Culture in/and multimedia localisation workshop

The programme for the « Culture in/and multimedia localisation » workshop is now available by clicking here.

Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, Salle des Conseils, Campus Montmuzard, Dijon.

Publicités

nouveau ppt en ligne : Produire expérimentalement des corpus spécialisés pour l’analyse sémantique : méthodes et enjeux

La présentation de ma communication avec Mariele Mancebo-Humbert sur « Produire expérimentalement des corpus spécialisés pour l’analyse sémantique : méthodes et enjeux » aux journées d’études « Corpus sur Objectifs Spécifiques » à l’Université Lyon 3 est en ligne ici.

Mots clefs : discours spécialisés, corpus expérimentaux, enquêtes, descripteurs sensoriels, terminologie

[Contexte] La présente proposition vise, à la suite de De Mönnink (1999) et Gilquin / Gries (2009), à interroger et discuter le rôle de corpus produits expérimentalement et de façon ad hoc pour l’analyse du lexique spécialisé – que les unités considérées soient officiellement reconnues comme termes ou non. Elle s’inscrit dans le paradigme d’une recherche située (Condamines / Narcy-Combes 2015) et intrinsèquement interdisciplinaire (Gautier 2014). Si les corpus spécialisés écrits, et dans une moindre mesure oraux, sont devenus monnaie courante, qu’ils soient intégrés aux corpus de référence ou produits pour des besoins spécifiques (Loock 2016), les corpus expérimentaux, qui se rapprochent des enquêtes de la linguistique de terrain (Blanchet 2012), sont moins souvent convoqués – à l’exception notable de projets de recherche, comme ceux dont il est question ici, ayant pour objet les lexiques et les discours expérientiels (Dubois 2009).

[Problématique] Dans ce cadre, la communication discutera les enjeux, pour le linguiste, liés à la production de telles ressources, ainsi que les problèmes afférents en termes de méthodologie. A partir du cas particulier du lexique de dégustation de vins effervescents (Mancebo-Humbert et al. 2018), à la suite de Normand (2002) sur le champagne, on s’interrogera ainsi sur les critères présidant au corpus design : présence ou non d’un stimulus, mode de formulation des questions au vu des résultats escomptés (Delepaut 2009), prise en compte des profils de répondants, etc.

[Données et discussion] Cette problématique générale sera illustrée à partir de deux jeux de données en français (production de paroles par des panels professionnels et consommateurs lors de dégustation de Crémant de Bourgogne et réponse à un questionnaire en ligne sans stimulus sur ce produit) et un jeu de données en portugais brésilien (questionnaire en ligne sans stimulus sur les vins espumantes). On discutera ainsi, tout spécialement, la façon dont les critères généralement admis en linguistique de corpus doivent être ici repensés, voire re-calibrés : approche quantitative vs qualitative, fréquence minimale, représentativité des résultats, place des hapax, etc. Une attention particulière sera accordée à l’apport de ces corpus pour le traitement sémantico-cognitif du lexique de spécialité correspondant (ten Hacken 2015).

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

BLANCHET, Philippe (2012). La linguistique de terrain, méthode et théorie : une approche ethnosociolinguistique de la complexité. 2e ed. Collection Didact linguistique. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

CONDAMINES, Anne / NARCY-COMBES, Jean-Paul (2015). La linguistique appliquée comme science située. Francis Carton et al. (dir.). In : Cultures de recherche en linguistique appliquée. Paris : Riveneuve éditions, pp. 209-229.

DE MÖNNINK, Inge (1999). Combining Corpus and Experimental Data. In : International Journal of Corpus Linguistics, n°4/1, pp. 77-111.

DELEPAUT, Gaëlle (2009). Questionner : comment et pourquoi ? Le choc des questions, le poids des mots ! In : Le sentir et le dire : concepts et méthodologies en linguistique et psychologie cognitive. DUBOIS, Danièle (dir.). Paris : L’Harmattan.

DUBOIS, Danièle (2009). Le Sentir et le dire : définir l’objet et construire la démarche. In : Le sentir et le dire : concepts et méthodologies en linguistique et psychologie cognitive. DUBOIS, Danièle (dir.). Paris : L’Harmattan.

