ppt online : jurilinguistique – Rechtslinguistik – analyse de discours juridique

La « linguistique du droit » (Rechtslinguistik) : un outil d‘analyse (critique) de discours ? – Mise en perspective à partir du « principe de non-discrimination »

La présentation vise à présenter quelques orientations de recherche mises en œuvre dans la recherche en sciences du langage dans l’espace germanophone et qui ne sont pas toujours connues dans les travaux français (et internationaux) d’analyse du discours – essentiellement pour une question d’accessibilité linguistique. On commence ainsi par, interroger ce qui fait la spécificité de la Rechtslinguistik/linguistique juridique et de la Rechtssemantik/sémantique juridique. Sur cette base, il s’agit ensuite d’interroger leur(s) possible(s) articulation(s) avec ce que la tradition francophone appelle « jurilinguistique » et avec « analyse du discours (institutionnel et instituant). Partant du principe du primat du sémantique dans les travaux allemands considérés, on montre ensuite dans quelle mesure ce paradigme peut être envisagé comme une « sémantique fondamentale » appliquée à l’objet droit avec un focus particulier sur les approches en termes de frames. La présentation se clôt par quelques résultats d’analyse autour de la formule « principe de non-discrimination » (Joyeux / Gautier 2017).

https://www.academia.edu/35381151/La_linguistique_du_droit_Rechtslinguistik_un_outil_d_analyse_critique_de_discours_Mise_en_perspective_%C3%A0_partir_du_principe_de_non-discrimination_

 

Publicités

ppt : #linguistique #appliquée et demande #socioéconomique

https://www.academia.edu/35261372/Utilisation_de_donn%C3%A9es_num%C3%A9riques_exp%C3%A9rientielles_en_discours_sp%C3%A9cialis%C3%A9s_deux_exemples_dans_le_domaine_du_tourisme_et_de_l_oenologie

Utilisation de données numériques expérientielles en discours spécialisés : deux exemples dans le domaine du tourisme et de l’oenologie

La constellation de projets Words4Wine développée et pilotée par Laurent Gautier, Professeur de linguistique appliquée à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, fait suite à la définition des six grandes politiques d’enseignement et de recherche de l’Université de Bourgogne. L’une d’entre elle étant la Vigne et le Vin, les activités de recherche portant sur ce domaine n’ont pu que connaître une expansion sans précédent. Dans ce cadre politique et régional favorable, un certain nombre de projets interdisciplinaires mêlant sciences du langage, informatique et disciplines d’application se sont concrétisés à travers des financements nationaux et européens. La présente communication met tout d’abord en avant l’apport des discours numériques en détaillant les spécificités de ces derniers et les nouvelles méthodologies à mettre en œuvre pour les analyser ainsi que l’intérêt qu’ils offrent si ce n’est pour la linguistique en général, a minima pour les linguistes de spécialité. De l’avènement du Web 2.0 à l’analyse de sémantique sensorielle de discours numériques expérientiels du vin, deux projets de la Maison des Sciences de l’Homme concrétisent la démonstration : TouristYou et AdWine. Le premier est la concrétisation de projets de recherche de grande envergure et de collaborations avec le monde socio-économique pour la thématique du tourisme. Fort de cette ossature, le projet TouristYou by E-Greeters vise à révolutionner le monde du tourisme en injectant une dose d’authenticité dans ses discours hautement institutionnalisés et en remettant l’utilisateur au centre du dispositif. Ce faisant une application mobile a été développée par les équipes de la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon (USR CNRS-uB 3516) qui lie analyse sémantique à haut degré de granularité, cartographie et intelligence artificielle. Le second projet présenté est AdWine, un système de recommandation intelligent pour le vin et la gastronomie des laboratoires TIL (4182) et Le2i (UMR CNRS 6306), lauréat d’un appel à projet du CVT Athéna. Fondé sur un outil de recommandation intelligent, l’application vise à faire coïncider le langage et la terminologie experts et des professionnels à ceux des consommateurs pour aboutir à une recommandation d’un vin à partir du profil spécifique de l’utilisateur consommateur. En conclusion de cette communication, un retour sur l’apport des recherches interdisciplinaires à sortie socio-économique démontre tout l’intérêt de tels programmes de recherche pour les mondes académiques et socio-économiques d’un territoire donné.

