Présentation : La sémantique sensorielle peut-elle être autre chose qu’une sémantique expérimentale ?

Présentation disponible en ligne :

 

https://www.academia.edu/34648475/La_s%C3%A9mantique_sensorielle_peut-elle_%C3%AAtre_autre_chose_qu_une_s%C3%A9mantique_exp%C3%A9rimentale_

[Objectifs et problématique] La question au centre de la proposition est celle de savoir quel(s) cadre(s) sémantique(s) théorique(s) est / sont le(s) mieux à même de rendre justice aux contraintes génériques qui pèsent sur les terminologies sensorielles – à commencer, ici, par la terminologie œnologique. Il s’agit en effet de tenir compte de deux aspects particuliers : d’une part la dimension expérientielle de ces termes (Dubois 2009) – où expérience doit être entendu au sens très concret de l’expérience de dégustation – et, d’autre part, la dimension éminemment subjective de ces expériences que la recherche d’une intersubjectivité partagée – comme sous-bassement définitoire – cherche à contourner ou, à tout le moins, à réduire autant que faire se peut (cf. les panels entraînés en analyse sensorielle, Dacremont 2009). La thèse défendue ici est que seule une sémantique que nous qualifions d’expérimentale – c’est-à-dire reposant sur des données non intuitives et non introspectives produites en situation contrôlée – peut permettre de relever ce défi.

[Corpus] La démonstration reposera sur un corpus de données précisément expérimentales produites dans le cadre d’un projet interdisciplinaire autour du descripteur minéral/minéralité (pour les vins blancs) qu’il s’agira de croiser et faire dialoguer (Gautier / Le Fur / Robillard 2015). Ce corpus comprend ainsi :

  • des réponses à des questions ouvertes posées à des consommateurs et des professionnels sans stimulus;
  • des descripteurs produits par un panel entraîné, donc avec stimulus ;
  • des entretiens semi-dirigés réalisés auprès des producteurs des vins testés par le panel mentionné ci-dessus et abordant, à un niveau général, leur « philosophie » de vigneron et à un niveau plus resserré, leur rapport à la minéralité.

[Méthodologie] Méthodologiquement, l’analyse recourt tout à la fois aux méthodes quantitatives de la linguistique de corpus et de la fouille de données pour aborder chacun des corpus individuellement et en interaction et aux méthodes qualitatives de la sémantique cognitive, en particulier les notions de prototypes, d’air de famille ou encore de blending. L’objectif est de montrer comment une démarche se voulant holistique permet de reconsidérer le travail définitoire et le statut et la forme même de la définition terminologique.

 

Références citées :

– Dacremont, Catherine, 2009. « Analyse descriptive : Comment le praticien de l’évaluation sensorielle construit-il une terminologie sensorielle ? » In : Beltran-Vidal, Danièle (Ed.). Les mots de la santé (2). Affaire(s) de goût(s), Lyon : Université Lumière-Lyon II, 163-174.

– Dubois, Danièle (Ed.), 2009. Le sentir et le dire. Concepts et méthodes en psychologie et linguistique cognitives, Paris : L’Harmattan.

– Gautier, Laurent / Le Fur, Yves / Robillard, Bertrand, 2015. « La ‘minéralité’ du vin : mots d’experts et de consommateurs » In : Gautier, Laurent / Lavric, Eva (Eds). Unité et diversité dans le discours sur le vin en Europe, Wien : Peter Lang.

 

 

Mots-clefs : terminologie, sensorialité, descripteur, sémantique, cognition

Publicités

Séminaire tournant de jurilinguistique – séance 1 – Lyon 2 – 29 septembre 2017

Programmation

A partir de 9h15 : accueil des participants  (Maison Internationale des Langues et des Cultures (MILC) – Amphithéâtre de la MILC – 35 rue Raulin 69007 Lyon)

9h45 – 10h00 : Ouverture de la journée

Jean Soubrier, Doyen de la Faculté de Langues de l’Université Lumière Lyon 2

Vincent Renner, Directeur du CRTT – Centre de Recherche en Terminologie et Traduction, EA656, Faculté de Langues, Université Lumière Lyon 2