GAUTIER, Laurent (2014). Des langues de spécialité à la communication spécialisée : un nouveau paradigme de recherche à l’intersection entre sciences du langage, info-com et sciences cognitives ? In : Etudes Interdisciplinaires en Sciences humaines, vol. 1, pp. 225-245.

GILQUIN, Gaëtanelle / GRIES, Stefan Th. (2009). Corpora and experimental methods: a state of the art review. In : Corpus Linguistics and Linguistic Theory, vol. 5, n° 1. pp. 1-26.

LOOCK, Rudi (2016). La traductologie de corpus. Villeneuve d’Ascq : Presses du Septentrion.

MANCEBO-HUMBERT, Mariele / LE FUR, Yves / GAUTIER, Laurent (2018). La construction du discours de dégustation de Crémant de Bourgogne de 1995 à aujourd’hui. In : Bourgogne(s) viticole(s) : Enjeux et perspectives historiques d’un terroir. WOLIKOW, Serge et JAQUECT, Olivier (dir.). Dijon : Éditions Universitaires de Dijon, p. 237-252.

NORMAND, Sylvie (2002). Les mots de la dégustation du champagne : analyse sémantique d’un discours professionnel. Paris : CNRS.

TEN HACKEN, Pius (2015). Terms and specialized vocabulary : taming the prototypes. In : Handbook of terminology. KOCKAERT, Hendrik J. et STEURS, Frieda (dir.), vol. 1, pp. 3-14. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins Publishing Company.

nouveau ppt en ligne : Les corpus oraux professionnels : conditions de production et d’exploitation pour une recherche située en langues-cultures de spécialité

Ma communication avec Matthieu Bach aux journées d’études « Corpus sur Objectifs Spécifiques » (Lyon 3) est en ligne ici.

Les corpus oraux professionnels : conditions de production et d’exploitation pour une recherche située en langues-cultures de spécialité

Mots clefs : discours spécialisés, discours professionnels, corpus oraux, interactions, approche ethnographique

[Contexte] La présente proposition, qui se situe à l’intersection de deux questions posées dans l’AAP (Comment représenter une variété spécialisée ? Comment constituer un corpus de langue orale ?) s’inscrit dans le paradigme actuel d’une recherche linguistique située (Condamines / Narcy-Combes 2015) intégrant les conséquences méthodologiques d’une approche qui envisage les langues-cultures spécialisées à partir de la spécialité, comprise au sens de Petit (2010), et mettant donc au premier plan les acteurs, contenus et interactions propres au domaine considéré. Ce faisant, elle intègre une dimension parfois qualifiée d’ethnographique (Dressen-Hammouda 2013, Isani 2014) nécessaire à une saisie réellement contextualisée des discours constitutifs de ladite spécialité.

[Problématique] La démonstration discutera ainsi à partir d’un domaine précis, la filière viti-vinicole, les enjeux de cette conceptualisation des langues-cultures de spécialité pour la compilation de données authentiques et représentatives pour aboutir à une description linguistique holistique. La recherche s’étant longtemps focalisée sur les seuls discours écrits et le plus souvent académiques et, s’agissant de langue orale, sur l’application des méthodologies conversationnelles à des objets spécialisés (Bowles / Seedhouse 20092), ce questionnement général sera instancié ici, à la suite de Gautier / Hohota (2014) et Gautier / Bach (2017), à partir du cas de discours professionnels (Gunnarsson 2009) et oraux. On insistera par ailleurs sur le fait que l’approche proposée se focalise sur des discours du sensoriel qui imposent de facto une certaine prudence dans leur processus de production, par-delà les standards généralement admis.

[Données et discussion] L’analyse partira de la triangulation de trois jeux de données originales produits in situ dont il s’agira de mettre en avant les interactions croisées pour la saisie des moules discursifs et cognitifs constitutifs d’au moins une partie, sans doute la plus importante stratégiquement, de la filière viti-vinicole : (i) des séances de présentation de vin par des professionnels (producteurs et cavistes), (ii) des séances de dégustation entre professionnels et amateurs dans différents contextes marketing et (iii) des entretiens semi-guidés avec des producteurs. Sur cette base, on discutera à la fois les problématiques matérielles (calibrage de la collecte, transcription, granularité d’annotation, etc.) et méthodologiques pour l’analyse (saisie des différents niveaux de description linguistique, séquences d’interactions, dépassement de la terminologie).

