Workshop Aspekte der Verbkomplementierung im Deutschen

Option linguistique de l’agrégation (sessions 2019 – 2020)

Journée d’études

Samedi 6 avril 2019, 9 h – 17 h

 

Maison de la Recherche

28, rue Serpente – 75006 Paris (métro Odéon ou Saint-Michel)

Salle D 421

Neuestes von der Verbszene:

Aspekte der Verbkomplementierung im Deutschen

 

Organisation :

Martine Dalmas (Sorbonne-Université) et Laurent Gautier (Université de Bourgogne)

 

Interventions

  • Martine Dalmas (Sorbonne Université) – Es wächst (immer wieder) zusammen, was zusammengehört: Inkorporation bei Partizipien
  • Ludwig Eichinger (Mannheim) – Nutzen und Grenzen des Komplementbegriffs. Gute Argumente verstehen sich von selbst. Komplemente, Muster, Konstruktionen
  • Stefan Engelberg (Mannheim) – Kontra Valenz? Ein Handbuch zu Argumentstrukturmustern im Deutschen
  • Pierre-Yves Modicom (Bordeaux-Montaigne) – Verdächtige Subjekte im Deutschen als Testbeispiele für Kasus- und Valenztheorie

Thematischer Block“: Valenz – Frames – Konstruktionen

  • Ad Foolen (Nimègue) – Benefaktiv aus der Perspektive der Valenztheorie und Konstruktionsgrammatik
  • Laurent Gautier (Dijon) – Von (pragma-)semantischer Valenz zu Frames in der Beschreibung der Argumentstruktur (von Transferverben)
  • Alexander Lasch (Dresden) – Annotation von Konstruktionen in der gebrauchsbasierten Konstruktionsgrammatik

Un programme précis (organisation horaire) sera transmis dans un second temps.

Merci de confirmer votre présence (étudiant.e.s et préparateur.trice.s) par mail à martine.dalmas@sorbonne-universite.fr et laurent.gautier@ubfc.fr avant le 27 mars afin que nous puissions transmettre la liste des présent.e.s à l’accueil de la Maison de la Recherche.

Publicités

Séminaire tournant de jurilinguistique interlangue

« Les normes et leurs formules »

Séminaire tournant de jurilinguistique interlangue

Journée n°4 : Discours du/sur le droit : principes et méthodes d’une analyse du discours

18 mars 2019, Université Paris Diderot Paris 7

13h00-18h00

Salle 720, Bâtiment Olympe de Gouges

Co-organisateurs : Laurent Gautier, Université de Bourgogne, Arthur Joyeux,  Université Lyon 2, Julien Longhi, Université de Cergy-Pontoise, Stéphane Patin, Université Paris Diderot

 

******

Le séminaire tournant de jurilinguistique interlangue, initié par le Centre Interlangues TIL de l’Université Bourgogne – Franche-Comté, le Centre de recherche en Terminologie et Traduction de l’Université Lumière Lyon 2 et l’équipe AGORA de l’Université de Cergy-Pontoise, a pour objectif de constituer un réseau de recherche pérenne, regroupant juristes, terminologues, analystes des discours juridiques et traducteurs autour de « la mise en formule du droit ».

Trois journées ont déjà retenu pour thème : « La mise en formule du droit » (septembre 2017), « le droit à l’heure de sa « simplification » : enjeux jurilinguistiques et discursifs » (mars 2018) et enfin « Ecrire, dire et interpréter le droit en contexte européen : les apports d’une sémantique juridique » (décembre 2018).

Les communicants des trois premières journées se sont penchés sur les implications terminologiques et discursives d’un phénomène observé par les juristes, celui de la généralisation du « flou du droit » (Delmas-Marty, 1986), c’est-à-dire du recours croissant dans la rédaction de la norme, à des vocables ambigus, dépourvus de définition, dont la pertinence juridique interroge et dont l’emploi pose problème au législateur, au juge et au justiciable. Ils ont notamment interrogé le caractère « flou, abstrait, naturalisant » du « renouvellement lexical » (Cussó et Gobin 2008 : 7) communautaire et de sa transposition. Ce phénomène tend à rendre caduques les approches classiques du matériau langagier juridique, centrées sur la terminologie et les faits de syntaxe et remettre en question la notion de « langue de spécialité ».

La quatrième demi-journée du séminaire sera consacrée au renouvellement des approches théoriques au fondement d’une analyse du discours du droit et sur le droit, dans le cadre actuel des mutations institutionnelles que sont la construction d’ordres juridiques intra/supra nationaux.