 

 

 

ppt en ligne : La comparaison de corpus parallèles / comparables pour l’approche des macrostructures : les discours de conjoncture économique

Communication en ligne présentée le 24.11.2017 à la journée « Corpus, traduction et TAO »

La présentation vise à discuter, à partir du cas des discours de conjoncture économique (BCE, banques centrales « nationales », instituts de conjoncture) l’apport croisé potentiel des corpus comparables et parallèles pour produire des ressources mobilisables pour le traducteur financier professionnel.

https://www.academia.edu/35244314/La_comparaison_de_corpus_parall%C3%A8les_comparables_pour_l_approche_des_macrostructures_les_discours_de_conjoncture_%C3%A9conomique

 

 

Présentation : La sémantique sensorielle peut-elle être autre chose qu’une sémantique expérimentale ?

Présentation disponible en ligne :

 

https://www.academia.edu/34648475/La_s%C3%A9mantique_sensorielle_peut-elle_%C3%AAtre_autre_chose_qu_une_s%C3%A9mantique_exp%C3%A9rimentale_

[Objectifs et problématique] La question au centre de la proposition est celle de savoir quel(s) cadre(s) sémantique(s) théorique(s) est / sont le(s) mieux à même de rendre justice aux contraintes génériques qui pèsent sur les terminologies sensorielles – à commencer, ici, par la terminologie œnologique. Il s’agit en effet de tenir compte de deux aspects particuliers : d’une part la dimension expérientielle de ces termes (Dubois 2009) – où expérience doit être entendu au sens très concret de l’expérience de dégustation – et, d’autre part, la dimension éminemment subjective de ces expériences que la recherche d’une intersubjectivité partagée – comme sous-bassement définitoire – cherche à contourner ou, à tout le moins, à réduire autant que faire se peut (cf. les panels entraînés en analyse sensorielle, Dacremont 2009). La thèse défendue ici est que seule une sémantique que nous qualifions d’expérimentale – c’est-à-dire reposant sur des données non intuitives et non introspectives produites en situation contrôlée – peut permettre de relever ce défi.

[Corpus] La démonstration reposera sur un corpus de données précisément expérimentales produites dans le cadre d’un projet interdisciplinaire autour du descripteur minéral/minéralité (pour les vins blancs) qu’il s’agira de croiser et faire dialoguer (Gautier / Le Fur / Robillard 2015). Ce corpus comprend ainsi :

  • des réponses à des questions ouvertes posées à des consommateurs et des professionnels sans stimulus;
  • des descripteurs produits par un panel entraîné, donc avec stimulus ;
  • des entretiens semi-dirigés réalisés auprès des producteurs des vins testés par le panel mentionné ci-dessus et abordant, à un niveau général, leur « philosophie » de vigneron et à un niveau plus resserré, leur rapport à la minéralité.

[Méthodologie] Méthodologiquement, l’analyse recourt tout à la fois aux méthodes quantitatives de la linguistique de corpus et de la fouille de données pour aborder chacun des corpus individuellement et en interaction et aux méthodes qualitatives de la sémantique cognitive, en particulier les notions de prototypes, d’air de famille ou encore de blending. L’objectif est de montrer comment une démarche se voulant holistique permet de reconsidérer le travail définitoire et le statut et la forme même de la définition terminologique.

 

Références citées :

– Dacremont, Catherine, 2009. « Analyse descriptive : Comment le praticien de l’évaluation sensorielle construit-il une terminologie sensorielle ? » In : Beltran-Vidal, Danièle (Ed.). Les mots de la santé (2). Affaire(s) de goût(s), Lyon : Université Lumière-Lyon II, 163-174.

– Dubois, Danièle (Ed.), 2009. Le sentir et le dire. Concepts et méthodes en psychologie et linguistique cognitives, Paris : L’Harmattan.

– Gautier, Laurent / Le Fur, Yves / Robillard, Bertrand, 2015. « La ‘minéralité’ du vin : mots d’experts et de consommateurs » In : Gautier, Laurent / Lavric, Eva (Eds). Unité et diversité dans le discours sur le vin en Europe, Wien : Peter Lang.