 

Références citées :

BOWLES, H., SEEDHOUSE, P. (Dir.). 22009. Conversation Analysis and Language for Specific Purposes. Berne : Peter Lang.

CONDAMINES, A., NARCY-COMBES, J.-P. 2015. « La linguistique appliquée comme science située », dans Francis Carton et al., Cultures de recherche en linguistique appliquée. Paris : Riveneuve éditions, p. 209-229.

DRESSEN-HAMMOUDA, D. 2013. « Ethnographic approaches to ESP research », dans Brian Paltridge et Sue Starfield, The Handbook of English for Specific Purposes. Chichester : Wiley-Blackwell, p. 501-517.

GAUTIER, L., HOHOTA, V. 2014. « Construire et exploiter un corpus oral de situa- tions de dégustation : l’exemple d’Oenolex Bourgogne », Studia Universitatis Babes Bolyai – Studia Philologia, Universitatea Babeş-Bolyai, 59(4), p. 157- 173.

GAUTIER, L., BACH, M. 2017. « La terminologie du vin au prisme des corpus oraux de dégustation/ présentation (français-allemand) : entre émotions, culture et sensorialité », Etudes de linguistique appliquée, 188, 485-509.

GUNNARSSON, B.-L., 2009. Professional Discourse. London, Blumsberry.

ISANI, S. 2014. « Ethnography as a research-support discipline in ESP teaching, learning and research in the French academic context », Asp, 66, p. 27-39.

PETIT, M. 2010. « Le discours spécialisé et le spécialisé du discours : repères pour l’analyse du discours en anglais de spécialité », E-rea. [Online]. https://erea.revues.org/1400 le 18 juillet 2018.

 

 

Recension de Gautier, éd. (2018).

A découvrir dans le numéro 58 de LIDIL, une très belle recension de mon collectif sur #figement et #discours #spécialisés paru 2018 chez Frank und Timme
 
#syntaxe #sémantique #linguistique #textuelle #phraséologie #idiomaticité #terimonologie #patterns
 
A lire ici.
Cover_Figement et discours specialise

cfp Discours sensoriels croisés : cacao, café, thé, vin, bière et spiritueux  Référentiels, Expériences et imaginaires

Colloque International

Date limite de soumission : vendredi 27 mars 2019

 Après Dijon 2018, 2ème édition de 

Discours sensoriels croisés :

cacao, café, thé, vin, bière et spiritueux

 Référentiels, Expériences et imaginaires

Campus Tech Angers – 4-5 juillet 2019

Co-organisation : Campus Tech, Vinovillage et Numerina

CoDiRe (EA 4643), PLIDAM (EA 4514), Praxiling (UMR 5267),

Centre Interlangues TIL (EA 4182) et le réseau AGAP

 

Coordination scientifique :

Albin Wagener

 

Résumé

Le colloque international « Discours sensoriels croisés : cacao, café, thé, vin, bière et spiritueux – référentiels, expériences et imaginaires » fait suite au colloque « Discours sensoriels croisés : cacao, café, thé et vin – entre langue(s) et culture(s) » organisé en juillet 2018 à la MSH de l’Université de Bourgogne à Dijon par la MSH Dijon-Université de Bourgogne, le Cimeos (EA 4177) et le Centre Interlangues TIL (EA 4182). Il s’inscrit donc dans une suite, en ajoutant deux nouveaux domaines discursifs riches en descripteurs, à savoir la bière et les spiritueux. L’objectif de ce colloque est d’explorer, de manière multilingue et multiculturelle, les référentiels et les univers symboliques mobilisés au cœur des discours sensoriels, mais également les expériences subjectives, pragmatiques et nécessairement sémiotiques qui s’y retrouvent associées. L’ensemble de ces galaxies sémantiques expérientielles donnent lieu à la mobilisation, la production et la reproduction d’imaginaires qui se retrouvent inscrits au sein de discours qui, en plus de dire l’expérience sensorielle gustative, olfactive et flavoriale (pour ne citer que ces exemples), participent à la création d’univers interdiscursifs qui participent de la manière dont ces discours expérientiels se retrouvent situés sociétalement.