Intervenants :

Zélie Guével (Université Laval, Département de langues, linguistique et traduction) :  « La jurilinguistique canadienne : contexte et réalisations »

Mary Lavissière (Ecole de Management de Normandie) : « La forme en -re : « biomarqueur » du niveau de spécialisation du discours juridique espagnol »

Sylvie Monjean Decaudin (Sorbonne Université) : « Les discours du droit supranational : approche juritraductologique »

Simon Taylor (Université Paris Diderot) : Étude diachronique du discours législatif anglais sur les obligations du vendeur. Vers un style plus lisible?

 

Table ronde

aap Terminologies et discours gastronomiques et œnologiques – Le vin et les autres produits – Innsbruck sept. 2019

Terminologies et discours gastronomiques et œnologiques – Le vin et les autres produits

Colloque interdisciplinaire – Université d’Innsbruck

19-20 septembre 2019 – Appel à communications

En continuation des colloques de Dijon (2016), de Reims (2017) et de Tours (2018), nous préparons une nouvelle édition du de la série des journées d’études sur les terminologies gastronomiques et œnologiques, cette-fois-ci dans la cité alpine – trois fois olympique – d’Innsbruck, au Tyrol.

La faculté de philologie de l’Université d’Innsbruck doit son affinité avec le sujet gastro-œnologique au groupe de recherche « Kulturen und Kulinaria » et au projet européen « VinoLingua » (2010-2014).

Nous voulons conserver le caractère interdisciplinaire et francophone du colloque, tout en élargissant les sujets proposés à des perspectives qui étaient déjà apparues largement dans les éditions antérieures, sans pourtant se refléter dans le titre :

  • Nous nous intéressons, comme dans les colloques antérieurs, aux terminologies œnologiques et gastronomiques, avec toutes les perspectives d’interculturalité, de discours experts/profanes, de contextualisation et de numérisation que cela comporte – et avec, en particulier, le problème de la description et/versus dénomination des sensations organoleptiques ;
  • A ceci doivent s’ajouter, cependant, les discours (plus ou moins) spécialisés qui entourent ces terminologies et les produits et pratiques correspondants : genres textuels et médiatiques, reflets littéraires, aspects socio-économiques, etc. – ce qui permettra d’inclure tant l’aspect vente, l’imaginaire, la figuration, le storytelling que les situations interactives et didactiques les plus diverses ;
  • Pour donner un accent spécial à ce colloque, nous attirons l’attention sur les produits au­tres que le vin : le fromage, le pain, le chocolat, l’huile d’olive, etc., et les boissons comme le café, le thé, le cognac, la bière, l’eau minérale, le cidre et bien d’autres encore, qui font l’objet de pra­tiques de dégustation et de commercialisation comparables à celles qui entourent le vin, et dont l’étude linguistique et sémiotique ne fait que commencer.

Notre appel à communications s’adresse aux spécialistes des disciplines les plus diverses : linguistique, traductologie, littérature, sémiotique, études culturelles et médiatiques, didactique des langues de spécialité, mais aussi aux professionnels des filières vitivinicole, gastronomique et agro-alimentaire, afin de permettre des échanges fructueux entre praticiens et chercheurs.

Nous voudrions insister également sur la dimension européenne voire internationale de ces thématiques et invitons les chercheurs et praticiens francophones d’Allemagne, d’Italie et d’autres pays européens à partager leurs expériences et leurs recherches avec les collègues français et autrichiens.

La langue du colloque est le français. Les résumés de communications (300 mots, 5 mots-clés, adresse professionnelle) sont à adresser, d’ici le 11 mars 2019, à eva.lavric@uibk.ac.at.

Site web : https://www.uibk.ac.at/congress/gastro2019/

Droits d’inscription :

Tarif plein : 120 euros (virement bancaire avant le 31 juillet 2019)

Tarif réduit : 60 euros (doctorant(e)s, étudiant(e)s)

Virement bancaire au compte suivant:

Titulaire du compte: Universität Innsbruck
Banque: HYPO Tirol Bank
IBAN: AT47 5700 0210 1113 0470
BIC: HYPTAT22
Référence: S.v.p. indiquer « DB-Nr. 297.372 » et le NOM et PRÉNOM du participant

 

Comité d’organisation :

Univ.-Prof. Mag. Dr. Eva Lavric, eva.lavric@uibk.ac.at

Ao. Univ.-Prof. MMag. Dr. Cornelia Feyrer, cornelia.feyrer@uibk.ac.at

Ass.-Prof. Mag. Dr. Carmen Konzett-Firth, carmen.konzett@uibk.ac.at

 

Conseil scientifique :

Univ.-Prof. DDr. h.c.mult. Maria Iliescu, maria.iliescu@uibk.ac.at

 

Calendrier :

Lancement de l’appel : fin janvier 2019

Date limite de retour des propositions : le 11 mars 2019

Notification aux auteurs : le 31 mars 2019

Inscription : 1er avril 2019 – 30 avril 2019

ppt en ligne: Proximité/distance comme catégories d’analyse pour la communication médiée par ordinateur : l’exemple de Twitter en allemand

Mon intervention du 1.2.2019 au séminaire de linguistique allemande de Martine Dalmas (Sorbonne-Université) sur

Proximité/distance comme catégories d’analyse pour la communication médiée par ordinateur : l’exemple de Twitter en allemand

est en ligne ici.

