Le discours du guide-conférencier comme marqueur d’identité d’une institution touristique : l’apport d’un corpus oral authentique

Nouvel article sur les #discours #touristiques en analyse #outillée, avec Olivier Méric dans Etudes de linguistique appliquée (2017/4, numéro 188, Paris, Klinksieck, coordonné par Julien Longhi)

Le #discours du #guide-conférencier comme marqueur d’identité d’une #institution #touristique : l’apport d’un #corpus #oral authentique

Version pré-print intégrale ici.

Cet article propose une analyse outillée d’un type de discours rarement étudié dans les travaux sur la communication touristique : les visites-conférences. Il s’inscrit dans une linguistique située des discours spécialisés et vise à modéliser, à partir de données authentiques, le protocole discursif sous-jacent à ces interactions, avec pour objectif de mettre au jour les récurrences pouvant être interprétées comme marqueurs de l’identité institutionnelle du guide. Après avoir circonscrit le cadre méthodologique retenu et présenté le corpus inédit compilé, la section principale propose des études de cas illustrant comment une analyse à la fois qualitative et quantitative des niveaux macro-, méso- et micro-, permet de représenter tant le contenu que la forme prototypique de la visite-conférence.

Publicités

ppt De la terminologie spontanée à une terminologie aménagée et vice-versa : parler des vins espumantes au Brésil

Communication lors des Journées 2018 du réseau #Réaliter  accessible ici.

#terminologie #sensorialité #vin #oenologie #corpus #linguistique #située

[Contexte] Le marché des vins effervescents au Brésil a fortement augmenté ces dix dernières années, affichant une hausse de +248% selon l’OIV[1]. L’Instituto Brasileiro do Vinho (Ibravin) indique que cette catégorie de produits représente environ 80% du marché vitivinicole intérieur en 2015[2] et enregistre une augmentation de 79,58% dans l’importation de ce type de produit[3] en 2017. Cette augmentation globale de la production, de la commercialisation et de la consommation d’effervescents au Brésil entraîne, tout naturellement, un besoin accru de valorisation et donc de communication autour de ces produits, mobilisant, entre autres, des descripteurs de nature terminologique.

[Problématique] Cette quête de valorisation est très récente dans le domaine puisque la première IG (Indication Géographique) date de 2002 pour Vale dos Vinhedos. L’attribution d’une telle certification passe de facto par une réglementation des caractéristiques concernant l’élaboration du produit et repose sur la formulation d’un discours réglementaire. Ce domaine spécialisé en plein essor connaît actuellement, au niveau communicatif, une tension entre emprunts à la terminologie française correspondante et aménagement d’une terminologie dédiée en portugais du Brésil pour communiquer sur les productions locales. Cette proposition s’inscrit ainsi à l’intersection entre les axes « traduire les termes en recourant à la terminologie spontanée », « néologie en terminologie » et « diffusion et implantation de la terminologie » de l’appel à communications.

[Corpus] L’analyse porte sur le discours des spécialistes et non-spécialistes autour des vins espumantes. Le premier corpus est issu d’articles des neuf numéros de la Revista Brasileira de Viticultura e Enologia (RBVE), d’une quarantaine de sites d’élaborateurs d’espumantes et de textes officiels spécifiant les spécificités du produit et implémentant une terminologie normée, comme les différents cahiers de charges (regulamento de uso) ou la loi nº 7.678, de 2018 sur la production, circulation et commercialisation de vin. Le deuxième corpus est constitué de réponses de cinq cent consommateurs à un questionnaire diffusé en ligne et portant sur les descripteurs employés spontanément.

C’est à partir de ces différents discours que sera examinée la terminologie de la filière et des consommateurs afin de repérer et analyser les doubles aller-retour entre d’une part emprunts et néologismes utilisés et d’autre part terminologie spontanée construite sur la base de l’expérience (mémorielle) de dégustation et terminologie aménagée.

Plusieurs stratégies apparaissent, notamment dans la terminologie stabilisée et aménagée, dont il conviendra d’examiner les motivations :

  • recours à différentes tentatives d’intégration des emprunts, comme le rapprochement de l’orthographe selon les spécificités de la langue cible (« degórgement ») ;
  • ajout d’un préfixe (« pós-dégorgement ») ;
  • introduction d’une définition pour le mot emprunté (« véraison (mudança de cor) ») ;
  • stratégies de reformulation à partir du mot français (« deguelo », « deburbado »)
  • création d’une nouvelle terminologie par métaphore (« gaiola/gaiolinha »).