Argumentaire

 

Ce colloque se nourrit explicitement des interactions entre chercheurs et professionnels et s’inscrit dans une perspective de dialogue fructueux entre recherche et expérience, dans un esprit de recherche et développement. Il est également situé de manière claire dans la logique des humanités numériques, telle que portées par Campus Tech et sa chaire de recherche Numerina ou encore par le projet Nexus de l’Université Paul-Valéry Montpellier III : en ce sens, l’expérience sensorielle et les discours qui sont produits en référence à celle-ci sont ici directement liées à la capacité de médiation, de partage, d’usages, de transition ou encore d’acculturation numériques – non pas au sens technique, mais au sens précisément humaniste et sociétalement situé. Du point de vue professionnel, ce colloque se retrouve directement mis en lien avec les problématiques rencontrées par les professionnels des filières concernées, qu’il s’agisse de producteurs et de distributeurs, ou encore d’acteurs publics désireux de valoriser le territoire à travers ces produits. En ce sens, le présent colloque est activement soutenu par Vinovillage, cluster-campus des Pays de la Loire consacré aux vins et spiritueux, et véritable hub permettant la rencontre de professionnels, de chercheurs et de formations situées. Il fait suite à l’organisation, à Dijon, du colloque de juillet 2018 « Discours sensoriels croisés : cacao, café, thé et vin – entre langue(s) et culture(s) » qui, a permis de poursuivre un important travail de mise en réseau de chercheurs internationaux travaillant jusque-là de manière isolée, et notamment par la création du réseau AGAP (Alimentation et gastronomie : analyses et perspectives communicationnelles). En ce sens, il s’agit donc bien d’une poursuite de dynamique, à laquelle participent les organisateurs du présent colloque, et qui invite d’autres acteurs à pouvoir se manifester et rejoindre ce réseau.

 

Il s’agira de poursuivre, sur ces objets spécifiques, la collaboration naturelle, sur ces questions sensorielles, entre sciences du langage et sciences de l’information et de la communication, mais aussi, compte tenu du contexte de recherche, à créer des liens transdisciplinaires avec les sciences expérimentales, à commencer par les sciences du goût. Compte tenu de la dimension historique, l’apport des chercheurs en histoire du goût et de l’alimentation des aires culturelles concernées sera le bienvenu ; pour la partie marketing de ces produits et de leurs discours, les chercheurs en marketing, en particulier expérientiel, sont invités à participer.

 

Aux niveaux méthodologique et théorique, les six produits cités sont l’objet de travaux scientifiques relativement irréguliers : si le vin et le café sont relativement nourris en fonction des disciplines et des questions de recherche, il est clair que la bière et le thé, pour ne citer que ces produits, restent moins capés en termes de publication – bien que l’engouement pour la zythologie connaisse un essor certain. L’enjeu du colloque sera donc de croiser, d’interroger un éventuel rôle modélisateur pour certains discours existants, de documenter les transferts analogiques, etc., selon des objectifs de communication, de transmission, d’usage, de diffusion et d’acculturation très divers. Plus spécifiquement, l’objectif du colloque sera bel et bien de mettre l’accent sur les référentiels mobilisés autour des discours sensoriels des six produits cités (à la fois culturels, historiques, symboliques, socio-économiques, etc.), mais également les expériences vécues et l’appel aux différents sens mobilisés pour nourrir les discours sensoriels – y compris les expériences para-produits que constituent par exemple les expériences oenotouristiques ou zythotouristiques, pour ne citer que celles-ci. Il s’agira également, in fine, d’explorer de manière plus approfondie les imaginaires interdiscursifs tissés autour de ces six produits, à savoir leurs implications culturelles, sociales et économiques, mais également artistiques, touristiques et territoriales.

 

 

 

Propositions de communication – modalités

 

Sont attendues des propositions de communication sur ces thématiques indiquant explicitement : la question de recherche et son apport à la problématique générale esquissée ci-dessus, les données/corpus analysés, les cadres méthodologiques et théoriques sous-jacents. Si les études de cas ne sont pas a priori exclues, les auteurs devront clairement montrer leur portée théorique.

 

Elles comprendront : le titre de la communication, 5 mots-clefs, un argumentaire développé de 800 mots maximum et la liste des références citées. L’identité et l’affiliation du/des auteur(s) n’apparaîtront pas dans le résumé, mais dans le mail d’accompagnement.