Résumé :

Les nouvelles technologies de communication (Schmitz 2004) – des sms d’antan aux messages snapchat d’aujourd’hui en passant par les réseaux sociaux devenus plus traditionnels comme Facebook – ont changé le rapport du locuteur/scripteur à la face matérielle de l’échange linguistique (Dürscheid/Frick 2016) ainsi que le résume, pour l’allemand, le titre de Lobin (2018), digital und vernetzt – das neue Bild der Sprache.

A la suite des nombreux travaux portant sur l’écriture sms (par exemple Reinkemeyer 2013) ou encore du projet Whats’up Switzerland (Dürscheid 2018a, 2018b), la plateforme de microblogging Twitter attire de plus en plus l’attention des linguistes en tant que forme de Communication Médiée par Ordinateur (CMO, Herring/Stein/Virtanen 2013, Siever/Schlobinski 2012, 2013, Androutsopoulos/Busch sous presse), en particulier à travers l’impact des opérateurs discursivo-techniques mis à disposition du scripteur pour organiser son message : #, @, RT, http (Timm sous presse, Gautier/Michel en préparation). Si la critique du langage naïve – c’est-à-dire non linguistiquement fondée – se fait souvent entendre pour dénoncer le caractère prétendument fautif de ce mode d’écriture, voire agite la peur d’une dérive de la scripturalité, l’objectif de l’exposé sera de montrer qu’une approche en termes d’écrit/oral ne peut rendre compte de, ni justice à ce type de communication. A la place, on plaidera pour une analyse à partir du paradigme de proximité/distance pour aborder trois aspects de ce type de communication à partir d’un corpus de tweets politiques compilé à la MSH de Dijon dans le cadre d’un projet franco-allemand : (i) l’éclatement de la narration et ses conséquences sur (ii) la construction de la cohérence et (iii) la linéarisation de l’énoncé.

 

Androutsopoulos, Jannis/Busch, Florian, Hgg. (sous presse). Register des digitalen Schreibens: Variation, Praktiken, Reflexion. Berlin.

Dürscheid, Christa/Frick, Karina (2016). Schreiben Digital. Wie das Internet unsere Alltagskommunikation verändert. Stuttgart.

Gautier, Laurent/Michel, Sascha, Hgg. (en préparation). Linguistik des Hashtags. Tübingen.

Herring, Susan/Stein, Dieter/Virtanen, Tuija, Hgg. (2013). Pragmatics of Computer-Mediated Communication. Berlin.

Lobin, Henning (2018). Digital und vernetzt. Das neue Bild der Sprache. Stuttgart.

Reinkemeyer, Anja (2013). Die Formenvielfalt des langage SMS im Wechselspiel zwischen Effizienz, Expertise und Expressivität. Tübingen.

Schmitz, Ulrich (2004). Sprache in modernen Medien. Eine Einführung in Tatsachen und Theorien, Themen und Thesen. Berlin.

Siever, Torsten/Schlobinski, Peter, Hgg. (2012). Entwicklungen im Web 2.0: Ergebnisse des III. Workshops zur linguistischen Internetforschung. Frankfurt/Main.

Siever, Torsten/Schlobinski, Peter, Hgg. (2013). Microblogs global: Eine internationale Studie zu Twitter & Co. aus der Perspektive von zehn Sprachen und elf Ländern. Frankfurt/Main.

Timm, Caja (sous presse). „Diskurspraktiken in algorithmisierten Welten – Zur Entwicklung einer Mediengrammatik digitaler Plattformen.” In: Androutsopoulos/Busch, 77-95.

ppt en ligne : Ecrire, dire et interpréter le droit en contexte européen : les apports d’une « sémantique juridique »

Le #séminaire tournant de #jurilinguistique a entamé sa deuxième année d’existence avec une première séance dans le cadre du R2DIP à Université de Cergy-Pontoise.
 
Thème générique : De l’expertise d’intervention à l’expertise « citoyenne » : faire comprendre le droit ?
 
Ici, ppt de notre communication avec Arthur Joyeux sur :
 
Ecrire, dire et interpréter le #droit en contexte européen : les apports d’une « #sémantique #juridique »
 

ppt en ligne : La terminologie du cacao dans un pays producteur (Equateur) et sa diffusion : une terminologie de filière ou commerciale ?