Dans tous les cas, le recours à la terminologie française s’avère systématique lors que les professionnels de cette filière s’expriment sur leur produit. Un recours tout à fait naturel si l’on tient compte du rôle prototypique du Champagne dans le domaine des effervescents.

 

[1] Site Web : http://www.oiv.int/public/medias/3097/les-vins-effervescents-fr-complet-3.pdf, consulté le 12/11/2017.

[2] Site Web : http://www.ibravin.org.br/noticias/ibravin-lan%C3%A7a-marca-brasil-espumantes.php, consulté le 12/11/2017.

[3] Site web : http://www.ibravin.org.br/Noticia/abastecimento-do-mercado-de-vinhos-no-brasil-apresenta-crescimento-de-3-no-primeiro-semestre/305, consulté le 12/11/2017.

ppt online Modélisation des terminologies sensorielles du discours expert et non expert pour la plateforme de recommandation hybride SmartAd

#terminologie #sémantique #vin #sensorialité #recommandation #corpus #oenologie #gastronomie

Présentation accessible ici.

La lisibilité et la compréhension du discours expert par un consommateur non-expert sont sources de difficultés impactant l’acte d’achat [1]. Cette réalité est particulièrement vraie dans le domaine du vin où les propriétés organoleptiques et sensorielles des vins décrits par les institutions et experts portent une charge sémantique complexe difficilement appréhendable par les amateurs. D’après [2], au moins trois facteurs sont responsables de cette tension :

1) la densité terminologique du discours et l’importance de celle-ci pour son degré de cohérence ;

2) le potentiel sémantique du terme, tant du point de vue de sa mise en discours que de son interprétation lors de la lecture ;

3) et dans une moindre mesure, la morphologie du terme.

Ainsi, la communication proposée visera à présenter des travaux interdisciplinaires associant linguistique de corpus, sémantique formelle et informatique et ambitionnant le développement d’un système générique de recommandation hybride d’items [3, 4, 5] présentant une dimension sensorielle : des vins ou des mets (goût), des fragrances ou des parfums (odorat), de la musique (ouïe), des matières en aménagement intérieur (toucher) ou encore des perceptions multimodales complexes (ambiances urbaines, traces touristiques).

La plateforme SmartAd, et le projet sous-jacent AdWine spécifiquement centré sur le vin, s’inscrivent ainsi dans le contexte stratégique de la transition numérique de l’économie et sont orientés vers le conseil et l’aide aux consommateurs. Ils permettent le partage pédagogique et intuitif des expériences sensibles, à la croisée entre terminologies des experts et professionnels pour décrire les items et terminologies adoptées par les consommateurs incluant, par-delà la dénomination technique, des dimensions évaluative, expressive et émotionnelle [6, 7, 8, 9].

A partir de ces travaux en cours, la communication présente une solution méthodologique et technique pour combler le gap sémantique entre la connaissance descriptive du discours expert des œnologues/sommeliers/prescripteurs incarnés par les guides et revues de référence, celle du discours institutionnel des interprofessions, et celle du discours de l’amateur néophyte. En l’occurrence, soit le non-expert reprend les discours experts sans nécessairement en avoir la maîtrise, engendrant ainsi une confusion sémantique, soit il créée son propre discours incluant une terminologie propre construite à partir d’expériences passées mais débouchant sur une couverture sémantique réduite à dimension technique minimale (i.e. minéralité [10][11]), ou une spécialisation sémantique réduite à dimension évaluative maximale (i.e. buvable/buvabilité).

L’objectif de la solution discutée ici est donc de produire des services de recommandation d’items, et d’exploiter ces connaissances dynamiques dans un processus d’extraction d’information dans la mesure où des formes d’expression du web 2.0 (forums, blogs) déplacent l’étalon définitoire des discours prescriptifs.