 

Langues : anglais, français

 

Transmission des propositions : avant le 27 mars 2019 par mail à : albin.wagener@campustech.fr

 

Le colloque donnera lieu à une publication collective de type « ouvrage avec chapitres » répondant aux critères internationaux de publication.

 

Comité scientifique (en cours de constitution) :

 

Ieda Maria Alves, Universidade de São Paulo, Brésil

Jean-Jacques Boutaud, Université de Bourgogne, France

Léo Gabillard, VinoVillage / Campus Tech, France

Laurent Gautier, Université de Bourgogne, France

Weiwei Guo, Université Lumière-Lyon 2, France

Eva Lavric, Universität Innsbruck, Autriche

Patrick Leroyer, Université d’Aarhus, Danemark

Julien Longhi, Université de Cergy-Pontoise, France

Olivier Méric, Universadad Estatal Amazónica en Puyo, Ecuador & Université de Bourgogne, France

Anne Parizot, Université de Franche-Comté, France

François Perea, Université Paul-Valéry Montpellier III, France

Kilien Stengel, Université de Tours, France

Peter Stockinger, INALCO, France

Rita Temmerman, Vrije Universiteit Brussel, Belgique

Albin Wagener, Campus Tech / Université de Nantes, France

Workshop: Fachsprachenforschung kontrastiv, Dijon, 9.11.2018

Im Rahmen des deutsch-französischen Doktorandenkollegs Dijon-Mainz

Organisation und wiss. Leitung: Laurent Gautier, Michael Schreiber und Simon Varga.

Workshop „Fachsprachenforschung kontrastiv“

  1. November 2018

Maison des Sciences de l’Homme, Dijon (Salle des conseils)

Moderation: Michael Schreiber (JGU Mainz)
 
9:00 Begrüßung (Michael Schreiber & Laurent Gautier)
   
9:15 Antje Lobin (JGU Mainz)

Herausforderungen der medizinischen Fachkommunikation in einem mehrsprachigen Umfeld: der Fall des Tessins

   
10:00 Mariele Mancebo-Humbert (UBFC Dijon/Universidade de São Paulo)

Les discours spécialisés autour des espumantes brésiliens : entre emprunts et adaptation à partir du français

   
10:45 Kaffeepause
   
11:00 Sarah Hartmann (JGU Mainz)

Die politische Dimension der Übersetzung – Der napoleonische Code de Commerce im Königreich Italien

   
11:45 Laurent Gautier (UBFC Dijon)

Utiliser les corpus parallèles pour approcher la langue de la traduction en

contexte institutionnel – le cas de la BCE

   
12:30 Mittagspause
   
Moderation: Laurent Gautier (UBFC Dijon)
   
14:30 Elizaveta Dorogova (JGU Mainz)

Intertextualität in der theologischen Fachsprache Meister Eckharts anhand seiner mittelhochdeutschen Predigten und ihrer modernen deutschen und französischen Übersetzungen

   
15:15 Florian Koch (JGU Mainz)

Die Abwertung des Anderen mittels Sprache

   
16:00 Kaffeepause
   
16:15 Simon Varga (JGU Mainz/UBFC Dijon)

Kausalrelationen, Kategorisierungen und Analogiebildungen als Vektoren der Wissensvermittlung in (Fach-)Übersetzung und Popularisierung – eine framesemantische Perspektive

   
17:00 Abschlussdiskussion & Informationen zur Publikation

 

ppt en ligne : Du vin au cacao : enjeux des sources et des méthodes pour une sémantique sensorielle

La présentation faite le 30.10.2018 à l’Université d’Innsbruck dans le cadre du séminaire du Professeur Eva Lavric sur

Du #vin au #cacao : enjeux des #sources et des #méthodes pour une #sémantique #sensorielle

est disponible ici.