La communication de la #teamsensodijon sur les #descripteurs du #cacao lors de la journée d’études #Toth2018 à Kedge (Marseille) est en ligne ici.

La #terminologie du #cacao dans un pays #producteur (Equateur) et sa diffusion : une terminologie de #filière ou #commerciale ?

Résumé :

[Contexte]

Si la gastronomie, au sens large, a de tout temps constitué un objet culturel important dans la plupart des sociétés, elle connaît depuis au moins deux décennies un regain d’intérêt sans précédent se donnant à lire à au moins trois niveaux :

  • en termes d’institutionnalisation avec l’inscription au patrimoine immatériel de l’UNESCO de plusieurs de ses réalisations à l’instar de l’art du pizzaiolo napolitain en 2017, la culture de la bière en Belgique en 2016 ou encore le repas gastronomique des Français en 2011 ;
  • en termes scientifiques à travers la reconnaissance de celle-ci comme objet de recherche interdisciplinaire, tant fondamentale qu’appliquée, comme en témoignent la création récente, en France, du Réseau « Alimentation Gastronomie : Analyses et Perspectives (AGAP) » pour fédérer les équipes de SHS travaillant sur ces sujets ou encore des séries de conférences comme Food and Culture in Translation (FaCT, Catania 2014, 2016), Terminologies professionnelles de l’œnologie et de la gastronomie (Dijon 2016, Reims 2017, Tours 2018, Innsbruck 2019) ou encore Discours de dégustation croisés(Dijon 2018, Angers 2019) ;
  • en termes médiatiques, enfin, à la fois avec la multiplication des publications dites grand public spécialisées dans la gastronomie, la restauration, l’œnologie, mais aussi le succès des émissions de télé-réalité mettant en scène les lieux, gestes et procédés techniques associés (Stengel 2017) ou encore le nouveau rôle de « prescripteurs » des consommateurs, rendu possible par les potentialités des nouveaux médias pour témoigner d’une « expérience » gastronomique (#instafood sur Instagram, avis Tripadvisor, etc.) (Bach 2018).

Ces avancées partagent en commun, parce que l’objet constitue un champ spécialisé au sens désormais bien connu de Petit (2010), de non seulement recourir aux terminologies des domaines mobilisés, mais aussi et surtout, pour le linguiste, d’en révéler les zones d’ombre, parfois les incohérences, les incompréhensions, et de révéler au grand jour à la fois l’ancrage culturel du terme – au sens d’une langue-culture données – qu’un paradigme cognitif comme la Cultural Linguistics de Sharifian (2017a, 2017b) vise à modéliser – et les modes de vie plus ou moins contrôlés des termes afférents quand, pour reprendre les mots de l’appel à communication, ils « vivent hors de leurs sphères d’activités habituelles ». Parmi les différents produits étudiés, c’est sans conteste le vin qui a donné lieu à la production la plus abondante en matière de recherche terminologique qui, avec plus ou moins de scientificité, alimente les bonnes feuilles des grands quotidiens ou les conversations entre amateurs, éclairés ou non, quand il s’agit de mettre en avant sa part « ésotérique » (Lehrer 1975, 2009).

 

[Problématique]

Dans ce contexte global, la présente proposition de communication prendra pour objet un produit nettement moins visité par les terminologues, le cacao, et en décentrant le regard puisqu’il s’agira d’en aborder la terminologie in vivo, dans un des plus importants pays producteurs, l’Equateur, et en tenant compte de la situation diglossique particulière de la filière de production dans ce pays entre l’espagnol d’un côté et les langues natives comme le cha’palaa (famille barbacoanne), langue vernaculaire de la communauté chachi spécialisée dans les productions agricoles (cacao, coco, bananes), et le kichwa (famille Quechua IIB), langue vernaculaire de différentes communautés amazoniennes de l’autre. La problématique, qui s’inscrit à l’intersection entre la question de la « richesse de l’oral » et des « communautés » (cf. axes de l’appel à communication), visera donc à présenter une méthodologie qui cherche à mettre en relief les éléments représentatifs nécessaires pour discuter les tensions possibles entre une terminologie de filière, devant tendre vers la stabilisation et l’aménagement, et une terminologie commerciale/marketing diffusée, dans le cas particulier du cacao en Amérique Latine, par les aficionados dont on questionnera le positionnement par rapport à catégorie traditionnellement mobilisée en France de « prescripteurs ».