JE – Les discours de conjoncture économique – Dijon, MSH, 4 juin 2018

Les discours de conjoncture économique en Europe 

4 juin 2018

MSH Dijon – Forum des savoirs

9 h 30            Accueil des participants

9 h 45            Ouverture

10 h               Fabien Labondance (UBFC/CRESE)

Central Bank Sentiment and Policy Expectations

10 h 45          Laurence Harris (U Paris Nanterre)

« The UGLY decade » : retour sur 10 ans de communication à Mansion House par la Banque d’Angleterre 

11 h 30          Laurent Gautier (UBFC/TIL)

L’engagement énonciatif dans les prévisions de conjoncture (Banque de France / Bundesbank)

 

12 h 30          Déjeuner

 

14 h               Vlaïllitch
Tuffa (U. Paris-Diderot)

La venue du Quantitative easing à la BCE : jeux et enjeux imaginaires dans l’horizon de la « scène de l’écriture » des conférences de presse de la BCE

14 h 45          Javier Fernandez-Cruz (U. Malaga/ Pontificia Universidad Católica del Ecuador/MSH Dijon)

Financial Domain Sentiment Analysis with Lingmotif: Analysing the Evolution of Discourse of the European Central Bank through its Press Conferences

15 h 30 Pause

15 h 45          Virginie Lethier (UBFC/ELLIAD)

Le discours de la Banque Centrale Européenne (1998-2017) au prisme d’une analyse du discours outillée

16 h 30          Ludovic Desmedt / Matthieu Llorca (UBFC/LEDI)

La “révolution silencieuse” des banquiers centraux : le cas de la BCE

 

Entrée libre sur inscription préalable : laurent.gautier@ubfc.fr

Organisation : Ludovic Desmedt, Laurent Gautier, Matthieu Llorca

ppt Terminologie et corpus pour les (apprentis) traducteurs : un double-aller retour ?

ppt online : #Terminologie et #corpus pour les (apprentis) #traducteurs : un double-aller retour ?
 
Prononcée pour le colloque fêtant les 20 ans de la formation en #traduction #spécialisée de l’Université de Craiova, cette présentation aborde le rôle des #corpus, au sens de la linguistique corpus, dans l’évolution de la #terminologie et de son rôle dans la #formation des traducteurs. Elle plaide pour un usage systématique de ces derniers, à tous les stades du processus de traduction, pour sortir les termes de leur isolement systémique et les aborder, en termes de #lexique-grammaire, au sein de segments stabilisés, voire fossilisés.
 
#corpus #terminologie #traduction #formation #phraséologie #patterns
 

Ateliers doctoraux sur les discours spécialisés, MSH Dijon, 22-23 mars

Jeudi 22 et vendredi 23 mars, je proposerai deux séminaires pour mesdoctorants et ceux de l’école doctorale ALEXANDRU PIRU de l’Université de Craiova sur les discours spécialisés :

– jeudi 22 : Quelles approches cognitives pour les discours spécialisés ?

– vendredi 23 : Approcher les discours spécialisés par la méta-catégorie du figement

Lieu : MSH Dijon, salle des thèses (visio avec Craiova)
Horaire : 9-12, 13-16

Séances ouvertes à tout doctorant de Lecla en sciences du langage intéressé par ces questions ainsi qu’aux étudiants du master REVI désireux de découvrir des perspectives de recherche en sciences du langage, indépendamment des langues-objets. Merci de s’inscrire par mai à laurent.gautier@ubfc.fr.

CfP « Corpus sur objectifs spécifiques », 15-16 novembre, Lyon 3

Journée d’étude « Corpus sur objectifs spécifiques »

Jeudi 15 et vendredi 16 novembre 2018 (Lyon)

Centre d’Études Linguistiques (EA 1663, Université de Lyon, Jean Moulin Lyon 3)

Centre Interlangues Texte Image Langage (EA 4182, Université Bourgogne Franche-Comté)

Depuis le milieu du XXe siècle et la parution des premières grammaires de l’anglais fondées sur les usages telles que l’American English Grammar de Fries (1940), les corpus sont devenus des objets fondamentaux pour la connaissance des langues et de leurs variétés (Biber 1988, Sinclair 2004) ainsi que pour leur enseignement (Kübler 2011, Boulton 2016). Même si pour certains, les corpus « ne changent pas fondamentalement la position du chercheur en linguistique » (Cori & David 2008), il n’en demeure pas moins que les corpus sont aujourd’hui considérés comme une branche légitime de la linguistique au point que la linguistique de corpus fait pleinement partie du paysage scientifique français et international. Cette linguistique possède en effet ses propres méthodologies (approches déductive, approche inductive, lexicométrie, statistique textuelle, etc.), ses propres outils d’analyse (étiqueteurs, concordanciers, outils pour la fouille de textes, etc.) et ses propres finalités, qu’il s’agisse d’objectifs larges (représenter une langue dans son ensemble) ou plus précis (représenter une variété spécialisée, un genre ou un registre). Comme McCarthy et O’Keeffe (2010) le rappellent, les applications de la linguistique de corpus sont très nombreuses en ce qu’elles couvrent des champs aussi divers que la didactique des langues, les langues de spécialités, l’analyse du discours, la pragmatique, la traduction, la lexicologie, la lexicographie ou encore la stylistique littéraire.