Résumé :

Ce cours, proposé dans le cadre du séminaire du Professeur Eva Lavric à l’Université d’Innsbruck (Autriche), vise à discuter les enjeux, voire les défis, liés à une description linguistique, et surtout sémantique, du cacao. Ce faisant, il touche à la méthodologie d’une « linguistique sensorielle/de la sensorialité » dont il commence par présenter l’objet et la/les problématique(s), en particulier à travers la nécessité d’opter pour des paradigmes constructivistes de description du sens. Il s’arrête ensuite sur les acquis actuels dans la description de la langue du vin, en particulier de sa terminologie, en mettant en avant les manques de fondement théorique des roues des arômes, pourtant très en vogue pour toute une gamme de produits, et propose, à la suite de Gautier (2018), de distinguer dans le lexique sensoriel trois ensembles au fonctionnement sémiotique et sémantique différent : lexique objectivable , strictement lexique sensoriel et lexique hédonique – les deux dernières catégories n’étant pas totalement étanches. On en conclut sur les limites du raisonnement analogique qui prévaut dans beaucoup d’études : la description du vin ne peut servir de modèle pour tout autre produit sensible. Cette thèse est ensuite illustrée à partir des premiers résultats d’un projet en cours autour du cacao dans un pays producteur, l’Equateur. La section 3 décrit le double décalage nécessaire pour aborder ce produit et les discours qu’il génère sans a priori : décalage culturel et méthodologique, avec une approche de type ethnographique du discours de spécialité correspondant et une saisie sociolinguistique et variationniste des termes. C’est ce qu’illustre la dernière partie du cours en explicitant le mode de collecte des données mis en place et qui comporte lui-même de nombreux enjeux.

 

ppt online Zum Druck von Fachwissen und Fachstrukturen auf das Lexikon-Grammatik-Kontinuum: zum Ausdruck von Aspektualität in Wetterberichten (dt.-frz.)

Meine ppt-Präsentation auf dem diesjährigen verbal-Workshop « #Sprache und #Wetter » (#ÖLT2018 in Innsbruck) kann hier heruntergeladen werden

Zum Druck von Fachwissen und Fachstrukturen auf das Lexikon-Grammatik-Kontinuum: zum Ausdruck von Aspektualität in Wetterberichten (dt.-frz.)

 

Der Beitrag reiht sich in drei aktuelle Forschungsstränge ein: (i) korpuslinguistische Zugänge zu Fachdiskursen, wobei quantitative und qualitative Erhebungen parallel durchgeführt werden, (ii) holistische Beschreibungen derselben, wo Lexikon und Grammatik ein Kontinuum bilden und zur Anerkennung globaler Patterns führen (Geldhill/Kübler 2016), und (iii) konstruktionsgrammatische Modelle, die sich in einem solchen methodologischen und theoretischen Rahmen als besonders relevant ergeben und – da sie kognitiv verankert sind – eine Brücke zwischen der kognitiven Architektur eines Faches und deren Versprachlichungsmodi in den fachspezifischen Textsorten schlagen.

Unterschiedliche Teilaspekte des Wetter-„diskurses“ sind schon Gegenstände linguistischer Forschungen gewesen, etwa Areallinguistik (Antieau 2012), Lexik (Krycki 2006), Modalität (Krycki 2001) oder auch Crossmedialität (Mac 2015). In diesem Kontext widmet sich der Beitrag dem Textmuster ‚Wetterbericht im Internet’ und knüpft an existierende textsorten-orientierte Arbeiten (z.B. Spillner 1997, Krycki 2009) an. Durch den Fokus auf die Kategorie ‚Aspektualität’ (Gautier/Haberkorn 2004/22011) und im Anschluss an Davidse/Noppen (2003) oder Eriksen et al. (2010) soll aber – neben Temporalität (Blondeau/Labeau 2016) – ein weiteres mehrdimensionales Definitionsmerkmal des Textmusters untersucht werden, das durch die kognitive Struktur des Faches selbst motiviert wird: Wetterberichte vergleichen ja prinzipiell aufeinander folgende ‚Zustände’, was einen sehr detaillierten Ausdruck von Aspekt und Aktionsarten begünstigt.

Auf Grund zweier, mit WebBootCat automatisch erstellter vergleichbarer Korpora (ca. 120.000 Tokens fürs Deutsche, ca. 188.000 Tokens fürs Französische) wird nach Spillner (1983) kontrastiv gezeigt, inwiefern der Ausdruck von Aspektualität mit drei fach- und textmusterspezifischen Größen zusammenhängt: (i) einem zugrundeliegenden Vergleich-Frame, wo Vorgangs- und Zustandsprädikate die Hauptrolle spielen, (ii) dem temporalen Bezug zwischen Gegenwart und Zukunft und (iii) der Ausdruck von Evidenzialität. Abschließend wird für eine fachbezogene konstruktionsgrammatische Darstellung dieser Phänomene plädiert.