 

 

Mots-clefs : terminologie, sensorialité, descripteur, sémantique, cognition

Le continuum lexique-grammaire en genre spécialisé à partir de corpus maison

Nouvelle présentation online :

https://www.academia.edu/33280191/Le_continuum_lexique-grammaire_en_genre_sp%C3%A9cialis%C3%A9_%C3%A0_partir_de_corpus_maison

Colloque CILC2017 – Université Paris-Diderot (P7) – 31 mai – 2 juin 2017

[Problématique et objectifs] La proposition, qui s’inscrit dans l’axe 5 de l’appel « Corpus, études contrastives et traduction » vise à interroger l’apport des corpus spécialisés maison (Loock 2016a, b) pour la mise au jour, pour la traduction professionnelle et la formation de traducteurs, des patrons lexico-grammaticaux inhérents à des moules textuels (Gautier 2009) hautement contraints, en langue(s) traduite(s). On discutera en particulier, à la suite de Kübler/Gledhill (2016 : 75), l’idée selon laquelle l’interrogation systématique de corpus homogènes permet d’aboutir à une représentation holistique vérifiée des interactions entre lexique et grammaire, surtout quand chacune des deux composantes est mise en œuvre à travers des répertoires (très) réduits par rapport aux possibilités offertes par le système linguistique considéré. Ces patrons peuvent en effet représenter pour le traducteur  un « sous-texte » à partir duquel les choix de traduction se feront de manière « naturelle » à l’interface entre contenus conceptuels du texte à traduire et mise en mots et en textes.

[Données] Cette problématique sera instanciée ici par un corpus clos, compilé manuellement, et composé des conférences de presse de la Banque Centrale Européenne 2015 et 2016 dans leur version originale en anglais (19.883 mots) et dans leurs traductions en français (23.931 mots), allemand (19.810 mots) et néerlandais (21.324 mots). Par-delà son caractère de prime abord parallèle (Teubert 1996), chacun des sous-corpus sera envisagé pour lui-même, comme corpus de langue traduite, la comparaison avec l’original ne jouant, méthodologiquement, qu’un rôle périphérique.

[Méthodologie] On partira tout d’abord de la fréquence des termes N pour en interroger systématiquement les combinatoires, en particulier verbales, afin de dresser un inventaire systématique par langue des structures argumentales dans lesquelles ils s’inscrivent. Ce faisant, la dimension formulatoire, indispensable au traducteur pour la fluidité de son texte, sera mise en avant en particulier pour les langues, allemand et néerlandais en tête, qui jouent sur l’emploi de N prédicatifs associés à des V supports préférentiels non prédictibles :

(01)     Insbesondere müssen die entschlossene UmsetzungNPRED von [Güter- und Arbeitsmarktreformen]ARG sowie die BemühungenNPRED [zur Verbesserung des Geschäftsumfelds für Unternehmen]ARG in einigen Ländern intensiviertVSUP werden.

(02)     Ten tweede was, hoewel de tussen juni en september vorig jaar genomen monetairbeleidsmaatregelen tot een aanzienlijke verbeteringNPRED [in termen van de koersen op de financiële markten]ARG hebben geleidVSUP, dit niet het geval voor de kwantitatieve uitkomsten.

On s’arrêtera ensuite, à partir d’une analyse des n-grams, sur les structures récurrentes, analysées ici en termes de routines discursives, dont l’emploi, par-delà la terminologie et les collocations conceptuelles, garantit l’appartenance du texte au genre, comme en (03) :

(03)     D : nach wie vor, mit Blick auf ; F : au cours des prochains mois, (x) des prix à moyen terme, NL : (van) de additionele aankopen van, op de middellange termijn

[Discussion] Les résultats seront discutés d’une part par rapport à l’implémentation des corpus, en particulier maison, dans la formation des traducteurs – et ce par-delà leur présence « dissimulée » dans nombre d’outils de TAO, à commencer par les MT – et d’autre part par rapport au cloisonnement souvent systématique entre un module grammatical, un module terminologique et un module « stylistique » qui, pour des types de textes spécialisés (très) contraints, vole en éclat dès que l’on part de la langue en usage attestée en corpus.

 

Références citées :

Gautier L., 2009. Nochmals zum (Fach-)Textmuster: von der Kognition zur Beschreibung einzelner Textexemplare. Lyon Linguistique allemande, Université Lyon 2, Laboratoire LCE (Langues et Cultures Européennes), Histoire de Textes – Mélanges pour Marie-Hélène Pérennec, 8 p. <hal-00425363>

 

Gledhill C., Kübler N., « What can linguistic approaches bring to English for Specific Purposes? », ASp, 69 | 2016, 65-95.