Placés dans le contexte des formations en langues sur objectifs spécifiques à l’université telles les Langues Étrangères Appliquées (LEA) ou les Langues pour Spécialistes d’Autres Disciplines (LANSAD), les corpus semblent remplir des fonctions particulières dont la plupart sont liées aux enjeux d’insertion professionnelle et académique des publics concernés. Les corpus sur objectifs spécifiques visent en effet la représentation des usages issus de situations de communication spécialisée, tant écrites qu’orales, en même temps qu’ils reflètent des problématiques d’ordre didactique tels que l’enseignement-apprentissage de la traduction, de la compréhension écrite ou orale, ou encore des normes d’usage dans une ou plusieurs langues.

Dans cette journée d’étude intitulée « Corpus sur objectifs spécifiques », nous envisageons le corpus et sa linguistique comme un domaine de la connaissance à la croisée des langues de spécialité et de la didactique des langues. Concernant la première voie d’accès, les corpus permettent la représentation et l’exploration des variétés spécialisées (allemand des affaires, anglais des spécialités médicales, espagnol juridique, etc.) et de leurs mises en discours ; ils constituent aussi, pour le linguiste non spécialiste du champ concerné, une base d’observation importante pour « approcher » le champ. Concernant la seconde, les corpus apportent des réponses aux questions liées à l’enseignement-apprentissage des langues sur objectifs spécifiques tant du point de leur structure (phonologie, lexico-morpho-syntaxe, sémantique) que de leurs usages (normes, erreurs et néologie).

Les questions abordées pourront concerner (sans se limiter forcément à cette liste qui demeure non exhaustive) :

  • Comment représenter une variété spécialisée ?
  • La méthodologie des corpus de langues de spécialité est-elle particulière ?
  • Comment constituer un corpus de langue orale ?
  • Quelles tailles de corpus envisager pour quelles représentations ?
  • Comment recueillir des données pour le spécialisé professionnel ?
  • Quels outils sont utiles ou nécessaires pour l’exploration de corpus spécialisés ?
  • Quelle place pour l’analyse manuelle face à l’analyse outillée ?
  • Quels objectifs linguistiques assigner aux corpus de spécialité?
  • Quels cadres théoriques pour exploiter ces corpus de spécialité?
  • Comment représenter les résultats obtenus par l’analyse de ces corpus ?

Format des propositions

  • Auteur et affiliation
  • Adresse électronique de contact
  • Titre de la proposition
  • Mots clés
  • Résumé de la proposition en 300 mots
  • Références bibliographiques

Date limite pour soumettre les propositions : vendredi 15 juin 2018

Envoyez vos propositions à

Une publication sous forme d’ouvrage collectif avec chapitres chez un éditeur international sera proposée aux intervenants selon les conditions usuelles (expertise en double-aveugle).

 

Références bibliographiques

Biber, Douglas. 1988. Variations across Speech and Writing. Cambridge : Cambridge University Press

Boulton, Alex. 2016. « Integrating corpus tools & techniques in ESP courses ». ASp 69, 111-135.

Fries, Charles Carpenter. 1940. American English Grammar: The Grammatical Structure of Present-Day American English with Especial Reference to Social Differences or Class Dialects. Londres et New York : D. Appleton-Century Company Incorporated.

Kübler, Natalie. 2011. Corpora, Language, Teaching, and Resources: From Theory to Practice. Berne : Peter Lang.