 

Zitierte Literatur

 

Antieau, Lamont D. (2012). „Talk about the weather: comparative constructions in the Middle Rockies“, in : American Speech 87(4), 432-446.

Blondeau, Hélène/Labeau, Emmanuelle (2016). „La référence temporelle au futur dans les bulletins météo en France et au Québec : regard variationniste sur l’oral préparé“, in: The Canadian Journal of Linguistics / La revue canadienne de linguistique 61(3), 240-258.

Davidse, Kristin/Noppen, Anneke (2003). „FSP and the grammar of the weather in English“, in: Hladký, Josef (Hg.). Language and Function. To the memory of Jan Firbas. Amsterdam: John Benjamins, 71-88.

Eriksen, Pål/Kittilä, Seppo/ Kolehmainen, Leena (2010). „Linguistics of weather: crosslinguistic patterns of meteorological expressions“, in: Studies in Language 34(3), 565-601.

Gautier, Laurent/Haberkorn, Didier, Hgg. (2004/22011). Aspekt und Aktionsarten im heutigen Deutsch. Tübingen: Stauffenburg.

Gledhill, Christopher/Kübler, Natalie (2016). „What can linguistic approaches bring to English for Specific Purposes?“, in: ASp – La revue du GERAS, 69, 65-95.

Krycki, Piotr (2001). „Zur sprachlichen Gestaltung von Wetterberichten in Zeitungen unter besonderer Berücksichtigung der Mittel zum Ausdruck der Modalität des Geltungsgrades“, in: Sommerfeldt, Karl-Ernst/Schreiber, Herbert (Hgg.). Textsorten des Alltags und ihre typischen sprachlichen Mittel. Frankfurt am Main: Peter Lang, 35-46.

Krycki, Piotr (2006). „Lexikalische Besonderheiten der Wetterberichte“, in: Kotin, Michail L./ Krycki, Piotr/ Laskowski, Marek/ Zuchewicz, Tadeusz (Hgg.). Das Deutsche als Forschungsobjekt und als Studienfach: Synchronie, Diachronie, Sprachkontrast, Glottodidaktik. Frankfurt am Main: Peter Lang, 293-298.

Krycki, Piotr (2009). Die Textsorten Wettervorhersage im Kommunikationsbereich Wissenschaft und Wetterbericht im Kommunikationsbereich Massenmedien Eine textlinguistische, systemtheoretische und funktionalstilistische Textsortenbeschreibung. Diss. Universität Greifswald.

Mac, Agnieszka (2015). „Wie wird das Wetter morgen? Informationsvermittlung in deutschen und polnischen TV-Wetterberichten”, in: tekst i dyskurs – text und diskurs 8, 103-131.

Spillner, Bernd (1983). „Zur kontrastiven Analyse von Fachtexten – am Beispiel der Syntax von Wetterberichten“, in: LiLi. Zeitschrift für Literaturwissenschaft und Linguistik 51/52, 110-123.

Spillner, Bernd (1997). „Der Wetterbericht in Tageszeitungen”, in: Fachsprache 19 (1-2), 2-8.

 

ppt online Les descripteurs sensoriels à l’épreuve de l’altérité : dimensions linguistiques et culturelles à partir de l’exemple minéral/mineralisch

le ppt de ma communication au colloque #vin et #altérité est en ligne ici :
 
Les #descripteurs #sensoriels à l’épreuve de l’ #altérité : dimensions #linguistiques et #culturelles à partir de l’exemple #minéral #mineralisch
 
#terminologie #vin #français #allemand #corpus #discours #sémantique
 
Résumé :

[Problématique]