 

[Corpus]

La communication reposera sur l’exploitation de corpus originaux et inédits représentatifs des divers niveaux de discours isolables dans la filière, c’est-à-dire un corpus croisant, à terme, quatre types de données dans le sillage des travaux menés sur le vin par l’équipe dijonnaise (Gautier/Le Fur/Robillard 2015, Mancebo-Humbert/Le Fur/Gautier 2018a, 2018b, Mancebo-Humbert/Gautier/Alves sous presse, Gautier/Bach 2017, Gautier 2018) :

  1. un corpus de « discours ambiant » et marketing pour identifier les descripteurs spécifiques au discours sensoriel utilisé en espagnol pour décrire le chocolat en contexte équatorien ;
  2. un corpus de transcriptions d’entrevues avec les professionnels de la production du chocolat permettant d’interroger leur mode de mise en discours les descripteurs précédemment identifiés mais aussi de remonter aux descripteurs premiers dans les deux langues natives mentionnées ;
  3. un corpus mixte de ‘dégustation’ : questionnaires sans stimulus visant à identifier la valeur sémantique des descripteurs à partir d’un processus progressif d’abstraction progressive (Dubois 1995) et transcriptions issues de la dégustation d’un chocolat choisi pour être représentatif de chaque descripteur.

 

[Méthodologie et discussion]

La communication aura comme principal objectif de discuter la méthodologie appliquée pour l’analyse terminologique qui permettra d’alimenter l’étude des possibles tensions entre une terminologie de filière et une terminologie commerciale/marketing diffusée. Méthodologiquement, nos propositions reposeront sur l’analyse outillée exploratoire de quatre jeux de données s’inscrivant dans les catégories sus-mentionnés :

  • Le corpus de « discours ambiant » à partir des publications réalisées par les professionnels de la filières qui est une étape importante pour l’identification des différents descripteurs attestés. Pour ce faire une liste de sites Internet équatoriens reconnus comme représentatifs de l’expertise équatorienne sur le sujet a été sélectionnée. Le discours relatif au cacao disponible dans ces sites a été compilé dans un corpus au format texte[a], cette première source ayant été complétée par les interventions dans la presse écrite des professionnels de la filière. Cette première étape permettra l’identification des descripteurs spécifiques au discours sensoriel utilisés pour décrire le chocolat par les experts équatoriens de la filière.
  • Pour l’exploitation terminologique de transcriptions d’entretiens avec les producteurs de cacao, deux régions de production en Équateur ont été sélectionnées pour leurs différences ethniques, mais aussi culturelles. D’un côté, deux communautés de producteurs de cacao et d’artisans du chocolat traditionnels situées dans la province d’Esmeraldas. Le groupe, originaire de la communauté Chachi de San Salvador de Muisne, a répondu à une entrevue semi-dirigée visant à capturer un discours oral authentique des producteurs de cacao sur les caractéristiques de leur produit. Ces interventions orales ont été enregistrées en premier lieu en cha’palaa puis en espagnol pour aboutir à un corpus transcréé (Pedersen, 2014 ; Benetello, 2018). Le même protocole de collecte de données a été appliqué aux communautés de Arajuno de la province de Pastaza obtenant ainsi un corpus comparable en kichwa et en espagnol. Les termes sensoriels descriptifs spécifiques utilisés par les locuteurs bilingues ont été collectés et extraits manuellement afin d’être soumis à l’analyse textométrique[b]. D’un point de vu épistémologique, cette étape permet la collecte d’information dans le respect des caractéristiques des langues-cultures traditionnellement orales tout en permettant d’obtenir la production langagière plus authentique d’experts de la filière souvent étrangers aux stratégies de communication commerciales.

Actuellement, l’étude réalisée sur cette base se trouve être suffisamment avancée pour discuter la constitution et l’exploitation des deux premiers corpus ci-dessus (quatre jeux de données), contrairement au corpus mixte de dégustation qui dépend des résultats de l’analyse des deux corpus précédents. En effet, dans le processus méthodologique, ce corpus ne peut être compilé sans avoir, au préalable, identifié les descripteurs dont la valeur sémantique sera analysée auprès d’un public d’aficionados dont le discours représente celui d’un public de consommateur potentiel. Cette étape suivra le processus progressif d’abstraction de Dubois (1995) pour ainsi mettre en parallèle une production langagière faite à partir d’une activité cognitive avec une production langagière faite partir d’une expérience sensorielle.

Les résultats obtenus à chaque étape de ce processus permettront de mettre en évidence les stratégies de mises en discours des termes utilisées par les différents locuteurs. De manière ciblée, l’analyse abordera ainsi le rôle des marqueurs linguistiques et métalinguistiques servant d’escorte aux termes, le rôle de l’analogie et de la comparaison dans la construction des prototypes, les empreintes discursives de la subjectivité (intensité, graduation), ou encore, l’articulation entre les dimensions hédoniques et techniques du lexique considéré. On illustrera ainsi les apports portentiels d’une méthodologie outillée pour l’analyse de documents authentiques. L’analyse textométrique permet en effet une interprétation qualitative de données exploitées en mode quantitatif et dont la représentativité est garantie par l’authenticité d’un corpus de textes « situés » (Condamines / Nancy-Combes 2015).