O’Keeffe, Anne & Michael McCarthy. 2010. « What are corpora and how have they evolved? » in The Routledge Handbook of Corpus Linguistics. Londres et New York : Routledge.

ppt en ligne : La comparaison de corpus parallèles / comparables pour l’approche des macrostructures : les discours de conjoncture économique

Communication en ligne présentée le 24.11.2017 à la journée « Corpus, traduction et TAO »

La présentation vise à discuter, à partir du cas des discours de conjoncture économique (BCE, banques centrales « nationales », instituts de conjoncture) l’apport croisé potentiel des corpus comparables et parallèles pour produire des ressources mobilisables pour le traducteur financier professionnel.

https://www.academia.edu/35244314/La_comparaison_de_corpus_parall%C3%A8les_comparables_pour_l_approche_des_macrostructures_les_discours_de_conjoncture_%C3%A9conomique

 

 

JE « Corpus numériques et traduction » – 24.11 – Dijon

La gestion des contraintes génériques/textuelles par les traducteurs :

annotation, modélisation, extraction de l’information dans les corpus électroniques

How translators manage generic and contextual constraints:

Annotation, modelling, and information extraction using electronic corpora.

 

Vendredi 24 novembre 2017

Maison des Sciences de l’Homme – Dijon

 

Coordination scientifique / Academic coordinators :

Laurent Gautier & Will Noonan (uBFC, Centre Interlangues TIL EA 4182)

 

9h00 : Accueil / Welcome

9h30 : Ouverture / Opening (L. Gautier & W. Noonan)

 

  1. Corpus dans le processus de traduction – Corpora in the translation process

 

9h45 : John Borel Tagne & Rudy Loock (U. de Lille-SHS & UMR CNRS 8163 “Savoirs, Textes, Langage”) : Ça « corpus » pas mal du côté des logiciels de TAO : l’heure de la convergence aurait-elle sonné ? (paper in English)

10h30 : Thierry Nallet (U. Grenoble Alpes & EA7356 Ilcea4 – Gremuts) : Les corpus électroniques au service de la traduction spécialisée. Une approche par genres ou types textuels

 

11h15 : pause café

2. Corpus parallèles et comparables – Parallel and Comparable Corpora

 

11h30 : Daniel Henkel (Université Paris 8 Vincennes-St-Denis & EA 1569 TransCrit) : Analysis and interpretation of comparable-parallel corpus data

 

12h30 : Buffet (sur place)

 

 

14h00 : Laurent Gautier (U. Bourgogne Franche-Comté & EA 4182 Centre Interlangues Texte Image Langage) : La comparaison de corpus parallèles et comparables pour l’approche des macrostructures à partir du discours de conjoncture des banques centrales

 

14h45 : Marion Bendinelli (U. Bourgogne Franche-Comté & EA 4661 ELLIAD) : Les débats présidentiels en France et aux États-Unis : un corpus comparable ? Réflexions dans une perspective de traduction du discours politique

 

15h30 : Discussion et conclusions / Debate and conclusion

 

 

Contact : laurent.gautier@ubfc.fr et will.noonan@ubfc.fr.

 

 

 

Action formation continue : corpus plurilingues pour traducteurs

Création et gestion de corpus plurilingues

Durée : 2 x 6 heures

OBJECTIFS

  • acquérir les notions de base en traitement de corpus uni- et plurilingue (parallèle, comparable)
  • savoir compiler un corpus ad hoc manuellement et semi-automatiquement
  • acquérir les différentes étapes du processus de préparation des corpus
  • s’approprier quelques outils d’interrogation de corpus
  • découvrir les ressources textuelles et linguistiques présentes dans un corpus

PROGRAMME

  • corpus, corpus comparables, corpus parallèles
  • compilation de corpus
  • préparation de corpus pour l’extraction d’information
  • techniques d’extraction
  • potentiels d’utilisation de l’information contenue dans les corpus

PUBLIC

  • traducteur,
  • rédacteur technique
  • gestionnaire de bases de données,
  • responsable de communication technique
  • documentaliste

LIEU

Université de Bourgogne – Dijon

TARIF : 800€ TTC

DATES

5 et 12 Octobre 2017

PRE-REQUIS

Connaissances de base en traitement de texte, maîtrise de l’anglais et d’une autre langue parmi allemand, espagnol et italien, pratique de base de glossaires / bases de données terminologiques en ligne type IALT

CONTACTS

M. Laurent GAUTIER, Responsable pédagogique, laurent.gautier@u-bourgogne.fr

Mme Anne ROGER, Chargée d’ingénierie de formation, anne.roger@u-bourgogne.fr