Loock R., 2016a. «  L’utilisation des corpus électroniques chez le traducteur professionnel : quand ? comment ? pour quoi faire ? » ILCEA, ELLUG, 2016, ILCEA, 27, https://ilcea.revues.org/3835. <hal-01394854>

Loock R., 2016, La Traductologie de Corpus. Presses Universitaires du Septentrion, 2016, 2757413910. <hal-01391523>

Teubert, Wolfgang, 1996. Comparable or Parallel Corpora. Int J Lexicography ; 9/3, 238-264. DOI 10.1093/ijl/9.3.238.

 

Rôles sémantiques, frames et mise en perspective de l’information

Nouvelle présentation en ligne : mon intervention du 8.01.2016 au séminaire de #linguistique #allemande du Pr Martine Dalmas (Paris-Sorbonne) sur

 » #Rôles #sémantiques, #frames et mise en perspective de l’information »

#semantics #discourse #analysis #linguistics

01 2016 séminaire MD Paris IV

Communication : Quel(s) corpus pour une approche interculturelle des discours sur le goût ?

Colloque « GOÛT ET IDENTITÉS CULTURELLES », MSH Dijon, 17-18 décembre 2014

Quel(s) corpus pour une approche interculturelle des discours sur le goût ?

À la suite des pistes tracées dans deux travaux précédents (Gautier 2014a, 2014b), la présente proposition de communication – qui s’inscrit à l’intersection entre les thématiques 1 et 3 de l’appel à communications – vise à discuter la question des critères de constitution de corpus pour toute étude visant une approche croisée, plurilingue et pluriculturelle, des discours sur le goût. Cette problématique générale sera illustrée ici à travers l’exemple de la description des vins, en situation de dégustation, mais pas uniquement. Le point de départ de la réflexion résidera dans le rôle joué par le langage dans toute communication autour du produit qu’est le vin. Cette dimension proprement linguistique et matérielle (en ce qu’elle se réalise par des signifiants langagiers), pour aussi banale qu’elle puisse paraître, est en effet souvent négligée au profit d’approches tantôt macrocommunicatives, tantôt sensorielles, comme si chacune pouvait exister sans un recours réfléchi aux mots.

Il s’agira donc de s’interroger dans un premier temps sur les types de sources potentielles à envisager pour arriver à couvrir, au maximum, le champ communicationnel concerné. Nous reprendrons, pour l’affiner, la typologie proposée dans Gautier (2014b) et distinguant : (i) les discours réglementaires, (ii) les discours prescriptifs, (iii) les discours descriptifs et (iv) les discours publicitaires et marketing. L’accent sera ainsi mis sur la complémentarité entre ces différents types et, surtout, sur les malentendus auxquels leur exploitation non raisonnée peut conduire : on insistera, ce faisant, sur la différence de statut sémantique de bien des lexèmes utilisés qui oscillent entre termes (techniques, voire juridiques) dans les deux premiers cas de figure et « simples » lexèmes communs souvent réinterprétés sur un mode hédonique dans les deux derniers cas et on plaidera pour une prise en compte systématique des activités métaénonciatives et métalinguistiques encadrant leur emploi.

Dans un second temps, la communication s’arrêtera sur la question de la comparabilité des sources, préalable indispensable à toute visée plurilingue et/ou interculturelle. Excluant de facto toute approche reposant sur des textes traduits – ou pire encore sur des textes rédigés uniquement en anglais lingua franca – notre proposition visera à mettre en lumière les apports des corpus dits comparables (au sens de Teubert 1996), mais aussi les écueils potentiels à éviter lors de la constitution de telles ressources, en particulier celles relatives à des structurations de filière ou de secteur différentes d’une culture à une autre.

Le discours professionnel du guide-conférencier comme marqueur d’identité de l’institution touristique

Communication, colloque ICIP2014, Neuchâtel, 21-22 novembre 2014

Olivier Méric / Laurent Gautier

La notion de relativisme linguistique absolu dérivant de l’hypothèse de Sapir-Whorf (1936) poussée à l’extrême conduit à associer au sujet parlant tel que le considère Mondzain (2005, 19) un discours univoque qui, comme une empreinte digitale, serait représentatif de son identité. Accepter cette double hypothèse conduit ainsi à prôner l’existence d’autant de discours, et donc d’identités, que d’individus. Cherchant à éviter l’écueil d’un tel modèle basé sur la différenciation absolue où chaque interprétation est recevable, la communication proposée a pour objectif de vérifier l’hypothèse selon laquelle, au travers de l’analyse de discours, le regroupement par analogie, basé sur la récurrence des caractéristiques inhérentes à un type de discours professionnel contextualisé tel que défini par Petit (2010), peut déboucher sur la mise au jour des éléments constitutifs d’un moule discursif propre à une pratique professionnelle. C’est dans ce cadre, garant d’une forte identité institutionnelle, que le professionnel en question pourrait naturellement s’identifier et s’exprimer.