 

Références citées :

 

Bach, M. (2018). Starts-up du vin entre vrais apports et faux semblants. Paris : L’Harmattan

Benetello, C. (2018). When translation is not enough: Transcreation as a convention-defying practice. A practitioner’s perspective, The Journal of Specialised Translation, 29, 28-44.

Condamines, A., Narcy-Combes J.-P. (2015). « La linguistique appliquée comme science située », Cultures de recherche en linguistique appliquée, Francis Carton et al. (éd.). Paris, Riveneuve éditions, 209-229.

Dubois, D.(1995). Catégories sémantiques « naturelles » et recherches cognitives : enjeux pluridisciplinaires, ARBA 3 Linguistique et modèles cognitifs, G. Ludi et C-A Zuber (éds), 77-104.

Gautier, L. (2018). La sémantique des termes de dégustation peut-elle être autre chose qu’une sémantique expérientielle et expérimentale ?, Du Sens à l’Expérience : Gastronomie et Œnologie au prisme de leurs terminologies, Benoît Verdier et Anne Pariozt (éd.), Reims : EPURE, 321-336.

Gautier, L., Bach, M. (2017). La terminologie du vin au prisme des corpus oraux de dégustation/présentation (français-allemand) : entre émotions, culture et sensorialité, Etudes de linguistique appliquée, 188, 477-501.

Gautier, L., Le Fur Y., Robillard, B. (2015), La « minéralité  » du vin : mots d’experts et de consommateurs, Unité Et Diversité Dans Le Discours Sur Le Vin En Europe, Laurent Gautier et Eva Lavric (éd.), Frankfurt/Main : Peter Lang, 149-168.

Lehrer, A. (1975). Talking about wine, Language, 51(4), p 901-923.

Lehrer, A. (20092). Wine and Conversation. Oxford : OUP.

Mancebo-Humbert, M., Le Fur, Y., Gautier, L. (2018a). La construction du discours de dégustation de Crémant de Bourgogne de 1995 à aujourd’hui, Bourgogne(s) viticole(s) : Enjeux et perspectives historiques d’un terroir, Serge Wolikow et Olivier Jaquect (éd.), Dijon : Éditions Universitaires de Dijon, 237-252.

Mancebo-Humbert, M., Le Fur, Y., Gautier, L. (2018b), Les choix lexicaux dans le discours des consommateurs pour parler du Crémant de Bourgogne : quel degré de terminologisation ?, Les terminologies professionnelles de l’œnologie, Laurent Gautier et Anne Parizot (éd.), Londres : Iste, pagination en cours.

Mancebo-Humbert, M. Alves, I.-M., Gautier, L. (sous presse), De la terminologie spontanée à une terminologie aménagée et vice-versa : parler des vins espumantes au Brésil, Actes des XIVè journées Realiter 2018.

Pedersen, D. (2014). Exploring the concept of transcreation–transcreation as ‘more than translation’. Cultus: The Journal of intercultural mediation and communication, 7, 57-71.

Petit, M. (2010). Le discours spécialisé et le spécialisé du discours: repères pour l’analyse du discours en anglais de spécialité. E-rea. Revue électronique d’études sur le monde anglophone, (8.1).

Sharifian, F. (2017a). Cultural Linguistics: Cultural conceptualisations and language. Amsterdam/Philadelphia: Benjamins.

Sharifian, F., éd. (2017b). Advances in Cultural Linguistics. New York/London/Singapour: Springer.

Stengel, K., éd. (2017). Les gestes culinaires. Mise en scène de savoir-faire. Paris : L’Harmattan.

 

[a] Format txt (UTF-8).

[b] L’analyse textométrique est réalisée avec le logiciel TXM : http://textometrie.ens-lyon.fr/?lang=fr .

nouveau ppt en ligne : Produire expérimentalement des corpus spécialisés pour l’analyse sémantique : méthodes et enjeux

La présentation de ma communication avec Mariele Mancebo-Humbert sur « Produire expérimentalement des corpus spécialisés pour l’analyse sémantique : méthodes et enjeux » aux journées d’études « Corpus sur Objectifs Spécifiques » à l’Université Lyon 3 est en ligne ici.