10h00 – 10h30 : « Les normes concernant la rédaction des textes législatifs et les règles de la communication juridique dans la perspective traductologique » par Aleksandra Matulewska, Professeur de linguistique, Faculté de Langues Modernes, Université Adam Mickiewicz de Poznań & Paulina Nowak-Korcz, docteur en linguistique, Faculté de la Langue Anglaise, Université Adam Mickiewicz de Poznań

Pause

11h00 – 11h30 : « Termes d’audience et dignité de la personne âgée – la sémiotisation des décisions du Ministère Public » par Maria das Graças Soares Rodrigues, Professeur de linguistique, Département de Lettres de l’Universidade Federal do Rio Grande do Norte – UFRN

11h30 – 12h : « « Linguistique du droit » (Rechtslinguistik), « sémantique juridique » et « analyse du discours du discours institutionnel » : positions, méthodes et enjeux » par Laurent Gautier, Professeur des universités en linguistique allemande et appliquée, Centre Interlangues Texte Image Langage EA4182, Université Bourgogne – Franche Comté

12h – 12h30 « La pertinence d’une approche « formulaire » du discours juridique européen : instabilité sémantique, conceptuelle et normative » par Arthur Joyeux, docteur en linguistique, ELLIADD EA4661, Université Bourgogne – Franche Comté

Pause déjeuner

14h30 – 15h00 : « Le langage clair : pratiques communicationnelles entre norme et corruption de la norme » par Corina Veleanu, Maître de conférences en anglais, CRTT- Centre de Recherche en Terminologie et Traduction, EA656, Faculté de Langues, Université Lumière Lyon 2 et Olivia Martina Dalla Torre, doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication, UMR CNRS LISA 6240, Université de Corse Pasquale Paoli

15h : Discussion. Programmation de la suite du séminaire.

Journée Mondiale de la Traduction 2017

Journée Mondiale de la Traduction 2017 :
« Traduction et diversité »

Maison des Sciences de l’Homme de Dijon
vendredi 6 octobre, 8h45-18h

L’équipe du Master Traduction multimédia (T2M) de l’Université de Bourgogne et la délégation régionale Champagne-Ardennes Bourgogne Franche-Comté de la Société Française des Traducteurs sont heureuses de vous convier, vendredi 6 octobre à la MSH-Dijon, à une journée de conférences, d’ateliers et d’échanges à la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon.

Il s’agit de la deuxième collaboration entre la délégation régionale CAFBC et l’équipe du Master T2M dans le cadre de la Journée Mondiale de la Traduction. En octobre 2016, la journée de tables rondes « Formation – Recherche – Vie professionnelle » organisée à la salle Multiplex a attiré plus de 80 personnes intéressées par le monde de la traduction. Dans le cadre de sa politique de décentralisation, et à l’occasion de ses 70 ans, la SFT a choisi de mettre en lumière l’événement dijonnais de 2017 au niveau national.

La journée est ouverte – sur inscription gratuite, mais obligatoire – aux étudiants et aux personnels de l’UB, aux membres de la SFT, aux traducteurs en formation et en activité, et à tout public intéressé. La matinée sera dédiée aux conférences, avec notamment Björn Bratteby (Président de la SFT), François Yvon (CNRS/Université de Paris Sud), et Jorge Diaz-Cintas (University College London) ; l’après-midi aux ateliers pratiques et interactifs sur des thèmes liés aux métiers de la traduction. Plusieurs partenaires institutionnels seront représentés, et les participants profiteront aussi de moments et d’espaces conviviaux pour discuter et renforcer leur réseau.

Le programme complet sera disponible courant septembre.

Contact organisateurs : journeetraductiondijon@gmail.com

Pour connaître les activités de la SFT, voir www.sft.fr

Pour connaître le Master T2M, voir http://blog.u-bourgogne.fr/mastert2m/

Les inscriptions sont ouvertes en ligne : https://www.eventbrite.co.uk/e/journee-mondiale-de-la-traduction-2017-dijon-tickets-37685046990.