Pour apporter des éléments de réponse à cette question, il a été compilé un corpus composé de la transcription d’enregistrements de guides-conférenciers en situation de visite commentée au Musée des Beaux-Arts de Dijon. Ce corpus représente l’expression de leurs différentes activités professionnelles au sein d’une interaction sociale authentique avec un groupe de touristes lors de visites spécifiques de l’institution.

L’analyse quantitative et qualitative de phénomènes distribués de manière homogène dans les différents textes constituants le corpus d’étude – tels que les occurrences et les concordances des formules langagières (Wray, 2009), les fréquences des associations de plusieurs mots (N-gram) et les mots-clés obtenus par comparaison avec un corpus de discours général comme « FrTenTen12 » – produit une quantité suffisante de similitudes nécessaires pour établir les caractéristiques du moule discursif postulé. En suivant Mauricio Beuchot (2009, 46), pour qui l’herméneutique analogique prédique l’importance des similitudes dans le respect des différences et si l’on appelle « interprétation » le résultat de l’analyse textuelle, il semble possible de créer sur cette base un groupe « d’interprétation » représentatif du groupe social auquel les professionnels pourraient s’identifier sans nier pour autant leur singularité. En effet, classer, par analogie, le discours produit dans ce groupe d’interprétation, garantit au professionnel une identité bien définie par le moule institutionnel : celle des guides-conférenciers de visites commentées.

Bibliographie :

Beuchot Mauricio, (2009), tratado de hermenéutica analógica. Hacia un nuevo modelo de interpretación, 4e ed., Mexico, Mexique.

Mondzain, Marie-José (2005), « Les images parlantes,  » dans Les images parlantes, éd. M. Gagnebin, Seyssel : Champ Vallon, 13-28.

Petit, M., (2010), Le discours spécialisé et le spécialisé du discours : repères pour l’analyse du discours en anglais de spécialité, E-rea [En ligne], disponible à http://erea.revues.org/1400 (dernier accès le 30/09/2013); DOI : 10.4000/erea.1400

Whorf Benjamin Lee (1936), “A linguistic consideration of thinking in primitive communities” dans Language, Thought and Reality, edited by Jhon B. Carroll, the MIT press, Cambridge, Massachussetts

Wray Alison (2009), « Future Directions in Formulaic Language Research », Journal of Foreign Languages, Vol. 32, N°6

Dijon, 6.11.2014, Paper : La construction discursive de la cohérence dans les tweets de campagne électorale

La construction discursive de la cohérence dans les tweets de campagne électorale

Laurent Gautier

Université de Bourgogne, France

<Problématique et objectifs> Cette proposition de communication s’inscrit dans l’axe du colloque consacré à la multimodalité de la communication politique en ligne qu’elle approche d’un point de vue linguistique. Elle interroge la façon dont se construit, pour le récepteur, la cohérence des messages envoyés par des candidats à des élections. La problématique est donc double. Il s’agit d’envisager au niveau théorique la façon dont cette notion fondatrice de la linguistique textuelle (elle compte au nombre des sept critères de textualité de De Beaugrande & Dressler) est mise en œuvre sur le site de micro-blogging twitter et dans quelle mesure elle doit être redéfinie. Au niveau pratique, il s’agit de voir comment les récepteurs de ces messages, en fonction de leur statut, construisent la cohérence des messages qu’ils décodent et, partant, accèdent au contenu et au déroulé interactionnel des échanges auxquels ils assistent et/ou participent.

<Corpus> Le corpus est composé de tweets envoyés pendant la campagne pour les élections européennes par des candidats en France et en Allemagne. Il s’agit donc d’un corpus bilingue de textes comparables (au sens de Teubert) dont la comparabilité est garantie par un tertium comparationis à plusieurs niveaux : même dispositif technique, même profil d’émetteur, même situation de communication, même thématique globale. Ce corpus ayant été constitué dans le cadre d’un projet de plus grande envergure reposant sur une définition stricte des critères de collecte, en particulier pour le choix des comptes suivis et du bornage chronologique, ces derniers renforcent l’homogénéité des données récoltées par delà les différences culturelles et celles liées aux systèmes linguistiques considérés.

