulier pour les langues, allemand et néerlandais en tête, qui jouent sur l’emploi de N prédicatifs associés à des V supports préférentiels non prédictibles :

(01)     Insbesondere müssen die entschlossene UmsetzungNPRED von [Güter- und Arbeitsmarktreformen]ARG sowie die BemühungenNPRED [zur Verbesserung des Geschäftsumfelds für Unternehmen]ARG in einigen Ländern intensiviertVSUP werden.

(02)     Ten tweede was, hoewel de tussen juni en september vorig jaar genomen monetairbeleidsmaatregelen tot een aanzienlijke verbeteringNPRED [in termen van de koersen op de financiële markten]ARG hebben geleidVSUP, dit niet het geval voor de kwantitatieve uitkomsten.

On s’arrêtera ensuite, à partir d’une analyse des n-grams, sur les structures récurrentes, analysées ici en termes de routines discursives, dont l’emploi, par-delà la terminologie et les collocations conceptuelles, garantit l’appartenance du texte au genre, comme en (03) :

(03)     D : nach wie vor, mit Blick auf ; F : au cours des prochains mois, (x) des prix à moyen terme, NL : (van) de additionele aankopen van, op de middellange termijn

[Discussion] Les résultats seront discutés d’une part par rapport à l’implémentation des corpus, en particulier maison, dans la formation des traducteurs – et ce par-delà leur présence « dissimulée » dans nombre d’outils de TAO, à commencer par les MT – et d’autre part par rapport au cloisonnement souvent systématique entre un module grammatical, un module terminologique et un module « stylistique » qui, pour des types de textes spécialisés (très) contraints, vole en éclat dès que l’on part de la langue en usage attestée en corpus.

 

Références citées :

Gautier L., 2009. Nochmals zum (Fach-)Textmuster: von der Kognition zur Beschreibung einzelner Textexemplare. Lyon Linguistique allemande, Université Lyon 2, Laboratoire LCE (Langues et Cultures Européennes), Histoire de Textes – Mélanges pour Marie-Hélène Pérennec, 8 p. <hal-00425363>

 

Gledhill C., Kübler N., « What can linguistic approaches bring to English for Specific Purposes? », ASp, 69 | 2016, 65-95.

Loock R., 2016a. «  L’utilisation des corpus électroniques chez le traducteur professionnel : quand ? comment ? pour quoi faire ? » ILCEA, ELLUG, 2016, ILCEA, 27, https://ilcea.revues.org/3835. <hal-01394854>

Loock R., 2016, La Traductologie de Corpus. Presses Universitaires du Septentrion, 2016, 2757413910. <hal-01391523>

Teubert, Wolfgang, 1996. Comparable or Parallel Corpora. Int J Lexicography ; 9/3, 238-264. DOI 10.1093/ijl/9.3.238.