Poser la question de l’altérité, et donc du rapport à l’autre (autre vin, autre culture viti-vinicole, autre consommateur), dans le domaine du vin, qui plus est avec un focus sur la région Grand-Est et ses frontières, invite à s’interroger – pour l’axe linguistique de l’appel à communication – sur l’épineux problème de la portée des descripteurs sensoriels qui sont non seulement la porte d’entrée la plus commune dans le monde du vin, mais aussi ce à quoi on réduit souvent toute d’approche du discours sur le vin. Que ce soit à travers l’utilisation de l’anglais lingua franca du vin ou par l’abstraction globalisée que représente la fameuse roue des arômes, ces descripteurs – essentiellement parce qu’ils sont envisagés à tort sur un mode objectiviste – sont réputés passer sans dommage d’une langue à l’autre, comme dans un grand jeu d’étiquettes et en faisant fi de leur triple ancrage dans un « produit bio-culturel » (Bach 2017), dans la subjectivité d’un consommateur et dans une langue-culture donnée. A la suite de Gautier/Bach (2017) et Gautier/Bach (sous presse), la communication proposée prendra le contre-pied de cette position en montrant la relativité culturelle, linguistique et subjective de ces descripteurs, observable de la meilleure des façons dans la confrontation plurilingue contextualisée et, partant, interculturelle.

[Corpus]

La démonstration reposera sur une analyse encore inédite d’un corpus comparable – c’est-à-dire constitué de textes originaux non traduits – français-allemand autour de la paire de descripteurs minéral/minéralité – mineralisch/Mineralität, choisie d’une part au vu du trompeur parallélisme de forme qu’elle affiche et aussi compte tenu du rôle de descripteur-signal qui lui est aujourd’hui assigné allant de [+recommandable] à [+féminin] en passant par

[+terroir] (Gautier et al. 2015). Les textes retenus dans le corpus sont des notes de dégustation, rédigées pour partie par des experts, pour partie par des consommateurs, permettant d’aborder l’articulation entre un vin, une expérience de dégustation et un individu.

[Méthodologie]

Les analyses mettent en œuvre, à partir d’une exploration outillée du corpus, les catégories de la sémantique discursive cognitive et s’intéresse au(x) mode(s) de construction du sens du descripteur dans et par les contextes discursifs de référence. On s’intéressera ainsi tout particulièrement à la combinatoire des termes cibles (et ce qu’elle dit des modes de conceptualisation) et à l’escorte métalinguistique de ceux-ci en tant que révélateurs du positionnement du locuteur vis-à-vis de son discours.

 

Références citées :

Bach, Matthieu (2017). Prototypicité discursive dans les discours de vente de vins. Étude contrastive français-allemand en Bourgogne et Rhénanie-Palatinat. Mémoire de M2. Dijon : Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Gautier, Laurent et al. (2015). « La « minéralité » du vin : mots d’experts et de consommateurs », in : Gautier, Laurent / Lavric, Eva (Eds). Unité et diversité dans les discours sur le vin en Europe. Frankfurt/Main : Peter Lang, 149-168.

Gautier, Laurent / Bach, Matthieu (2017). « La terminologie du vin au prisme des corpus oraux de dégustation/présentation (français-allemand) : entre émotions, culture et sensorialité», in : Etudes de Linguistique Appliquée, 188, 477-501.

Gautier, Laurent / Bach, Matthieu (sous presse). « Les descripteurs sensoriels d’une langue a l’autre : enjeux cognitifs pour la traduction », in : Actes du 1er Congrès Mondial de Traductologie. Paris : Classiques Garnier, pagination en cours.

ppt en ligne La recherche SHS sur le vin : le point de vue de la sémantique pour la communication

Le ppt de ma communication au colloque :

TRADIŢIE ŞI CONTINUITATE. SUB SEMNUL LUI LIBER PATER (Perspective culturale, istorice şi literare) à Craiova

sur

La recherche SHS sur le vin :  le point de vue de la sémantique pour  la communication

est en ligne ici.

Résumé :

Cette communication propose un survol et des pistes de recherches pour une approche sémantique et communicationnelle des discours de la dégustation de vin. Elle part pour cela de plusieurs projets dans ce domaine réalisés à la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon. Elle comme par présenter l’écosystème de recherche et de la valorisation autour de la thématique « Vigne et Vin » sur le grand campus dijonnais avec un focus sur les SHS. Elle offre ensuite un tour d’horizon des ressources numériques constituées et de leurs enjeux pour la recherche sémantique en termes méthodologiques dans la mesure où toute recherche sur ces aspects ne peut que partir des données linguistiques authentiques compilées en corpus. Elle discute enfin quelques problématiques de recherche possibles à l’intersection entre sciences du langage et info-com avec un focus particulier sur la dimension sémantique.