<Méthodologie> L’approche de la multimodalité de ces tweets part de la fonction pouvant être attribuée, suite aux travaux de Thimm et al. aux opérateurs mis à disposition par le système : @, #, RT et http://. Elle est construite autour de l’hypothèse selon laquelle ces opérateurs qui, à première vue, entravent la linéarité du signifiant et orientent le récepteur vers l’extérieur des messages (vers un destinataire pour @, vers un mot-clef pour # [même si ce dernier peut connaître un double emploi mondain et autonymique au sens de Rey-Debove et Authier-Revuz], vers un autre tweet pour RT et vers une ressource internet pour http://), sont en fait autant d’outils à partir desquels le récepteur peut construire la/sa cohérence des interactions auxquelles il est confronté. Cette hypothèse est testée ici sur la base des réactions, réponses ou commentaires, présentes dans les fils d’interactions et qui thématisent, sur un mode relativement explicite, des ‘problèmes’ de cohérence. La réflexion intègre aussi à la marge les problèmes similaires posés par l’intégration d’images et/ou de vidéos dans les tweets.

<Résultats attendus> Les résultats de l’analyse peuvent être valorisés aux deux niveaux explicités dans la problématique : au niveau pratique, l’étude de cas proposée doit fournir des éléments de stratégie communicationnelle dans la mesure où la notion de cohérence est un des premiers critères garantissant la compréhensibilité d’un message ; au niveau théorique, les résultats se veulent une contribution au débat en cours sur les redéfinitions, devenues inévitables, des notions de textualité et discursivité.

Naming sensory impressions in winespeak between professionals and non-professionals

Paper presented at ALAPP2014, Geneva, 11th Sept.

Naming sensory impressions in winespeak between professionals and non-professionals

Laurent Gautier (Dijon)

<Topic> Connections between semantics — for instance, cognitive semantic models such as prototype theory — and sensory analysis have often been studied from an interdisciplinary perspective involving disciplines such as linguistics, cognitive psychology, and chemistry. Among the many fields concerned with this topic, this paper will focus on the particular case of winespeak and especially on the co-construction of a shared knowledge between professionals and consumers. The hypothesis to be verified is (i) that objectivist and strict terminological approaches can not account for the processes at work when professionals and non professionals try to agree on the ‘specialized meaning’ of so-called wine tasting descriptors and (ii) that a constructivist perspective should be preferred in order to improve the communication within this particular sphere, especially from a marketing perspective.

<Theoretical orientation> The theoretical background of the study is discourse analysis applied to a specialized field: in this sense, it forms part of what Schubert (2010) labels ‘specialized communication studies’, with a special focus on authentic situated oral interactions. Accordingly, the terminological dimension of the paper is cognitive-oriented as it considers terminology not at the system level, but in use, and linked to the construction of mental representations that are shaped, at least to some extent, by the discourse itself. It thus focuses on the communicative aspects of term use by professionals.

<Empirical field> The paper will build on three sets of data dealing with the question of how wine descriptors that seem to be explicit to experts can in fact be unclear to consumers. Furthermore, those corpora show how meaning needs to be negotiated within verbal interactions:

  • Results of an online survey filled in by both professionals and non professionals (around 1800 responses for each group) on their understanding and their representation of the concept of ‘minerality’ in wine. This second corpus aims at showing the potential gap between the two communities not only within the definition of the concept but also — at a metalinguistic level — regarding the status of the word they use (technical term or not). This example was chosen because of its recent use in the wine industry and marketing. It leads us to the constructivist approach that can only be implemented with authentic situated corpora.
  • Recordings of prototypical wine tasting situations where professionals present wines to an audience of consumers and potential buyers who do not have high skills in the field. The aim of this second corpus is to bring to light — at a very general level — the strategies used by professionals to introduce specific sensory concepts and by listeners to build ‘their’ mental representation of those concepts linked with the sensory impressions they have when tasting the wine.
  • In-depth interviews with professionals aimed at discussing key communication issues that were identified through the survey and the wine tasting recordings. This third corpus is explicitly metalinguistically oriented and enables us to approach aspects of definition and also the professionals’ awareness of and sensitivity to possible communication disorders that can influence the consumers’ choice.

 

Suitable conference topics:

  • Skills and competence development through language and communication
  • Linguistic and semiotic aspects of professional expertise

 

Keywords:

professional interactions, discourse analysis, cognitive semantics, terminology, sensory analysis