Mots clefs : discours spécialisés, corpus expérimentaux, enquêtes, descripteurs sensoriels, terminologie

[Contexte] La présente proposition vise, à la suite de De Mönnink (1999) et Gilquin / Gries (2009), à interroger et discuter le rôle de corpus produits expérimentalement et de façon ad hoc pour l’analyse du lexique spécialisé – que les unités considérées soient officiellement reconnues comme termes ou non. Elle s’inscrit dans le paradigme d’une recherche située (Condamines / Narcy-Combes 2015) et intrinsèquement interdisciplinaire (Gautier 2014). Si les corpus spécialisés écrits, et dans une moindre mesure oraux, sont devenus monnaie courante, qu’ils soient intégrés aux corpus de référence ou produits pour des besoins spécifiques (Loock 2016), les corpus expérimentaux, qui se rapprochent des enquêtes de la linguistique de terrain (Blanchet 2012), sont moins souvent convoqués – à l’exception notable de projets de recherche, comme ceux dont il est question ici, ayant pour objet les lexiques et les discours expérientiels (Dubois 2009).

[Problématique] Dans ce cadre, la communication discutera les enjeux, pour le linguiste, liés à la production de telles ressources, ainsi que les problèmes afférents en termes de méthodologie. A partir du cas particulier du lexique de dégustation de vins effervescents (Mancebo-Humbert et al. 2018), à la suite de Normand (2002) sur le champagne, on s’interrogera ainsi sur les critères présidant au corpus design : présence ou non d’un stimulus, mode de formulation des questions au vu des résultats escomptés (Delepaut 2009), prise en compte des profils de répondants, etc.

[Données et discussion] Cette problématique générale sera illustrée à partir de deux jeux de données en français (production de paroles par des panels professionnels et consommateurs lors de dégustation de Crémant de Bourgogne et réponse à un questionnaire en ligne sans stimulus sur ce produit) et un jeu de données en portugais brésilien (questionnaire en ligne sans stimulus sur les vins espumantes). On discutera ainsi, tout spécialement, la façon dont les critères généralement admis en linguistique de corpus doivent être ici repensés, voire re-calibrés : approche quantitative vs qualitative, fréquence minimale, représentativité des résultats, place des hapax, etc. Une attention particulière sera accordée à l’apport de ces corpus pour le traitement sémantico-cognitif du lexique de spécialité correspondant (ten Hacken 2015).

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

BLANCHET, Philippe (2012). La linguistique de terrain, méthode et théorie : une approche ethnosociolinguistique de la complexité. 2e ed. Collection Didact linguistique. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

CONDAMINES, Anne / NARCY-COMBES, Jean-Paul (2015). La linguistique appliquée comme science située. Francis Carton et al. (dir.). In : Cultures de recherche en linguistique appliquée. Paris : Riveneuve éditions, pp. 209-229.

DE MÖNNINK, Inge (1999). Combining Corpus and Experimental Data. In : International Journal of Corpus Linguistics, n°4/1, pp. 77-111.

DELEPAUT, Gaëlle (2009). Questionner : comment et pourquoi ? Le choc des questions, le poids des mots ! In : Le sentir et le dire : concepts et méthodologies en linguistique et psychologie cognitive. DUBOIS, Danièle (dir.). Paris : L’Harmattan.

DUBOIS, Danièle (2009). Le Sentir et le dire : définir l’objet et construire la démarche. In : Le sentir et le dire : concepts et méthodologies en linguistique et psychologie cognitive. DUBOIS, Danièle (dir.). Paris : L’Harmattan.

GAUTIER, Laurent (2014). Des langues de spécialité à la communication spécialisée : un nouveau paradigme de recherche à l’intersection entre sciences du langage, info-com et sciences cognitives ? In : Etudes Interdisciplinaires en Sciences humaines, vol. 1, pp. 225-245.

GILQUIN, Gaëtanelle / GRIES, Stefan Th. (2009). Corpora and experimental methods: a state of the art review. In : Corpus Linguistics and Linguistic Theory, vol. 5, n° 1. pp. 1-26.

LOOCK, Rudi (2016). La traductologie de corpus. Villeneuve d’Ascq : Presses du Septentrion.

MANCEBO-HUMBERT, Mariele / LE FUR, Yves / GAUTIER, Laurent (2018). La construction du discours de dégustation de Crémant de Bourgogne de 1995 à aujourd’hui. In : Bourgogne(s) viticole(s) : Enjeux et perspectives historiques d’un terroir. WOLIKOW, Serge et JAQUECT, Olivier (dir.). Dijon : Éditions Universitaires de Dijon, p. 237-252.

NORMAND, Sylvie (2002). Les mots de la dégustation du champagne : analyse sémantique d’un discours professionnel. Paris : CNRS.

TEN HACKEN, Pius (2015). Terms and specialized vocabulary : taming the prototypes. In : Handbook of terminology. KOCKAERT, Hendrik J. et STEURS, Frieda (dir.), vol. 1, pp. 3-14. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins Publishing Company.

nouveau ppt en ligne : Les corpus oraux professionnels : conditions de production et d’exploitation pour une recherche située en langues-cultures de spécialité

Ma communication avec Matthieu Bach aux journées d’études « Corpus sur Objectifs Spécifiques » (Lyon 3) est en ligne ici.

Les corpus oraux professionnels : conditions de production et d’exploitation pour une recherche située en langues-cultures de spécialité

Mots clefs : discours spécialisés, discours professionnels, corpus oraux, interactions, approche ethnographique

[Contexte] La présente proposition, qui se situe à l’intersection de deux questions posées dans l’AAP (Comment représenter une variété spécialisée ? Comment constituer un corpus de langue orale ?) s’inscrit dans le paradigme actuel d’une recherche linguistique située (Condamines / Narcy-Combes 2015) intégrant les conséquences méthodologiques d’une approche qui envisage les langues-cultures spécialisées à partir de la spécialité, comprise au sens de Petit (2010), et mettant donc au premier plan les acteurs, contenus et interactions propres au domaine considéré. Ce faisant, elle intègre une dimension parfois qualifiée d’ethnographique (Dressen-Hammouda 2013, Isani 2014) nécessaire à une saisie réellement contextualisée des discours constitutifs de ladite spécialité.

[Problématique] La démonstration discutera ainsi à partir d’un domaine précis, la filière viti-vinicole, les enjeux de cette conceptualisation des langues-cultures de spécialité pour la compilation de données authentiques et représentatives pour aboutir à une description linguistique holistique. La recherche s’étant longtemps focalisée sur les seuls discours écrits et le plus souvent académiques et, s’agissant de langue orale, sur l’application des méthodologies conversationnelles à des objets spécialisés (Bowles / Seedhouse 20092), ce questionnement général sera instancié ici, à la suite de Gautier / Hohota (2014) et Gautier / Bach (2017), à partir du cas de discours professionnels (Gunnarsson 2009) et oraux. On insistera par ailleurs sur le fait que l’approche proposée se focalise sur des discours du sensoriel qui imposent de facto une certaine prudence dans leur processus de production, par-delà les standards généralement admis.

[Données et discussion] L’analyse partira de la triangulation de trois jeux de données originales produits in situ dont il s’agira de mettre en avant les interactions croisées pour la saisie des moules discursifs et cognitifs constitutifs d’au moins une partie, sans doute la plus importante stratégiquement, de la filière viti-vinicole : (i) des séances de présentation de vin par des professionnels (producteurs et cavistes), (ii) des séances de dégustation entre professionnels et amateurs dans différents contextes marketing et (iii) des entretiens semi-guidés avec des producteurs. Sur cette base, on discutera à la fois les problématiques matérielles (calibrage de la collecte, transcription, granularité d’annotation, etc.) et méthodologiques pour l’analyse (saisie des différents niveaux de description linguistique, séquences d’interactions, dépassement de la terminologie).

 

Références citées :

BOWLES, H., SEEDHOUSE, P. (Dir.). 22009. Conversation Analysis and Language for Specific Purposes. Berne : Peter Lang.

CONDAMINES, A., NARCY-COMBES, J.-P. 2015. « La linguistique appliquée comme science située », dans Francis Carton et al., Cultures de recherche en linguistique appliquée. Paris : Riveneuve éditions, p. 209-229.

DRESSEN-HAMMOUDA, D. 2013. « Ethnographic approaches to ESP research », dans Brian Paltridge et Sue Starfield, The Handbook of English for Specific Purposes. Chichester : Wiley-Blackwell, p. 501-517.

GAUTIER, L., HOHOTA, V. 2014. « Construire et exploiter un corpus oral de situa- tions de dégustation : l’exemple d’Oenolex Bourgogne », Studia Universitatis Babes Bolyai – Studia Philologia, Universitatea Babeş-Bolyai, 59(4), p. 157- 173.

GAUTIER, L., BACH, M. 2017. « La terminologie du vin au prisme des corpus oraux de dégustation/ présentation (français-allemand) : entre émotions, culture et sensorialité », Etudes de linguistique appliquée, 188, 485-509.

GUNNARSSON, B.-L., 2009. Professional Discourse. London, Blumsberry.

ISANI, S. 2014. « Ethnography as a research-support discipline in ESP teaching, learning and research in the French academic context », Asp, 66, p. 27-39.

PETIT, M. 2010. « Le discours spécialisé et le spécialisé du discours : repères pour l’analyse du discours en anglais de spécialité », E-rea. [Online]. https://erea.revues.org/1400 le 18 juillet 2018.

 

 

Recension de Gautier, éd. (2018).

A découvrir dans le numéro 58 de LIDIL, une très belle recension de mon collectif sur #figement et #discours #spécialisés paru 2018 chez Frank und Timme
 
#syntaxe #sémantique #linguistique #textuelle #phraséologie #idiomaticité #terimonologie #patterns
 
A lire ici.
Cover_Figement et discours specialise